Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

Commémoration du drapeau franco-ontarien

L’Université de Sudbury souligne la première levée du drapeau franco-ontarien.

par NATALIE SAMSON | 24 OCT 17
Le drapeau original en 1975.

Un petit campus du Nord de l’Ontario célèbre le grand rôle qu’il a joué dans l’histoire de la province. Le 25 septembre 1975, le nouveau drapeau franco-ontarien était hissé pour la première fois en Ontario, à l’entrée de l’Université de Sudbury, un établissement bilingue fédéré à l’Université Laurentienne. Le même jour, 42 ans plus tard, l’Université de Sudbury a dévoilé une plaque commémorant ce moment historique.

Le drapeau a été conçu en 1974 par Gaétan Gervais, un professeur d’histoire de l’Université Laurentienne originaire de Sudbury, et les étudiants Michel Dupuis et Jacline England à la suite de la fondation de l’Association des étudiants francophones de l’Université. Sur un fond vert et blanc symbolisant l’été et l’hiver, il arbore une fleur de lys, emblème historique de la culture et de la langue française, ainsi qu’une fleur de trille blanc, emblème floral de l’Ontario. À l’époque, une campagne faisant la promotion du drapeau comme symbole de la population francophone de la province avait été menée à l’Université de Sudbury. Le drapeau s’est tranquillement répandu dans la province jusqu’à ce qu’il soit officiellement reconnu par le gouvernement de l’Ontario en 2001.

On peut lire sur la plaque : « Le drapeau vert et blanc […] est le plus important symbole de cette communauté diversifiée et représente plus de 400 ans de présence française en Ontario. »

Selon le recensement de 2011, 493 300 Ontariens ont le français comme langue maternelle (46 605 ont à la fois le français et l’anglais). À Sudbury, c’est plus du quart des résidents qui ont le français comme langue maternelle.

La plaque. Photo de sudbury.com.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »
--ph--