Passer au contenu principal
Actualités

Drake change la donne pour Ryerson

Les spectacles surprises du rappeur torontois témoignent d’un changement de culture universitaire.

par NATALIE SAMSON | 01 AOÛT 16

Lorsque Drake est sur la scène de votre université, c’est le signe d’une vraie réussite. C’est du moins ce que personnifie le rappeur torontois pour Jen Gonzales, ‎directrice de la vie étudiante à l’Université Ryerson.

Des représentations surprises par le lauréat d’un prix Grammy sont venues ouvrir et clore l’année universitaire lors d’activités organisées par l’association étudiante de l’Université Ryerson les 11 septembre et 1er mai derniers.

Drake. Photo par Jake Kivanç.
Drake en concert le 1er mai derniers à Toronto. Photo par Jake Kivanç.

« Le concert a tout changé », confie Mme Gonzales, dont le bureau coordonne de grands événements pour les étudiants tout au long de l’année. De manière générale, les spectacles qu’elle organise attirent entre 500 et 1 000 participants. Lorsque s’est mise à circuler la rumeur selon laquelle l’invité spécial du concert annuel de l’association étudiante pourrait être le rappeur Drake (une rumeur vaillamment alimentée par le rappeur lui-même), l’établissement a dû se préparer à accueillir plus de 10 000 spectateurs, relate Mme Gonzales. Il fallait tout augmenter : les communications avec la collectivité et les contrôles de sécurité, et chacun devait mettre la main à la pâte. En fait, les mesures de planification précipitées qui s’annonçaient temporaires (Drake n’a confirmé qu’à la dernière minute) allaient probablement devenir permanentes.

Les inscriptions, les programmes, les espaces, tout a connu une croissance phénoménale à l’Université Ryerson, et cette croissance s’est accompagnée d’un changement de culture, précise Mme Gonzales. Auparavant, la population étudiante rentrait majoritairement chez elle le soir après ses cours alors que maintenant, le corps étudiant se compose d’individus qui demeurent sur place et sont avides d’activités et d’engagement communautaire.

« Il y a sept ans, la semaine d’orientation, c’était pour 600 étudiants. Aujourd’hui, ils sont des milliers, poursuit Mme Gonzales. Tout ce qui a rapport au campus, y compris les attitudes et les cultures, le processus de gestion des activités et de gestion du risque, est revu et amélioré à la lumière de l’intérêt que démontrent clairement les étudiants pour une culture universitaire. »

Malgré le fait que les apparitions de Drake n’aient pas manqué de susciter la controverse (certains ont critiqué les paroles de ses chansons et d’autres ont dénoncé les procédés utilisés par l’association étudiante de l’Université pour la vente de billets), Mme Gonzales considère que tout cela fait partie du processus d’apprentissage pour les organisateurs d’événement. Au final, les représentations surprises de Drake auront surtout servi à présenter aux étudiants « une variété d’options et une variété de regards sur le monde », et à favoriser l’épanouissement et la réussite des étudiants. Et la musique est l’une des façons de le faire.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.