Passer au contenu principal
Actualités

Jurivision : une plateforme multimédia novatrice

En passant par le documentaire, un avocat et cinéaste en résidence rend plus accessible le savoir juridique de la Section de droit civil de l’Université d’Ottawa.

par MAUD CUCCHI | 07 AVRIL 21

Faire découvrir la justice autrement, c’est la mission de la nouvelle plateforme Jurivision lancée par la Faculté de droit, Section de droit civil de l’Université d’Ottawa à la mi-février. Par des reportages accessibles et des entrevues filmées en format documentaire, mais aussi par des balados et des articles de vulgarisation, l’initiative s’approprie les outils de la production audiovisuelle pour diffuser et rendre accessible le savoir juridique de l’Université.

Son instigateur, Étienne Trépanier, se distingue par un parcours peu commun : conseiller juridique à Justice Canada pendant deux décennies, il s’est octroyé plusieurs pauses, au fil d’une carrière fédérale, pendant lesquelles il a pu approfondir de façon autodidacte sa maîtrise du documentaire à la faveur, notamment, de voyages à l’étranger. Cette expérience l’a même mené à animer des ciné-conférences avec les Grands Explorateurs.

Cinéaste en pointillé, M. Trépanier parvient à concilier sa passion audiovisuelle et son métier d’avocat en créant une première plateforme audiovisuelle pour la communication interne de son ministère, en 2014. Ce concept influencera la future création de Jurivision grâce à un partenariat entre l’Université d’Ottawa et Justice Canada.

Étienne Trépanier.

Décloisonner les savoirs juridiques

Jurivision répond aussi à la mission de service public du ministère en facilitant l’accès à une information scientifique et gratuite avec des données mises à la disposition de tous les internautes.

« L’objectif premier, c’est de faire connaître le savoir juridique, explique le concepteur de la plateforme. Même en tant que juriste praticien, j’entends rarement parler de textes de recherches en droit. » Le site Web tente de briser « les silos des publics » pour que l’ensemble des contenus soit accessible à l’étudiant en droit comme au néophyte. Pour y parvenir, M. Trépanier développe une palette de formats, de l’entrevue approfondie à une version « plus punchée » avec musique, découpage rythmé et images contextuelles. Un défi quand les sujets abordent le droit criminel ou le droit corporatif, reconnaît l’avocat-cinéaste.

« Les gens sont habitués à regarder des tutos Youtube quand ils cherchent à régler un problème de bricolage, par exemple. Pourquoi, dans le domaine juridique, ne pourrions-nous pas rendre les sujets plus intéressants à saisir? »

À l’Université d’Ottawa, l’idée fait mouche. La doyenne de la Section de droit civil, Marie-Eve Sylvestre, évoque un « projet extraordinaire de mobilisation des connaissances ». Pour celle qui conçoit la recherche universitaire comme un dialogue en connexion et en partenariat avec la communauté, Jurivision offre à la fois une précieuse vitrine aux travaux universitaires en améliorant leur visibilité et aussi une meilleure accessibilité à l’information juridique.

Les contenus audiovisuels sont répartis en quatre grandes catégories : JuriExpérience nous trace les parcours des juristes; JuriSavoir apporte un coup de projecteur sur des publications savantes, JuriMétho révèle toutes les phases d’un processus de recherche et JuriDocs explore des sujets plus en profondeur.

Enfin, ce nouvel outil constitue une plateforme de choix pour l’Université elle-même. En documentant ainsi les travaux universitaires, les vidéos filmées et montées par M. Trépanier participent aussi à la mémoire et à l’archivage de la recherche, en plus de mettre en valeur la diversité des carrières en droit auprès des étudiants.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *