Passer au contenu principal
Actualités

Les écoles de journalisme canadiennes forment une nouvelle association

Composé d’enseignants et d’administrateurs de programmes du milieu du journalisme, le réseau ÉcolesJ Canada se réunira pour la première fois en juin.

par MEAGHAN HALDENBY | 18 MAR 19

Les programmes de journalisme des établissements postsecondaires du pays se sont regroupés pour créer ÉcolesJ Canada, une organisation qui vise à faire la promotion de l’enseignement du journalisme canadien et de la collaboration.

Susan Harada, directrice adjointe de l’École de journalisme et des communications de l’Université Carleton, a dirigé la création de ce réseau professionnel qui, indique-t-elle, a été proposé il y a quelques années par des enseignants en journalisme lors d’un colloque de l’Association canadienne de communication. Elle attribue l’idée originale à Ivor Shapiro, doyen associé des études au premier cycle et des affaires étudiantes à la Faculté de communication et de design de l’Université Ryerson.

« Le journalisme traverse actuellement une période difficile, et Ivor était d’avis qu’il fallait réunir les écoles de journalisme au sein d’une organisation pancanadienne », explique Mme Harada.

Selon Charles Hays, coordonnateur du programme de journalisme de l’Université Thompson Rivers et membre du comité organisateur intérimaire d’ÉcolesJ, le nouveau réseau est le premier à remplir cette fonction au Canada.

« La formation en journalisme n’était auparavant représentée par aucune organisation », souligne-t-il. Il ajoute par ailleurs qu’avant la création de l’organisation, les professeurs de journalisme se réunissaient une fois par an au colloque de l’Association canadienne de communication et ne se revoyaient plus ensuite.

M. Hays affirme qu’il est particulièrement important que les professeurs de journalisme entretiennent des liens à l’échelle du pays, ce qui leur permet de cerner les enjeux communs aux programmes tout en tenant compte du contexte juridique, politique et culturel des différentes provinces et régions.

« Nos étudiants travailleront un peu partout au Canada, et ne leur parler que de notre point de vue régional ne leur rendrait pas service », précise-t-il.

Selon Mark Hamilton, président du programme d’études en journalisme et communication de l’Université polytechnique Kwantlen, ce sont les liens de l’organisation avec J-Source (un site Web commercial où les professionnels, les chercheurs et les étudiants du milieu du journalisme trouvent des nouvelles, des données de recherche et de l’information sur l’industrie dont le vis-à-vis francophone était ProjetJ jusqu’à l’interruption de ses activités en mai 2017) qui ont poussé son programme à devenir membre. Comme ÉcolesJ Canada appuie ce site, ses membres auront accès à une section spéciale sur l’enseignement et la pédagogie du journalisme. Mme Harada précise que cette section réservée aux membres est en cours d’élaboration.

Le site accepte également les propositions de reportages payés et de republication de contenu des étudiants des établissements membres d’ÉcolesJ Canada, et les membres peuvent publier leurs annonces sur J-Source sans frais supplémentaires.

Les membres actuels d’ÉcolesJ Canada sont l’Université Carleton, l’Université polytechnique Kwantlen, l’Université Ryerson, le Collège Algonquin, l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique, le Collège de l’Atlantique Nord, le Collège de Lethbridge, l’Université Mount Royal, l’Université de la Colombie-Britannique, l’Université du King’s College, l’Université d’Ottawa, l’Université de Regina, l’Université de Toronto et l’Université Wilfrid Laurier.

Tous les programmes de journalisme des établissements postsecondaires peuvent faire partie de l’association, qui officialisera sa structure de gouvernance au colloque annuel de l’Association canadienne de communication en juin (dans le cadre du Congrès des sciences humaines, tenu à Vancouver cette année).

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.