Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

La FCI accorde une subvention de 18 M$ à l’Amundsen

La Fondation souhaite assurer le financement de l’exploitation et de l’entretien des installations de recherche, dont celui de l’unique brise-glace de recherche canadien.

par BRIAN OWENS | 3 mars 2017

L’Université Laval a reçu une subvention de plus de 18 millions de dollars pour le brise-glace de recherche NGCC Amundsen au terme du dernier concours du Fonds des initiatives scientifiques majeures de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI).

Comme l’explique Louis Fortier, directeur scientifique de l’Amundsen, le financement sur cinq ans servira principalement à l’entretien et au déploiement de l’équipement scientifique du navire ainsi qu’à la rémunération des ingénieurs spécialisés qui en assurent le fonctionnement. Les fonds permettront aussi de financer les projets scientifiques qui ont besoin d’un petit coup de pouce.

Le brise-glace de recherche NGCC Amundsen dans le Mer de Beaufort. Photo de Doug Barber/IPY-CFL-ArcticNet.

« Si les fonds d’un projet ne permettent que 20 jours en mer alors qu’il en faudrait plus, nous pourrons remédier à cette situation », précise-t-il.

En 2017, la subvention de la FCI contribuera à financer deux projets majeurs. D’abord le projet BaySys, mené conjointement par Manitoba Hydro et l’Université du Manitoba, qui analysera l’impact relatif des changements climatiques et des aménagements hydroélectriques sur la circulation et le régime des glaces de mer dans la baie d’Hudson; et ensuite les chercheurs de l’Enquête de santé auprès des Inuits du Nunavik se rendront à bord du navire dans 14 collectivités inuites de la côte nord du Québec pour y évaluer la santé mentale et physique des résidents dans le cadre d’une étude longitudinale. . En 2018, la subvention de la FCI contribuera à financer une grande initiative de collaboration internationale qui intégrera la circumnavigation du Groenland pour étudier les caractéristiques géologiques et géophysiques de la région ainsi que la migration vers le nord des poissons en raison des changements climatiques.

Outre l’Amundsen, 16 autres installations de recherche nationales, dont le Centre canadien de rayonnement synchrotron (CCRS) à Saskatoon et l’Observatoire de neutrinos de Sudbury (SNOLAB), lauréat d’un prix Nobel, ont reçu des fonds de fonctionnement dans le cadre de ce concours du Fonds des initiatives scientifiques majeures. Selon son président, Gilles Patry, la FCI compte demander un financement de fonctionnement et d’entretien continu au gouvernement afin d’assurer la stabilité des installations importantes comme l’Amundsen.

« La recherche sur l’Arctique est particulièrement coûteuse. Nous voulons que l’ensemble des disciplines bénéficie d’un nombre suffisant de jours en mer. »

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »
aborg