Passer au contenu principal
Actualités

Les élèves à faible revenu ont besoin plus d’attention

Une étude révèle qu’un coup de pouce pour remplir les formulaires de demande d’aide financière peut faire toute une différence

par ROSANNA TAMBURRI | 09 NOV 09

Selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs canadiens et américains, il suffirait d’aider les élèves à faible revenu à remplir les formulaires de demande d’aide financière pour les inciter à aller à l’université.

Cette étude a été réalisée par des chercheurs de l’Université de Toronto, de l’Université Harvard, de l’Université Stanford et du National Bureau of Economic Research des États-Unis en partenariat avec le cabinet comptable H&R Block. Quelque 26 000 familles et personnes à faible revenu de l’Ohio et de la Caroline du Nord y ont participé.

Les résultats de cette étude, réalisée aux États-Unis, pourraient avoir d’importantes répercussions sur les politiques canadiennes puisque les jeunes d’ici se trouvent probablement devant des obstacles analogues pendant le processus de demande d’aide financière, comme l’explique Philip Oreopoulos, professeur d’économie à l’Université de Toronto ayant contribué au projet.

Des fiscalistes de H&R Block ont aidé un groupe de familles et de personnes, choisies au hasard, ayant un revenu annuel inférieur à 45 000 $ US, à remplir des formulaires de demande d’aide financière aux étudiants pendant la période des impôts de 2008. On leur précisait aussi la somme estimative de l’aide financière gouvernementale accessible, et les participants recevaient de l’information sur les frais de scolarité des établissements postsecondaires locaux. Un deuxième groupe ne recevait que de l’information sur l’aide accessible et les frais de scolarité, mais aucune aide pour remplir les formulaires. Un troisième groupe, le groupe témoin, n’a reçu que des brochures expliquant les avantages de l’enseignement supérieur et présentant le processus d’obtention d’une aide financière.

L’étude révèle que les personnes qui ont reçu de l’aide pour remplir les formulaires étaient considérablement plus susceptibles de soumettre une demande et de s’inscrire à l’université ou au collège. Les élèves de 12e année dont la famille a reçu ce soutien étaient aussi plus susceptibles de s’inscrire au collège ou à l’université que ceux du groupe témoin, qui n’ont reçu que des brochures, et ce, dans une proportion de 29 pour cent, ou 7,7 points de pour-centage. Les personnes à qui on a donné un coup de pouce étaient également plus susceptibles de recevoir de l’aide financière. Le programme d’aide a, par ailleurs, contribué à stimuler les taux d’inscrip-tion chez les jeunes adultes diplômés du secondaire qui n’ont jamais poussé leurs études plus loin. Le deuxième groupe, qui a reçu de l’information sur l’aide financière accessible et les frais de scolarité, mais aucun soutien direct, n’a pas vu son taux d’inscription augmenter de façon significative.

L’étude semble indiquer que le fait d’apporter une aide directe dans la présentation de demandes d’aide financière et de fournir une information adéquate sur le processus de demande pourrait contribuer efficacement à accroître les taux de fréquentation universitaire chez les jeunes à faible revenu.

De nombreuses études réalisées au Canada et aux États-Unis montrent que les enfants de familles à faible revenu sont moins susceptibles de fréquenter un établissement postsecondaire que les enfants de familles à revenu élevé.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
University Affairs moderates all comments according to the following guidelines. If approved, comments generally appear within one business day. We may republish particularly insightful remarks in our print edition or elsewhere.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Click to fill out a quick survey