Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

Votre université est-elle prête à réagir au suicide?

10 questions pour les universités qui élaborent une réaction coordonnée au suicide sur les campus.

par NATALIE SAMSON | 06 SEP 17

Le suicide est la deuxième cause de décès, après les accidents, chez les jeunes adultes. C’est donc une réalité à laquelle toutes les universités feront face un jour ou l’autre sur leur campus. Lors du congrès annuel de l’Association des services aux étudiants des universités et collèges du Canada (ASEUCC) en juin, Andrea Carter, vice-doyenne au bien-être, au soutien et à la réussite des étudiants sur le campus Mississauga de l’Université de Toronto, et Melinda Scott, doyenne aux étudiants au Collège universitaire de l’Université de Toronto ont pris la parole devant une salle bondée au sujet de leur expérience en matière de suicide étudiant, et de l’élaboration d’une réaction coordonnée à cet égard. Les questions ci-dessous sont celles que devraient se poser les gestionnaires, les administrateurs et les équipes d’intervention en cas de crise lorsqu’ils élaborent des politiques ou des procédures relativement au suicide sur les campus :

  1. Qui est votre équipe d’intervention en cas de crise? Est-elle assez souple pour permettre qu’y soient représentés divers groupes—Services de santé et de counseling, communications, résidences et vie étudiante, professeurs et administrateurs?
  2. Avez-vous établi les rôles et les limites de chaque membre de l’équipe? Ces derniers connaissent-ils leurs rôles et les limites de leur responsabilité?
  3. Les membres de l’équipe ont-ils tous reçu une formation, et ont-ils accès à des ressources et à du soutien supplémentaire en cas d’incident?
  4. Quel membre de cette équipe sera chargé de coordonner la communication entre les départements internes et les groupes externes (la police ou le Bureau du coroner)?
  5. Qui sera le point de contact pour les divers intervenants pouvant être touchés ou avoir des questions (famille, groupes étudiants, équipes athlétiques, professeurs, médias, etc.)?
  6. Quel est le protocole de communications concernant le suicide? Dans quelle circonstance un communiqué sera-t-il publié sur le campus? À la population? Quels termes utilisez-vous pour décrire la mort, le cas échéant?
  7. Avez-vous pris les souhaits et les besoins de la famille en considération? Comment trouverez-vous un juste équilibre entre ceux-ci et les intérêts de l’établissement?
  8. La police fait des interrogatoires dès son arrivée sur le site. Où ces interrogatoires peuvent-ils avoir lieu? Comment allez-vous soutenir les membres de votre milieu dans le cadre de ce processus policier?
  9. Comment seront organisés les cérémonies commémoratives et les messages de condoléances? Qui sera consulté pour leur gestion ou leur élaboration?
  10. Êtes-vous prêts à faire face à l’imprévu? Si les parents de l’étudiant vivent dans un pays étranger et ne parlent ni anglais ni français? Comment répondre aux demandes touchant un protocole culturel spécifique?
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »
--ph--