Passer au contenu principal
Actualités

Les IRSC réforment leur processus d’évaluation par les pairs

L’organisme de recherche en santé introduira graduellement les changements à compter de 2014.

par ROSANNA TAMBURRI | 20 FEV 13

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) procèdent à la restructuration de leurs processus de financement et d’évaluation par les pairs. Le premier concours effectué selon les nouveaux modes de financement aura lieu à l’automne 2014, soit un an plus tard que prévu.

« Nous nous sommes fait dire de ne pas précipiter les choses », affirme Jane Aubin, vice-présidente à la recherche et chef des affaires scientifiques, IRSC. L’an dernier, l’organisme subventionnaire a consacré plusieurs mois à recueillir les commentaires de chercheurs et de représentants d’instituts au sujet des changements proposés. « Nous avons reçu toutes sortes de commentaires, allant de “Nous sommes d’accord sur toute la ligne” à “Nous détestons!”, en passant par la gamme d’opinions intermédiaires », raconte Mme Aubin. L’organisme a ensuite modifié plusieurs éléments de son nouveau modèle en fonction de ces commentaires.

Elle mentionne que les chercheurs ont accordé leur appui ferme au plan des IRSC de rationaliser et de simplifier le processus de demande de subvention pour les programmes de financement de la recherche entreprise à l’initiative de chercheurs. Le nouveau système comprendra deux modes de financement, l’un axé sur les programmes (volet Fondation) et l’autre sur les projets (volet Projet).

Les demandes soumises selon le mode de financement du volet Projet seront évaluées principalement en fonction de la qualité du projet et de l’originalité de l’idée. Les subventions seront accordées pour des périodes allant de un à cinq ans et se situeront entre 25 000 $ et 750 000 $. Deux concours se tiendront annuellement, mais les chercheurs ne pourront présenter qu’une seule demande.

En ce qui concerne le mode de financement du volet Fondation, l’expérience du chercheur constituera le principal critère d’évaluation des demandes. Ce mode de financement à long terme est conçu pour offrir aux chercheurs chevronnés ou aux jeunes chercheurs prometteurs la souplesse dont ils ont besoin pour mener de la recherche à risque sur une longue période et pour réduire le nombre de demandes à présenter pour financer un seul projet. Les subventions de recherche seront accordées sur sept ans aux chercheurs chevronnés et sur cinq ans aux chercheurs débutants. La valeur moyenne de chaque subvention se situera entre 50 000 $ et 1,5 M$, et un concours sera lancé annuellement.

Les changements seront introduits progressivement à compter de l’an prochain. Le premier concours pilote du volet Fondation sera lancé en 2014 et les demandes seront acceptées jusqu’à l’automne. Un deuxième concours pilote du même volet se tiendra en 2015, et deux concours du volet Projet sont prévus en 2016. D’autres modifications pourraient être apportées au cours de la mise en place du système.

Lorsque la transition vers le nouveau mode de financement sera terminée, les IRSC s’attendent à financer environ 750 projets du volet Fondation, et 2 200 du volet Projet, pour environ le même nombre de chercheurs principaux qu’actuellement. L’organisme finance aussi des projets dans des domaines ciblés de recherche qui ne seront pas touchés par les changements.

Le processus d’évaluation par les pairs utilisé pour les demandes de financement subira aussi une restructuration complète. Les IRSC ont déjà commencé à mettre sur pied le « collège des évaluateurs » qui sera responsable non seulement de procéder aux examens, mais aussi de recruter et de retenir les évaluateurs, ainsi que d’offrir de la formation et du mentorat; les évaluateurs d’expérience pouvant agir à titre de mentor auprès des recrues. Les IRSC font appel à la collaboration des universités et des instituts de recherche pour mettre en place des mesures incitatives et des récompenses pour attirer et retenir les évaluateurs. Les chercheurs chevronnés qui sont titulaires de subventions sur sept ans dans le cadre du volet Fondation devront être membres du collège pour obtenir leurs subventions.

L’organisme, qui dispose actuellement d’une liste de plus de 5 000 évaluateurs, souhaite accroître ce nombrer à 8 000, en partie en ayant recours à un mode virtuel d’évaluation qui permettrait entre autres de recruter à l’étranger.

Mme Aubin précise que le projet d’adopter un mode virtuel d’évaluation a suscité des réactions partagées de la part de certains chercheurs qui se demandent si les examens effectués à distance par vidéoconférence seraient aussi efficaces que les examens traditionnels. « Il est prouvé que les évaluations effectuées en mode virtuel peuvent, en réalité, donner de meilleurs résultats que les évaluations en personne », signale-t-elle.

Les demandes présentées dans le cadre du volet Projet subiront une évaluation en deux étapes : la première sera effectuée à distance et la seconde en personne, alors que celles du volet Fondation subiront une évaluation en trois étapes : les deux premières seront effectuées à distance et la dernière en personne.

Certains instituts de recherche et universités se sont par ailleurs montrés préoccupés par rapport à l’exigence imposée aux chercheurs d’obtenir un engagement officiel de soutien de la part de leur établissement. Les IRSC avaient d’abord envisagé d’imposer cette condition pour les deux volets, mais elle ne s’appliquera finalement qu’aux subventions du volet Fondation. Mme Aubin mentionne que le président des IRSC, Alain Beaudet, continuera de rencontrer les administrateurs au cours du printemps afin de déterminer quel serait le soutien approprié. « Il n’est pas du tout question de la part des IRSC d’imposer quoi que ce soit aux établissements, dit-elle. Sauf que, lorsque les IRSC s’engagent pour une période de sept ans, il y a vraisemblablement des conséquences pour les établissements. »

À long terme, les IRSC prévoient mener une étude afin d’évaluer la fiabilité, la cohérence et l’équité du nouveau processus d’évaluation par les pairs, et faire part des résultats au milieu international de la recherche.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.