Passer au contenu principal
Actualités

Cognit.ca : un guichet unique pour réunir chercheurs et partenaires de l’industrie

Ce nouveau portail en ligne permet de repérer aisément les projets de recherche et les principaux chercheurs à l’échelle nationale.

par MATTHEW HALLIDAY | 26 JAN 21

Il n’est pas étonnant que l’industrie canadienne cherche à savoir ce qui se fait sur les campus des universités du pays. Depuis des décennies, les établissements postsecondaires canadiens effectuent un pourcentage croissant de la recherche-développement (R-D) à l’échelle du pays. En 2019, Statistique Canada l’évaluait à environ 41 pour cent (se chiffrant à près de 15 milliards de dollars) de la R-D faite au Canada.

Jusqu’à présent toutefois, les acteurs de l’industrie entraient souvent en relation avec leurs homologues universitaires par hasard, indique Mike Matheson, directeur principal du Regroupement des universités de recherche du Canada U15. « Ils faisaient ce que la plupart d’entre nous feraient : appeler quelqu’un qu’on connaît et qui pourrait connaître une autre personne susceptible d’en connaître elle-même une troisième, dans l’espoir de finalement trouver la bonne personne ».

C’est pourquoi à la fin de 2019, M. Matheson et ses collègues des établissements du groupe U15 ont commencé à réfléchir à des moyens de mettre en relation chercheurs et partenaires de l’industrie en fonction de leurs objectifs respectifs. Leur réflexion a donné naissance à une nouvelle plateforme en ligne : Cognit.ca. Ce guichet unique regroupe les données accessibles au public issues entre autres des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), ainsi que du Navigateur d’installations de recherche de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI). Les utilisateurs pourront donc savoir aisément quels sont les projets de recherche en cours et contacter les principaux chercheurs et cochercheurs à l’échelle nationale.

Le fonctionnement de Cognit.ca est simple : l’utilisateur saisit le terme recherché et peut consulter une liste de projets et de chercheurs pertinents, des possibilités d’obtention de licences d’exploitation auprès d’établissements postsecondaires canadiens ainsi qu’une liste de demandes de brevets déposées par les chercheurs et les établissements. L’utilisateur peut également effectuer une recherche par nom, titre de projet ou établissement.

« Le portail affiche les résultats les plus pertinents liés au terme entré, explique M. Matheson, ce qui aide les utilisateurs à déterminer les cinq personnes avec qui communiquer en priorité. Les résultats varient légèrement selon les mots-clés, mais sont cohérents. »

Le recteur de l’Université de la Colombie-Britannique, Santa Ono, a pris part au développement du projet avec les dirigeants des autres établissements du groupe U15. Il espère qu’en plus de faciliter la collaboration entre l’industrie et les chercheurs, Cognit.ca contribuera à éviter que les investissements du secteur privé ne quittent le Canada.

« Il est vraiment dommage que des partenaires du secteur privé collaborent avec des établissements des États-Unis ou d’ailleurs, dit-il, alors que tout ce qu’ils cherchent existe souvent au Canada, et parfois sous une forme plus perfectionnée qu’ailleurs. Le portail les aidera à connaître ces ressources. »

M. Ono ajoute que Cognit.ca est le fruit d’une remarquable collaboration entre les IRSC, le CRSNG, le CRSH, U15, Universités Canada (éditrice d’Affaires universitaires) et la FCI, et bénéficie d’une aide additionnelle de Mitacs. « Il est rare qu’autant d’acteurs se rallient à une cause », souligne M. Ono.

Cap sur la recherche en construction

Le plus récent développement de Cognit.ca est le fruit d’une collaboration avec l’Association canadienne de la construction (ACC). Il s’agit du Portail R&D en construction, lancé en octobre et conçu expressément pour répertorier la recherche liée à la construction.

« Le secteur canadien de la construction est à la traîne par rapport à celui d’autres pays, et ce, depuis longtemps en matière d’innovation, affirme la présidente de l’ACC, Mary Van Buren. Cela tient à diverses raisons. Premièrement, ce secteur ne génère qu’une faible marge, et deuxièmement, les risques étant assumés par les entrepreneurs généraux et spécialisés. Ceux-ci ont tendance, lors des appels d’offres, à se conformer aux exigences préalables du propriétaire, ce qui a pour effet de freiner l’innovation. »

Cette situation nuit aux avancées que peut engendrer l’innovation en matière de sécurité, de génie, d’esthétique et de design. Mme Van Buren cite le cas de l’entreprise de construction EllisDon, qui a récemment travaillé avec l’Université de Toronto au développement d’un outil de comptabilisation du carbone pour ce secteur. Elle mentionne aussi le cas du Centre for Advanced Asphalt Research and Technology de l’Université Carleton, qui a mis au point une nouvelle technologie de compactage de l’asphalte pour le pavage des routes, actuellement développée par l’entreprise de travaux routiers Tomlins Group.

« Une partie du plan quinquennal de l’ACC vise à faire progresser l’innovation et à concevoir de nouveaux outils à cette fin, précise Mme Van Buren. C’est un de ses principaux objectifs. »

« Cognit.ca n’en est qu’à ses débuts, mais nous savons que des entreprises, des gouvernements et des organismes à but non lucratif ont tous déjà utilisé le portail, précise M. Matheson. Nous savons qu’ils l’ont utilisé pour trouver des chercheurs susceptibles de contribuer à des activités pluridisciplinaires et pour forger des liens non seulement avec l’industrie, mais aussi avec de nouveaux collègues. Cognit.ca est en voie de devenir une remarquable base de données qui commence à peine à révéler ses possibilités. »

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *