Passer au contenu principal
Actualités

Un ancien couvent transformé en une magnifique résidence universitaire

La chapelle convertie en salle de lecture est la pièce maîtresse de cet édifice appartenant à l’Université Concordia.

par LÉO CHARBONNEAU | 17 SEP 14

Le 15 septembre dernier, l’Université Concordia a officiellement présenté au grand public l’emblématique Couvent des Sœurs Grises entièrement rénové. Acquis en 2004, ce joyau historique du XIXe siècle a été aménagé en une résidence universitaire pouvant accueillir 600 étudiants. Outre les chambres rénovées ou remises à neuf, l’ensemble abrite de nouvelles salles d’études, des salles communes et une cuisine. La pièce maîtresse est sans conteste l’ancienne chapelle qui a été remarquablement transformée en une salle de lecture paisible pouvant accueillir 200 personnes.

Clarence Epstein, le directeur principal des affaires urbaines et culturelles de l’Université Concordia, mentionne que les éléments décoratifs intérieurs de l’ancienne chapelle (les symboles religieux, les vitraux et les boiseries) ont été intégralement préservés. « Quiconque entre en ce lieu comprend la nature exceptionnelle de l’endroit », ajoute-t-il.

La chapelle a été conçue par l’architecte Victor Bourgeau, qui a réalisé plus de 250 églises, cathédrales et autres œuvres à l’échelle du Québec. M. Epstein qualifie la chapelle convertie de « délicieux vestige » du lieu idéal imaginé par les Sœurs Grises pour se consacrer au recueillement et à la prière. Il s’agit selon lui d’une « représentation du XXIe siècle de ce que les universités ont toujours voulu être, c’est-à-dire un havre de paix réservé à l’étude et à l’enrichissement personnel ».

Il ajoute que la conservation du patrimoine a été au cœur du processus de transformation et que, bien que la rénovation de constructions anciennes pose des défis particuliers, la conversion d’un couvent de religieuses en une résidence universitaire n’a pas été exagérément difficile à réaliser.

Inaugurée en 1871, la maison mère des Sœurs Grises a été bâtie pour les Sœurs de la Charité de Montréal. En vertu d’une entente avec l’Université, les Sœurs Grises devaient quitter définitivement les lieux en 2020. Les dernières religieuses ont toutefois décidé de partir en avril 2013. Elles seront malgré tout présentes : une crypte est conservée sous la chapelle, où 276 personnes, en majorité des religieuses, sont inhumées.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *