Passer au contenu principal
Conseils carrière

Cinq stratégies pour améliorer la qualité rédactionnelle dans vos cours

Rehausser la qualité de rédaction chez les étudiants.

par ROGER GRAVES | 15 JAN 14

Que souhaitez-vous obtenir?

a) améliorer la qualité des travaux écrits que vous remettent vos étudiants à la fin du semestre;
b) gagner du temps lorsque vous corrigez des piles de copies;
c) améliorer vos évaluations de cours;
d) toutes ces réponses.

L’une des façons d’atteindre ces objectifs consiste à repenser les travaux de rédaction que vous donnez à vos étudiants. La meilleure ressource que j’ai trouvée pour y parvenir est l’ouvrage de John Bean Engaging Ideas: The Professor’s Guide to Integrating Writing, Critical Thinking, and Active Learning in the Classroom, 2e édition (San Francisco: Jossey-Bass, 2011). Si le sujet vous intéresse et que vous avez le temps, je vous recommande de le lire en entier. Sinon, essayez d’abord les cinq stratégies décrites ci-dessous, qui vous aideront à vous rapprocher de vos visées d’enseignement.

Voici quelques conseils qui vous aideront à préciser vos objectifs à l’intention de vos étudiants et à réduire la confusion dans votre cours.

1. Précisez le genre du texte demandé

La question du genre du texte crée beaucoup de confusion chez les étudiants, ce qui entraîne de piètres résultats d’écriture. Les termes « travail écrit » ou « dissertation » ne précisent pas suffisamment le type de texte auquel vous vous attendez.

John Bean, professeur d’études anglaises à l’Université de Seattle, a écrit un excellent chapitre à ce sujet. En résumé, il vous faut d’abord déterminer le but intellectuel ou l’objectif d’apprentissage du travail. Souhaitez-vous que les étudiants intègrent dans leur texte une philosophie d’enseignement en particulier? Qu’ils résument des résultats de recherche et s’en servent pour recommander un plan d’action? Une fois l’objectif d’apprentissage fixé, vous pourrez choisir le genre ou le type de texte qui permettra aux étudiants d’y parvenir.

2. Expliquez aux étudiants comment vous évaluerez leur travail
L’élaboration d’une grille d’évaluation alors que vous rédigez la description du travail vous fera gagner des heures au moment de le corriger. Une telle grille facilitera également la tâche à vos étudiants lorsqu’ils établiront le plan de leur travail.

Les critères de rédaction varient d’un professeur et d’une discipline à l’autre : vous ne recherchez sans doute pas exactement la même chose dans un texte que d’autres professeurs. Vous devez donc indiquer à vos étudiants ce que vous souhaitez retrouver dans les travaux qu’ils vous remettront.

3. Prévoyez l’étape de la révision dans l’échéancier
Selon Robert Graves (aucune parenté avec l’auteur de ces lignes, malheureusement), « bien écrire est impossible, on ne peut que bien réécrire ». Pour obtenir des rédactions de qualité de la part de vos étudiants, vous devez donc exiger qu’ils livrent une première version du document à temps pour la faire relire par quelqu’un d’autre, puis qu’ils la révisent.

Pour favoriser la révision, on peut entre autres réserver du temps en classe ou en ligne pour que les étudiants puissent lire les travaux de leurs pairs et rédiger des commentaires. Fournissez-leur trois ou quatre questions pour orienter leur examen par les pairs (Quelle est la thèse du texte? Quelles preuves l’auteur a-t-il fournies? La transition d’un paragraphe à l’autre se fait-elle bien?).

On peut accorder quelques points pour cette révision (deux ou trois pour cent de la note finale) afin d’encourager les étudiants à la prendre au sérieux. Il est également possible de diviser un travail de longue haleine en deux ou trois plus petits travaux, par exemple une proposition de sujet, une bibliographie annotée et le travail écrit comme tel. On peut ainsi offrir des conseils en cours de route, au moment où les étudiants peuvent encore modifier l’orientation de leur projet.

4. Donnez des travaux de rédaction formatifs pour développer l’esprit critique

M. Bean prône la rédaction de type « formatif », c’est-à-dire qui n’est pas noté ou qui représente une très faible proportion de la note finale. Ce genre de rédaction permet d’explorer différentes idées, pousse les étudiants à prendre des risques et développe leur esprit critique. Ils peuvent entre autres être appelés à résumer le contenu d’un exposé, à explorer des solutions originales à certains problèmes ou à s’approprier les sujets abordés en classe.

Ces travaux sont généralement brefs; certains peuvent faire l’objet d’une correction en classe par un autre étudiant et beaucoup peuvent être rédigés en ligne. Tous ces travaux formatifs permettent aux étudiants de se familiariser avec le contenu du cours. Souvent, ils peuvent servir à poser des problèmes qui incitent les étudiants à lire les documents de référence et à participer plus activement aux discussions en classe.

5. Faites appel au centre d’aide à la rédaction de l’université
Une dernière stratégie : de nombreuses universités possèdent un centre d’aide à la rédaction. Communiquez avec le directeur pour connaître les ressources offertes, qu’il s’agisse de tuteurs ou d’outils en ligne, dont pourraient profiter vos étudiants. En une séance d’une heure avec un tuteur chevronné, un groupe d’étudiants peut faire des progrès remarquables.

Roger Graves est professeur d’études anglaises et cinématographiques et directeur du programme Writing Across the Curriculum, à l’Université de l’Alberta.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *