Passer au contenu principal
Actualités

Un groupe de musique pour adultes débutants sert aussi de laboratoire de recherche

Fondée par un candidat au doctorat de l’Université McGill, l’Harmonie nouveaux horizons de Montréal prouve qu’il n’est jamais trop tard pour profiter des avantages d’un cours de musique.

par NATALIE SAMSON | 15 AOÛT 16

Au cours des derniers semestres d’hiver, un groupe d’aînés a joué le rôle de cobayes dans le cours de dernière année en enseignement de la musique de Lisa Lorenzino. Dans le cadre de ce cours au premier cycle de l’Université McGill, les étudiants doivent créer des arrangements ou composer une pièce et l’enseigner ensuite à l’orchestre de recherche du programme, habituellement composé d’étudiants en musique expérimentés. Cette fois, grâce à l’Harmonie nouveaux horizons de Montréal (NH Montréal), un groupe intergénérationnel de néophytes, les étudiants peuvent vivre une expérience en enseignement complètement différente.

En effet, NH Montréal est un ensemble à vents et à percussions composé d’adultes avec très peu ou pas du tout d’expérience musicale. N’importe qui peut se joindre à cet ensemble composé de 50 musiciens, âgés pour la plupart entre 50 et 60 ans. « À un moment donné, le groupe comprenait une adolescente de 17 ans et une femme de 74 ans », relate Audrey-Kristel Barbeau, directrice générale de l’ensemble. Doctorante à l’École de musique Schulich de l’Université McGill, Mme Barbeau a fondé NH Montréal en 2014 dans le cadre de sa recherche sur les effets de l’enseignement de la musique sur la santé des aînés.

Participants dans le groupe de l'Harmonie nouveaux horizons. Photo de l'Harmonie nouveaux horizons.
Participants dans le groupe de l’Harmonie nouveaux horizons. Photo de l’Harmonie nouveaux horizons.

De janvier à juin 2014, Mme Barbeau a suivi les progrès de huit membres de l’ensemble pendant qu’elle accompagnait la première cohorte. Elle leur a appris à ouvrir correctement l’étui puis à assembler leur instrument, et à suivre le tempo pour finalement présenter un concert public. Les données recueillies par entrevues, questionnaires, mesures de la tension artérielle et tests de capacité pulmonaire dans le cadre de la rédaction de sa thèse, qui sera soutenue cet automne, lui ont permis de découvrir que le programme avait un effet positif sur la santé biologique, psychologique et sociale des participants.

Joan Barrett en est un exemple probant. Elle s’est jointe à NH Montréal peu de temps après avoir pris sa retraite. « Parfois, je peux presque sentir mon cerveau travailler, une sensation associée à la qualité de vie, a-t-elle expliqué lors d’une entrevue avec le personnel de l’Université McGill. J’adore le sentiment de réussite que m’apporte le fait d’apprendre quelque chose de nouveau et de différent. »

Mme Barbeau a entendu de nombreux participants lui dire qu’ils s’étaient amusés, même si la tâche était ardue. « C’est difficile d’accepter d’être un débutant passé un certain âge », explique-t-elle. Et quand elle sent la motivation diminuer au sein des membres du groupe, elle leur répète que « faire de son mieux est suffisant », un slogan emprunté à l’association internationale de musique nouveaux horizons, un organisme-cadre qui appuie plus de 200 groupes nouveaux horizons aux États-Unis et au Canada (notamment à l’Université Western Ontario). L’ensemble de Mme Barbeau est le premier au Québec, mais bientôt un groupe bilingue sera formé dans l’Ouest-de-l’Île de Montréal.

« Les groupes anglophones sont répartis partout au Canada et aux États-Unis. Nous avons fait des échanges avec les groupes nouveaux horizons d’Ottawa et de Potsdam, à New York. Nous avons hâte de collaborer avec d’autres groupes du Québec. »

Il y a deux ans, NH Montréal a quitté son premier local de l’Université McGill pour emménager à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal de l’Université de Montréal. Mme Lorenzino dit que l’École de musique Schulich est toujours prête à accueillir l’ensemble. « Nous aimons ces gens, tout simplement! Ils nous stimulent et nous rappellent que notre travail est important. »

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  1. Marie Lise Lagacé / 2 October 2019 at 02:27

    Peut-on s’adresser à IUGM pour (avoir plus de renseignements) sur ces NH si nous avons un intérêt certain à la musique et que, malgré notre âge, le plus grand et presque seul réel bonheur de notre vie est de nous retrouver aux concerts de l’OSM et que nous croyons à l’influence de la musique sur le vieillissement ?

    Merci