Passer au contenu principal

Des bourses d’études qui changent la vie

Le Canada compte quelques programmes privés de bourses d’études ciblés et non réservés aux enfants des employés des entreprises qui les offrent.

par ROSANNA TAMBURRI | 04 AVRIL 11

Saswati Deb, de Toronto, a 24 ans. À 12 ans, elle s’est rendue à Calcutta (Inde), son lieu de naissance, pour assister à un mariage. L’image d’un enfant aperçu par hasard au cours de ce séjour ne l’a jamais quittée. À peine vêtu, il faisait les poubelles pour se nourrir. Sans le savoir, il a fait naître en elle la passion du bénévolat et de l’action communautaire.

En 2004, Mme Deb s’est vu décerner une bourse d’études TD pour le leadership communautaire, destinée à récompenser l’action exceptionnelle de jeunes Canadiens au profit de la collectivité. Chaque année, la Banque TD verse à ce titre 1,4 million de dollars à 20 étudiants du secondaire, de partout au Canada. Chacun peut recevoir jusqu’à 70 000 $ sur quatre ans, pour couvrir ses frais de scolarité et de subsistance au premier cycle. Depuis la création du programme, en 1995, 15 millions de dollars ont été versés à 300 étudiants.

Titulaire d’une maîtrise de l’Université de Toronto depuis 2010, Mme Deb travaille pour le ministère ontarien des Services sociaux et communautaires. Elle prévoit éventuellement s’inscrire en droit pour briguer ensuite une charge publique, peut-être même celle de première ministre. Quoi que l’avenir lui réserve, elle tient d’ores et déjà à remercier sa famille et le Groupe financier Banque TD : « La bourse dont j’ai bénéficié est formidable, elle m’a permis de m’accrocher à mon objectif : agir pour changer les choses. »

De nombreuses entreprises proposent des programmes de bourses d’études destinées aux enfants de leurs employés. (L’Association des universités et collèges du Canada en gère à elle seule plus de 150, pour diverses sociétés.) Les bourses qu’offre la Banque TD sont toutefois d’un type particulier. Entièrement financées par des entreprises ou des fondations privées, elles ne sont rattachées à aucun établissement, poursuivent un objectif élargi et témoignent de l’esprit citoyen des entités donatrices, comme le précise Jon Dellandrea, chancelier de l’Université Nipissing et ancien premier responsable de l’avancement à l’Université de Toronto.

Outre celui de la Banque TD, voici quatre autres programmes de bourses d’études destinés à changer à jamais la vie des jeunes bénéficiaires au Canada :


  • La Fondation Baxter & Alma Ricard
    décerne des bourses d’études aux étudiants canadiens-français hors Québec pour leur permettre de poursuivre des études de deuxième et de troisième cycle, dans le domaine, la langue et le pays de leur choix. Doté d’une enveloppe annuelle de 1,25 million de dollars, ce programme est l’un des plus importants à reposer sur la générosité de donateurs particuliers, explique son directeur général, Alain Landry. Le montant versé annuellement à chaque étudiant dépend de ses besoins et peut atteindre 50 000 $ si celui-ci souhaite étudier à l’étranger. Au cours de la dernière année, 24 bourses ont été décernées à des étudiants de l’ensemble du Canada.
  • La société Cameco, de Saskatoon, l’un des premiers producteurs mondiaux d’uranium, finance trois programmes de bourses d’études. Le premier verse à des étudiants du nord de la province jusqu’à 7 500 $ par année pour leur permettre d’obtenir un grade ou un diplôme au sein de l’établissement de leur choix. Le second décerne des bourses du même montant à des étudiants autochtones qui briguent un diplôme en administration. Le troisième, doté d’une enveloppe de 50 000 $, verse annuellement jusqu’à 5 000 $ pendant quatre ans à des étudiants autochtones saskatchewanais pour leur permettre d’étudier à l’Université de la Saskatchewan dans une discipline liée à l’exploitation minière, et d’effectuer trois stages estivaux au sein de l’entreprise.
  • Offert en partenariat avec les Grands Frères Grandes Sœurs du Canada et le YMCA, le programme de bourses d’études VisionJeunesse de la CIBC vient en aide aux étudiants du secondaire aux prises entre autres avec des difficultés financières et autres. La CIBC décerne chaque année plus de un million de dollars à 30 étudiants canadiens de 10e année. Chacun peut éventuellement recevoir jusqu’à 36 000 $ pour couvrir ses frais de scolarité universitaire ou collégiale pendant quatre ans et profiter, par l’entremise du YMCA, de stages estivaux rémunérés. Depuis les débuts du programme il y a 10 ans, la CIBC a versé 10 millions de dollars à plus de 350 étudiants.
  • Enfin, la Fondation Desjardins verse chaque année environ 700 000 $ sous forme de bourses de perfectionnement et d’études ainsi que de subventions de recherche à des étudiants québécois ou membres des Caisses populaires ontariennes qui font des études postsecondaires. Depuis sa création en 1970, la Fondation a versé plus de 10 millions de dollars à près de 9 000 étudiants.
Rédigé par
Rosanna Tamburri
Missing author information
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.