Passer au contenu principal
ARTICLES DE FOND

Présenter sa recherche de façon brillante dans un concours

par SUZANNE BOWNESS | 09 NOV 16

Cet article est un sommaire de l’article « Contests to communicate research gain in popularity».

Si vous croyez qu’il est difficile de faire rire avec des plaisanteries sur l’optométrie, alors vous n’avez probablement pas vu l’exposé (en anglais seulement) de Gah-Jone Won, doctorant à l’Université de Waterloo, qui lui a valu la première place au concours des Thèses en trois minutes (Three Minute Thesis) de cette année, au début de juin.

Cela se produit dans les 20 premières seconds de la vidéo, donnant le ton aux 160 secondes suivantes, pendant lesquelles le spectateur apprend ce qu’est la presbytie (embrouillement de la vue lié au vieillissement) et découvre un médicament que M. Won met au point comme solution de rechange aux mesures correctives habituelles, les lunettes bifocales et la chirurgie. À la fin, à défaut de trouver l’optométrie amusante, on se dit qu’on en sait beaucoup plus sur la structure de ses yeux qu’on en savait trois minutes avant.

On pourrait dire que ces concours connaissent leur heure de gloire au Canada. Créé en 2008 à l’Université du Queensland, en Australie, le concours Three Minute Thesis, ou 3MT, a eu lieu pour la première fois au Canada à l’Université de la Colombie-Britannique en 2011 et s’est étendu à l’échelle nationale deux ans plus tard grâce à une commandite de l’Association canadienne pour les études supérieures (ACES). Les étudiants francophones ont leur propre concours, appelé « Ma thèse en 180 seconds » ou MT180, organisé par l’Association francophone pour le savoir (Acfas). En plus, l’Acfas organise depuis 1993 le Concours de vulgarisation pour les étudiants chercheurs.

Alex Drolet-Dostaler, doctorante en psychologie clinique à l’UQO, était parmi les 20 finalistes du concours Ma Thèse en 180 secondes (MT180) en septembre 2016. Photo du UQO.

Les organismes subventionnaires se sont également mis de la partie : le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) a tenu la première édition de son concours J’ai une histoire à raconter en 2013, et le Conseil de recherches en sciences naturelles et génie (CRSNG) a lancé un concours intitulé Science, Action! en 2015.

Les règlements diffèrent légèrement pour chaque concours. S’adressant aux étudiants au doctorat et à la maîtrise, le concours 3MT consiste à faire un exposé en direct en ne projetant qu’une seule diapositive. Les étudiants le présentent d’abord devant leur département et progressent jusqu’à l’échelle de leur université, puis chaque université envoie un étudiant à l’un des trois concours régionaux (Est, Ouest et Ontario). À chacune de ces étapes, les étudiants se présentent en direct devant un public. À l’échelle régionale, le concours est enregistré et les vidéos sont évaluées par un comité formé de trois juges non spécialistes qui sélectionnent les gagnants des première et deuxième places. Le grand gagnant reçoit 1 500 dollars et un voyage payé au congrès annuel de l’ACES; le gagnant de la deuxième place, de même qu’un lauréat du prix du choix du public reçoivent 1 000 dollars et 500 dollars respectivement.

La version canadienne francophone de 3MT comporte un élément de plus : les trois finalistes de MT180 ont été invités à un concours francophone international qui s’est tenu à la fin de septembre au Maroc. Les trois représentants du Québec étaient Carine Monat de l’Université de Montréal, Alex Drolet-Dostaler de l’Université du Québec en Outaouais et Maud Gratuze de l’Université Laval. Mme Gratuze s’est classée deuxième au concours international et a remporté un prix en argent de 1 000 euros.

Le concours J’ai une histoire à raconteur du CRSH s’adresse à tous les étudiants de niveau postsecondaire. Dans un document du format de leur choix (vidéo, audio, texte ou infographique), les participants décrivent comment la recherche financée par le CRSH contribue à améliorer la vie des Canadiens. Vingt-cinq finalistes ont été sélectionnés et invités à transformer leur document de participation en exposé devant public (calque sur les conférences TED) et à le présenter au Congrès des sciences humaines, qui a eu lieu cette année en juin à l’Université de Calgary. Parmi eux, cinq gagnants ont été choisis. Chacun des 25 finalistes a reçu un prix en argent de 3 000 dollars.

Le concours Science, Action! du CRSNG s’adresse aux étudiants de niveau postsecondaire et les vidéos doivent avoir une durée maximale d’une minute. À l’issue d’un vote du public dans les médias sociaux, 15 finalistes sont sélectionnés (et reçoivent un prix de 5 000 dollars chacun), parmi lesquels un jury choisit trois gagnants.

Darius Rackus, doctorant en chimie analytique à l’Université de Toronto, est le grand gagnant de Science, Action! en 2016. Sa vidéo d’une minute, Shrinking the Lab (en anglais seulement) porte sur le travail de son laboratoire en microfluidique numérique, une technologie de manipulation des liquides qui permet d’effectuer rapidement des tests diagnostiques – par exemple, pour des maladies comme la rubéole et la malaria – sur place plutôt que dans un laboratoire. La vidéo a été visionnée plus de 13 000 fois sur YouTube. Le concours, affirme-t-il, offre aux participants la possibilité de montrer au public que la recherche est intéressante et importante.

Le contact avec le public est ce qui motive également les commanditaires du concours. Selon Brenda Brouwer, vice-provost et doyenne aux études supérieures de l’Université Queen’s, ainsi que présidente de l’ACES, l’Association n’a pas hésité à offrir son aide pour étendre le concours 3MT à l’échelle nationale. « Nous nous sommes dit que c’est positif pour les étudiants aux cycles supérieurs. Cela permet au public de reconnaître ce qu’ils font et souligne la valeur de leur recherche pour la société. »

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  1. Aubert Landry / 10 November 2016 at 4:26 pm

    « Votre recherche en BD », est un concours organisé par la Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAECUM).

    Appelés à proposer des projets de recherche susceptibles de se transformer en bandes dessinées, une soixantaine d’étudiants ont participé. Dix résumés d’environ 100 mots ont été retenus et confiés à des bédéistes professionnels. C’est la «Dumpster Diving» de Gabrielle Tanguay (BD réalisée par Jacques Goldstyn) qui a gagné.

    Pour voir les dix (10) BD, rendez-vous sur le site Web de la FAECUM http://www.faecum.qc.ca/nouvelles/cycles-superieurs/devoilement-des-bandes-dessinees-finalistes-du-concours-votre-recherche-en-bd-et-en-video

    ou sur l’album Facebook du concours.

« »
--ph--