Passer au contenu principal
Actualités

Faits saillants des budgets provinciaux de 2018 pour les universités

Certaines provinces redressent la situation, tandis que d’autres font du sur-place.

par ANQI SHEN & LÉO CHARBONNEAU | 19 AVRIL 18

La Saskatchewan a dévoilé son budget provincial le 10 avril, concluant la saison des budgets de cette année. Le Nouveau-Brunswick avait lancé le bal en publiant le sien le 30 janvier, suivi par la Colombie-Britannique en février et les autres provinces en mars et au début d’avril.

Les nouvelles ont été bonnes pour les universités au Québec : le gouvernement a annoncé une hausse de près de six pour cent des fonds de fonctionnement pour 2018-2019, après plusieurs années de ce que de nombreux administrateurs universitaires ont considéré comme un grave sous-financement. Les subventions de fonctionnement des universités de la Colombie-Britannique et de la Saskatchewan profiteront aussi d’une augmentation supérieure à l’inflation, tandis que la plupart des autres provinces font état de baisses ou de hausses mineures.

Le graphique ci-dessous résume la variation des fonds de fonctionnement des universités par rapport à l’exercice précédent, selon les chiffres fournis par Universités Canada. Vous trouverez aussi plus loin les faits saillants des budgets provinciaux pour le secteur postsecondaire, ce qui vous aidera à comprendre les subventions accordées aux universités.

Placez votre pointeur sur le graphique pour afficher les données détaillées.

*Les données pour l’Alberta ont été mises à jour. Une version précédente du graphique démontrait l’augmentation pour l’ensemble du secteur postsecondaire, plutôt que seulement celle des universités.

Colombie-Britannique

  • Les transferts totaux aux universités, aux collèges et aux établissements de formation professionnelle dépasseront légèrement les deux milliards de dollars.
  • Le gouvernement a réservé 450 millions de dollars, dont 259 millions seront versés au cours des trois prochaines années, pour aider les établissements postsecondaires publics à créer pas moins de 5 000 nouvelles places en résidence.
  • La somme de 2,6 milliards de dollars pour les allocations pluriannuelles antérieures visant à renforcer les capacités en matière d’éducation postsecondaire dans des secteurs clés du marché du travail (sciences, commerce et technologie) est reportée.

Alberta

  • Les subventions de fonctionnement pour l’ensemble du secteur postsecondaire passeront à 5,7 milliards de dollars, dont 2,2 milliards de dollars pour les universités.
  • Des fonds supplémentaires de 17 millions permettront de geler les frais de scolarité pour une quatrième année consécutive.
  • Un nouveau fonds de six millions de dollars, qui atteindra 43 millions par an d’ici 2022-2023, financera l’ajout de 3 000 places dans les programmes d’études postsecondaires du domaine de la technologie.
  • Le soutien prévu pour les infrastructures postsecondaires baissera de 30,5 pour cent en 2018-2019, pour atteindre 727,6 millions de dollars.

Saskatchewan

  • L’Université de la Saskatchewan, l’Université de Regina et les collèges affiliés et fédérés recevront 470 millions de dollars en subventions de fonctionnement en 2018-2019, soit une hausse de 20 millions ou de 4,4 pour cent par rapport à l’année dernière. De ce montant, 18 millions de dollars seront versés au Collège de médecine de l’Université de la Saskatchewan, ce qui signifie un gel du financement ailleurs.
  • Le budget réduit de 19,4 pour cent l’aide financière aux étudiants fondée sur les besoins, mais maintient le montant des bourses d’études fondées sur le mérite. Le régime d’épargne-études Saskatchewan Advantage Grant for Education Savings, suspendu le 1erjanvier 2018, subira une réduction de 92,5 pour cent en 2018-2019.

Manitoba

  • Les subventions de fonctionnement des universités totalisent 676 millions de dollars et s’accompagnent d’un fonds d’immobilisations de 9,8 millions.
  • Le programme de bourses d’études du Manitoba recevra 2,7 millions de dollars supplémentaires, ce qui représente une hausse de 25 pour cent.
  • Dans l’ensemble, l’aide financière aux étudiants non remboursable baissera de 0,4 pour cent par rapport à l’année dernière.

Ontario

  • En 2018-2019, un financement de 317 millions de dollars est prévu pour les infrastructures universitaires, ce qui représente une hausse de 10,1 pour cent par rapport à l’année dernière.
  • La facturation des frais de scolarité nets entrera en vigueur pendant l’année universitaire 2018-2019. La facture des étudiants tiendra donc compte de leurs prêts et bourses du Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario et du soutien financier de leur établissement.
  • À compter de 2020-2021, le gouvernement s’engage à investir 500 millions de dollars pour moderniser les campus des universités et des collèges de la province.
  • Des fonds de 132 millions de dollars sur trois ans serviront en outre à favoriser l’apprentissage par l’expérience et à augmenter de 25 pour cent sur cinq ans (de 40 000 à 50 000) le nombre de diplômés ontariens dans les domaines des sciences, des technologies, du génie et des mathématiques.

Québec

  • Le budget prévoit la mise en place progressive d’une nouvelle formule de financement des universités, qui bénéficieront d’une hausse globale de 497 millions de dollars d’ici 2021-2022 (250 millions en 2018-2019). Environ la moitié de ce nouvel investissement sera consacrée aux subventions de fonctionnement général.
  • En 2018-2019, les subventions aux universités s’élèvent à 3,5 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de six pour cent par rapport à l’année dernière. De ce montant, 1,1 milliard est destiné au réseau de l’Université du Québec.
  • Le soutien aux infrastructures universitaires augmentera de 80 millions de dollars en 2018-2019, ce qui se traduira, en y ajoutant les investissements de l’année dernière, par un soutien additionnel de 250 millions d’ici 2021-2022.
  • Des investissements supplémentaires de 116 millions de dollars sont prévus pour favoriser la réussite et l’intégration de tous les étudiants, y compris ceux des groupes vulnérables et des peuples autochtones.

Nouveau-Brunswick

  • Le budget accorde 266,4 millions de dollars en subventions de fonctionnement aux universités, soit 45 millions de plus sur quatre ans pour compenser la perte de revenus découlant de la mise en œuvre de la nouvelle grille des frais de scolarité jusqu’en 2020-2021.
  • La nouvelle grille limite à deux pour cent la hausse permise des frais de scolarité. Les subventions de fonctionnement augmenteront (un pour cent par an pendant les quatre premières années et deux pour cent la cinquième année, pour un total de cinq pour cent) pour compenser la perte de revenus.

Nouvelle-Écosse

  • Les subventions accordées aux programmes et services des universités totaliseront 425,3 millions de dollars, ce qui représente une réduction de 1,8 pour cent par rapport à l’année dernière. Ce changement reflète la diminution des « paiements spéciaux ». Les subventions de fonctionnement augmenteront par contre de 1,2 pour cent pour atteindre 354,9 millions de dollars.
  • Le budget comprend aussi 1,7 million de dollars pour l’élargissement du programme Graduate to Opportunity, de même qu’une subvention améliorée pour embaucher une diversité de diplômés et des femmes dans des milieux non traditionnels, portant à 6,5 millions de dollars le montant total investi dans le programme.

Île-du-Prince-Édouard

  • Les subventions de fonctionnement accordées à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard atteindront 41,5 millions de dollars (dont neuf millions iront au Collège vétérinaire de l’Atlantique).
  • La province entend signer un accord de financement pluriannuel avec l’établissement afin de l’aider à mieux planifier ses activités à venir.

Terre-Neuve-et-Labrador

  • Les subventions de fonctionnement totales versées à l’Université Memorial diminuent de 5,13 millions de dollars en raison du soutien réduit découlant du gel des frais de scolarité en cours.
  • Le budget renferme 60,4 millions de dollars pour l’établissement pour 2018-2019 afin de maintenir les frais de scolarité actuels. Le gel est en outre prolongé jusqu’en 2021.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *