Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

La collection de photos de presse du Ryerson Image Centre raconte le Canada du XXe siècle

Les photos offertes à l’Université par des contributeurs du New York Times arrivent à point nommé pour le sesquicentenaire.

par SAMIA MADWAR | 20 JUIN 17

Une collection de 25 000 images de personnalités canadiennes, d’endroits et d’événements captées par des contributeurs du New York Times tout au long du XXe siècle a trouvé refuge au Ryerson Image Centre (RIC).

Paul Roth, directeur de la galerie du RIC, a persuadé le collectionneur Chris Bratty de donner ces images au centre de photojournalisme de la Ryerson University l’an dernier, juste à temps pour le cent cinquantième du Canada. « Cette collection est fascinante, parce qu’elle permet de comprendre les différentes façons dont le Canada a été couvert [au fil des ans] », explique M. Roth.

Quoiqu’on estime qu’il faudra encore environ un an avant que la collection complète d’images soit accessible aux étudiants et aux chercheurs, le Centre reçoit déjà des demandes, poursuit-il.

1. Photo de presse nationale du Canada, sans titre [manifestants pour la paix lors de la parade de Pâques, Toronto, Ontario], 29 mars 1959, photographie argentique sur gélatine. Collection de la famille Rudolph P. Bratty, Ryerson Image Centre.

2. Photographe inconnu pour le studio Alexandra. Distribué par Star Newspaper Service et Times Wide World, sans titre [membres de l’équipe de hockey Maple Leaf de Toronto dans les tranchées lors d’une séance d’exercice militaire], 1939, photographie argentique sur gélatine. Collection de la famille Rudolph P. Bratty, Ryerson Image Centre .

3. Photographe inconnu pour Chesterfield & Maclaren, sans titre [initiation d’un nouveau membre du club de raquette de Montréal qui reçoit la « bascule », Montréal, Québec], ca. 1924, Photographie argentique sur gélatine. Collection de la famille Rudolph P. Bratty, Ryerson Image Centre.

4. Photographe inconnu, sans titre [« Trudeaumania », Toronto, Ontario], 1968, photographie argentique sur gélatine. Collection de la famille Rudolph P. Bratty, Ryerson Image Centre.

5. Chemin de fer du Canadien Pacifique, sans titre [piscine de l’hôtel Banff Springs , Alberta], septembre 1928, photographie argentique sur gélatine. Collection de la famille Rudolph P. Bratty, Ryerson Image Centre.

6. Photographe inconnu pour l’Associated Press, sans titre [la princesse Elizabeth et le duc d'Édimbourg reçoivent un cadeau du Chef Little Dog de la Nation Kainai, et de son épouse Antoinette Heavy Shield, de la Nation Siksika, avant le Stampede, Calgary, Alberta], 19 octobre 1951. Collection de la famille Rudolph P. Bratty, Ryerson Image Centre.

Le grand public peut avoir un aperçu de la collection; des portraits de personnalités canadiennes comme Margaret Atwood et David Suzuki sont actuellement affichés sur la façade du RIC au centre-ville de Toronto. Le 13 septembre, Denise Birkhofer, conservatrice du RIC, et Gerald McMaster, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la culture visuelle autochtone et la pratique de conservation à l’OCAD University, lanceront l’exposition The Faraway Nearby, qui racontera 150 histoires par l’entremise de la collection.

Les images révèlent certains thèmes récurrents de la relation entre le Canada et les États-Unis. « La question, par exemple, de l’immigration transfrontalière n’est pas tout à fait nouvelle, note M. Roth. La collection contient des images de conscrits américains qui ont fui vers le Canada pendant la guerre du Vietnam. »

Aussi frappant, selon lui, est la considérable couverture accordée par le Times à la vie et l’œuvre d’éminents Canadiens, sans toutefois insister sur leur nationalité. « C’est ce que j’en ai retenu, conclut-il, la grande discrétion par rapport aux exploits des Canadiens dans le monde, et le fait qu’on ne les mentionne pas spécifiquement comme étant de nationalité canadienne. »

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »