Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

Une agence de presse fait appel à 100 célébrités pour illustrer l’importance du journalisme scientifique

La campagne #100LaScience postule que le journalisme scientifique est essentiel au bien public.

par VÉRONIQUE MORIN | 18 JUILLET 16

Plus de 100 personnalités des sphères politique, artistique, universitaire et médiatique ont exprimé leur soutien au journalisme scientifique dans le cadre d’une campagne menée par l’Agence Science-Presse de Montréal, l’unique agence de presse scientifique du Canada.

Baptisée #100LaScience (prononcer « Sans la science »), cette campagne vise à promouvoir le journalisme scientifique à l’heure où la crise des médias et le manque de financement le menacent.

Damien Contandriopoulos, titulaire de la Chaire de recherche - Politiques, connaissances et santé est un des participants à la campagne #100LaScience. Illustration de Agence Science Presse.
Damien Contandriopoulos, titulaire de la Chaire de recherche – Politiques, connaissances et santé est un des participants à la campagne #100LaScience. Illustration de Agence Science Presse.

Il y a 18 mois, le gouvernement du Québec a annoncé son intention de mettre fin au financement des publications et des groupes qui font office de piliers de la communication scientifique depuis des décennies, comme le magazine scientifique pour enfants Les Débrouillards, l’Association des communicateurs scientifiques du Québec, ou encore l’Agence Science-Presse.

« Nous avons mesuré combien notre avenir était incertain », raconte Josée Nadia Drouin, directrice générale de l’Agence Science-Presse. Sous les pressions, le gouvernement a vite fait machine arrière, évitant ainsi un désastre, mais l’épisode a réveillé l’ensemble du milieu de la communication scientifique.

Dans la foulée, l’Agence Science-Presse a lancé une campagne pour évaluer l’appui de la population envers le journalisme scientifique. « Nous avons voulu profiter de l’occasion pour sensibiliser les gens à l’importance du journalisme dans la communication scientifique », explique son rédacteur en chef, Pascal Lapointe. L’Agence Science-Presse a recueilli les déclarations de soutien de 100 personnalités bien connues du public, puis chargé Jacques Goldstyn, illustrateur aux Débrouillards, de faire une caricature de chacune d’elles. Ensuite, elle a publié en ligne chaque jour au moins une des caricatures ainsi réalisées.

Parmi les participants à la campagne, trente sont associés à des universités, dont l’économiste bien connu Pierre Fortin, qui dit rêver que la popularité des journalistes scientifiques atteigne un jour au Québec ne serait-ce que le tiers de celle de certaines vedettes pop. Des célébrités d’autres domaines ont également fait part de leur soutien, comme le chef du Château Frontenac, Jean Soulard, selon qui le journalisme doit conserver son rôle de critique en matière de science.

« La campagne a eu un effet domino, affirme la rédactrice scientifique Brite Pauchet. Les propos de gens importants en ont amené beaucoup d’autres à s’exprimer. »

La campagne a connu un tel succès qu’elle a permis de recueillir plus de 7 800 $ pour le projet Le détecteur de rumeurs de l’Agence Science-Presse, destiné à mettre en lumière l’ampleur et les risques de la pseudoscience et de l’information scientifique erronée véhiculée par les médias.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »
--ph--