Passer au contenu principal
CONSEILS CARRIÈRE

Alors, vous aspirez à devenir illustrateur médical?

Une candidate au postdoctorat parle de tout ce que vous devriez savoir avant de vous lancer dans une carrière en illustration médicale

par NICOLE ARBOUR | 05 AOÛT 08

Si vous êtes le genre de personne qui glisse dans sa mallette un bloc de croquis et un fusain entre deux rapports de laboratoire, une carrière en illustration médicale pourrait vous intéresser.

Aimez-vous les activités créatives qui vous permettent d’interagir avec différentes personnes? Êtes-vous extraverti et minutieux? Si c’est le cas, l’illustration médicale pourrait être un choix de carrière tout indiqué pour vous.

Dans le cas contraire, cliquez ici pour consulter un autre profil de carrière scientifique.

Il n’y a pas de sciences sans les arts

L’illustration médicale permet de visualiser la médecine et la science d’une façon interactive, intéressante et simple à comprendre. Puisque les illustrateurs médicaux produisent habituellement des illustrations, des éléments graphiques et des diagrammes, ce travail exige la connaissance de techniques artistiques de base.

Ils utilisent toutefois de plus en plus les nouvelles technologies comme la programmation Flash, la conception Web, les applications de mise en page et les logiciels d’animation pour adapter leur monde du multimédia.

Sans être obligatoire, une formation préalable en sciences constitue assurément un atout pour un illustrateur médical. Desmond Ballance est nouvelle diplômée du programme de communications biomédicales de la University of Toronto. Elle exerce maintenant le métier d’illustratrice médicale pour Lifelearn, une entreprise située à Guelph, en Ontario, qui conçoit des programmes de formation professionnelle continue et des outils de référence en formats multimédias interactifs destinés au domaine des sciences vétérinaires.

Une formation en sciences « permet d’acquérir la compréhension scientifique voulue pour situer les projets dans leur contexte et aide à définir les points de repère nécessaires pour amorcer des recherches sur un sujet donné, explique Mme Ballance, qui a obtenu une maîtrise en sciences animales de la University of Manitoba avant d’entreprendre ses études en illustration médicale. Une formation universitaire au deuxième cycle améliore également vos connaissances sur la façon d’effectuer ces recherches », ajoute t elle.

Des emplois, toujours des emplois

Dans quel type d’entreprises travaillent les illustrateurs médicaux et quel est leur salaire?

Les illustrateurs médicaux peuvent occuper divers emplois dans des endroits très variés. De nombreuses entreprises et organisations, comme Lifelearn, se spécialisent dans les outils d’apprentissage multimédias. D’autres, comme Hybrid Medical Animations, créent des animations et des illustrations médicales et scientifiques haut de gamme en trois dimensions.

D’importants établissements de recherche scientifique et de médecine, comme l’institut de recherche médicale Walter et Eliza Hall situé à Melbourne, en Australie, et la clinique Mayo de Rochester, au Minnesota, ont des équipes d’illustrateurs médicaux au sein de l’entreprise.

À la clinique Mayo, par exemple, on a fait appel à des illustrateurs médicaux afin d’aider les chirurgiens qui planifiaient la séparation de jumelles siamoises à visualiser plus clairement les anomalies complexes que présentaient les corps de leurs patientes.

La plupart des entreprises qui embauchent des illustrateurs médicaux proposent des horaires de travail de 9 h à 17 h, à raison de 40 heures par semaine, ainsi que des avantages sociaux connexes. Le salaire de départ d’un illustrateur médical qualifié se situe entre 37 000 $ et 45 000 $ par année.

Cette profession comporte également l’avantage de permettre de travailler à la pige et même de démarrer sa propre entreprise. Ainsi, vous pouvez travailler de votre domicile et adopter un horaire de travail qui vous convient, ce qui est très commode pour les personnes qui souhaitent avoir des enfants.

Il s’agit donc d’une profession valorisante qui marie les sciences aux arts tout en offrant un revenu stable et la possibilité de travailler à la pige. Si cette perspective vous plaît, examinons maintenant comment vous pouvez décrocher votre premier poste dans ce domaine.

Placez vos pions

La première étape vers l’obtention d’un emploi d’illustrateur médical consiste à trouver un programme de formation approprié. Il existe cinq programmes aux cycles supérieurs agréés par l’Association of Medical Illustrators.

Quatre d’entre eux sont offerts aux États-Unis :

• Medical College of Georgia, Department of Medical Illustration;
University of Illinois at Chicago, Department of Biomedical and Health Information Science, College of Applied Health Science;
The John Hopkins University School of Medicine, Department of Art as Applied to Medicine in Baltimore, Maryland; and;
Southwestern Medical Center Biomedical Communications Graduate Program in Dallas, Texas.

Un programme est offert au Canada :

University of Toronto Biomedical Communications (BMC) Program.

Il s’agit de cinq programmes de deuxième cycle d’une durée de deux ans qui mènent à l’obtention d’une maîtrise ès arts ou ès sciences.

« Le programme de la University of Toronto est axé sur la technologie », explique Mme Ballance, soulignant que bien que l’apprentissage des bases de la biologie et de l’anatomie ainsi que les cours appliqués de technique artistique y occupent une grande place, on y accorde aussi beaucoup d’importance aux outils médiatiques d’enseignement et d’apprentissage, ainsi qu’à l’animation en deux et trois dimensions réalisée grâce à l’analyse computationnelle et à des outils logiciels.

« Les programmes offerts aux États-Unis mettent un très fort accent sur les arts et privilégient la technique traditionnelle plutôt que la technologie, ajoute-t-elle. Bien qu’il soit possible de travailler dans ce domaine sans avoir suivi de formation agréée par l’Association of Medical Illustrators, il n’en reste pas moins qu’il est beaucoup plus difficile de percer sans études. »

Une fois la formation terminée, vient le temps du réseautage.

Les congrès constituent d’excellents moyens de rencontrer des gens, de découvrir de nouvelles technologies et d’observer leur utilisation sur le terrain. L’Association of Medical Illustrators tient des assemblées annuelles, et plusieurs autres congrès et ateliers dans des domaines connexes, comme Slice of Life, le congrès de l’International Association of Medical Science Educators et le FITC, valent également la peine de s’y attarder.

« Certaines entreprises disposent des budgets nécessaires pour donner l’occasion à leurs employés d’assister à des congrès, précise Mme Ballance, qui recommande aux postulants de se rappeler ce détail au moment d’une entrevue avec un employeur potentiel. Avec d’autres entreprises, il faut le mentionner au moment de négocier le contrat. »

Les congrès annuels de l’Association canadienne des rédacteurs scientifiques et de la National Association of Science Writers constituent également de bons endroits où faire du réseautage et distribuer sa carte professionnelle; après tout, une image vaut mille mots et votre site Web, encore davantage.

Voilà! Vous disposez maintenant de toute l’information nécessaire pour devenir illustrateur médical. Si vous n’avez pas encore fait votre choix, consultez les autres profils de carrières scientifiques que nous vous proposons, en cliquant ici et ici.

Titulaire depuis peu d’un doctorat en biochimie de l’Université d’Ottawa, Nicole Arbour est actuellement chercheuse chez Spartan Bioscience, à Ottawa.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Leave a Reply to henri sevestre Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  1. henri sevestre / 11 February 2012 at 2:13 pm

    j’exerce l’anatomie pathologique en France.

    j’ai toujours été frappé par la qualité des illustrations dessinées dans les livres d’anatomie pathologique de la première moitié du XX° siècle ( Masson, Roussy, Letulle, ..)

    Un certain Constantin en particulier parait avoir été très actif.

    aucune donnée ne parait disponible, sur Internet en tout cas, sur cet illustrateur.

    il est frappant de lire que ce métier est toujours enseigné en Amérique.

    vos écoles ont-elles gardé la mémoire de ces artistes négligés, et de la façon dont ils travaillaient?

    merci de votre aide.

    Meilleures salutations

    H Sevestre

« »
--ph--