Passer au contenu principal
CONSEILS CARRIÈRE

Par où commencer?

Comment savoir si les études postdoctorales vous conviennent.

par JO VANEVERY | 12 OCT 10

Vous êtes sur le point de terminer votre doctorat et vous vous demandez ce que vous allez faire par la suite. Si vous désirez faire carrière dans le domaine de la recherche, vous devriez songer sérieusement à la recherche postdoctorale. Il s’agit d’une étape normale de la carrière des scientifiques universitaires qui devient de plus en plus courante dans le domaine des sciences humaines.

La recherche postdoctorale vous permet de prendre une année ou deux pour bien définir votre programme de recherche sans devoir assumer les responsabilités additionnelles liées à l’enseignement et participer à des tâches de gouvernance universitaire. Vous procéderez alors à la phase suivante de votre recherche, vous publierez des passages de votre thèse et, il s’agit là d’une étape primordiale de votre carrière, vous commencerez à vous bâtir une identité professionnelle distincte de celle de votre directeur de thèse.

Il vous faut, pour monter un projet postdoctoral adéquat, répondre aux questions suivantes :

  • À quelles grandes questions vous intéressez-vous?
  • Quelles questions précises de votre thèse pourriez-vous examiner plus en profondeur?
  • Avez-vous besoin de consulter des sources additionnelles ou de recueillir des données supplémentaires pour examiner ces questions?
  • De quelles compétences supplémentaires auriez-vous besoin pour faire progresser vos travaux?

Bâtissez votre projet en fonction des grandes questions sur lesquelles repose votre recherche. Attardez-vous ensuite à une question en particulier qui ferait progresser votre programme de recherche et contribuerait grandement à l’avancement des connaissances dans ce domaine. Vous n’avez pas à changer le monde ou à réinventer la roue, mais il doit s’agir d’une véritable contribution.

Au début, vous vous concentrerez probablement sur ce que vous voulez faire concrètement – collecte ou analyse de données, rédaction d’un article –, mais vous devrez également réfléchir à la manière dont vous contribuerez au débat en cours dans votre domaine grâce aux recherches que vous envisagez. Bref, que voulez-vous accomplir?

Vous devez trouver un superviseur qui, idéalement, ne travaille pas dans l’établissement qui vous a décerné votre doctorat. Il est possible que votre superviseur postdoctoral utilise une méthodologie différente, qu’il s’inscrive dans une démarche théorique différente de la vôtre et qu’il vous aide à élargir vos réseaux. Comme vous devrez travailler avec cette personne pendant un an ou deux, cela vaut la peine de recueillir des renseignements et de vous informer afin de savoir si cette collaboration vous conviendra.

Le superviseur pourrait contribuer de façon très positive à votre projet postdoctoral. Il est possible qu’il bénéficie même de fonds de recherche qui pourraient être consacrés à vos activités de recherche ou qu’il soit en train de procéder à une demande de subvention comprenant des fonds destinés à un chercheur postdoctoral. Cette possibilité n’entraîne pas nécessairement une perte d’autonomie.

Effectivement, dans le domaine des sciences, on considère souvent les programmes de recherche comme une série de projets dont certains sont menés par des étudiants et des boursiers postdoctoraux. Une telle façon de faire peut s’appliquer aux sciences humaines, mais cette conception de la recherche est moins répandue parmi les professeurs de ce domaine. Il n’est pas rare qu’une demande de Subvention ordinaire de recherche du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada précise, en plus de l’objectif principal, deux ou trois objectifs particuliers parmi lesquels pourrait se trouver un projet indépendant qui contribue à l’objectif principal, mais qui vous est totalement confié.

Travailler en compagnie d’un chercheur établi dans le cadre d’une Subvention ordinaire de recherche, d’une subvention à la découverte ou d’une subvention de fonctionnement est une expérience qui pourra vous servir tout au long de votre carrière. Pourvu que la recherche en question contribue à la progression de vos travaux à long terme, vous profitez d’une certaine marge de manœuvre.

Bien entendu, vous devriez également présenter une demande de bourse de recherche postdoctorale à l’un des organismes subventionnaires de recherche. Vous devrez néanmoins discuter de cette demande avec votre superviseur potentiel, car la compatibilité avec l’établissement et le superviseur constitue l’un des critères d’évaluation, et votre superviseur devra écrire une lettre de recommandation. Alors mieux il vous connaît et connaît votre projet, plus sa lettre vous sera favorable.

La recherche postdoctorale ne vous garantit pas une carrière universitaire. Elle fait toutefois de vous un candidat sérieux aux postes menant à la permanence et vous permet d’acquérir des compétences, des expériences et des relations menant à une carrière hors du milieu universitaire dans le cadre de laquelle vous pourriez faire bon usage de votre formation approfondie. Préciser vos objectifs de recherche à long terme et établir des relations avec des personnes pouvant vous aider à les atteindre constituent une première étape primordiale avant même d’avoir terminé votre thèse.

Jo VanEvery, formatrice privée en matière de carrière, est titulaire d’un doctorat en sociologie de la University of Essex. Elle a également été agente de programmes au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  1. Valeria / 21 February 2011 at 10:53 am

    Très utile et intéressant, merci!

« »
--ph--