Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

Quand génie et bière font la paire

La compétition interuniversitaire Saveurs de génie rassemble les étudiants membres des clubs brassicoles, les microbrasseries et les amateurs de bière.

par PIERRE BLAIS | 13 DÉC 18

Voilà des décennies que le cliché dépeint les étudiants universitaires comme de grands consommateurs de bière. Si certains ont le coude léger, d’autres préfèrent s’attarder à ce qui se cache derrière celle-ci, pour l’apprécier finement. C’est ainsi que la compétition interuniversitaire Saveurs de génie est apparue il y a quelques années. Elle regroupe aujourd’hui des centaines de fanatiques de ce breuvage aussi populaire que méconnu, une compétition qui a également permis une collaboration concrète des étudiants aux activités de microbrasseries.

Saveurs de génie réunit annuellement, depuis 2015, des centaines d’amateurs de bière qui en profitent pour déguster les produits de microbrasseries. S’ajoutent les bières concoctées par des clubs brassicoles universitaires qui élargissent considérablement l’offre lors de l’événement.

Pendant Saveurs de génie, trois prix sont remis en marge des activités de socialisation. On récompense la meilleure innovation appliquée au monde des brasseurs de bière, la meilleure boisson selon un jury et le coup de cœur du public.

« Chaque université participante doit soumettre un projet dans le volet innovation », explique Marie-Pierre Desjardins Larocque, responsable des communications de l’événement en 2018. « GéniALE, le groupe brassicole de l’École de technologie supérieure (ETS), a par exemple imaginé un prototype de système d’analyse de fermentation », précise-t-elle avant d’ajouter que c’est une nouveauté qui permet aux étudiants de « travailler avec les microbrasseries et pour les microbrasseries ». C’est d’ailleurs l’innovation qui a été couronnée au terme de la compétition.

Si la compétition est accueillie par l’ETS, les clubs participants ne sont pas nécessairement liés qu’aux programmes de génie, bien que ce soit généralement le cas.

Quelques étudiants du programme de science et technologie des aliments ont fondé, il y a une dizaine d’années, le club Brassta de l’Université Laval. « Ils voulaient brasser plus régulièrement et vulgariser l’activité aux autres étudiants », explique Julien Légaré-Turcotte, vice-président aux affaires externes de Brassta. « Ultimement, l’association s’est ouverte et des gens de partout se sont impliqués », poursuit-il.

Pour la portion innovation du concours, le Brassta a présenté une idée permettant de remplacer le malt dans la bière. « On prévoit une éventuelle pénurie d’orge et de malt en raison des changements climatiques. On utilise donc du pain dont la date de péremption est dépassée pour remplacer ces ingrédients. On ne sait pas si tout sera concluant à 100 pour cent, mais n nous a confirmé que l’idée est bonne et qu’elle circule dans l’industrie », ajoute M. Légaré-Turcotte. À défaut d’avoir mis la main sur le trophée récompensant la meilleure innovation, le Brassta a reçu le prix du jury pour le goût de sa bière Faculthé.

Cette quatrième édition a attiré près de 1 500 personnes au début de novembre, un chiffre qui a doublé comparativement à l’an dernier. « On va devoir vérifier si la croissance peut être absorbée », reconnaît candidement Mme Desjardins Larocque, ajoutant tout de même que « la porte est ouverte aux autres clubs étudiants du pays, on veut attirer des gens de partout » en vue des prochaines éditions.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »