Passer au contenu principal
Conseils carrière

Décortiquer la lettre d’offre de poste universitaire

Vous avez du courrier.

par ROBERT SUMMERBY-MURRAY | 05 MAR 12

Lorsqu’on est en recherche d’emploi, la découverte d’une lettre portant l’emblème d’une université dans sa boîte aux lettres a de quoi donner des palpitations. Enfin! Après les entrevues, les présentations et les nombreuses rencontres, voici une offre d’enseigner à l’université. Cette lettre peut cependant contenir des éléments inconnus et même avoir omis de l’information pertinente.

Lors du Congrès de 2011 de la Fédération canadienne des sciences humaines, Robert Summerby-Murray, doyen de la faculté des arts et des sciences sociales de l’Université Dalhousie, a donné une conférence dans le cadre de la Foire aux carrières au sujet des renseignements que doit généralement contenir une lettre d’offre de poste universitaire. Bien que le présent article ne couvre pas exhaustivement le contenu de tous les types de lettres – tout dépend du poste convoité –, il donne un aperçu des éléments de base qui doivent s’y retrouver.

Tout d’abord, sachez que si vous recevez une lettre d’offre d’emploi, c’est que vous êtes le candidat de premier choix. Vous avez été choisi à la suite d’un processus de sélection minutieux et mûrement réfléchi. On a examiné votre CV, votre projet et votre philosophie d’enseignement ainsi que votre programme de recherche. Certaines lettres énoncent très clairement que l’emploi est à vous. D’autres, par contre, commencent par une formule du genre : « J’ai le plaisir de vous annoncer que j’ai recommandé au recteur votre candidature au poste de X ». Bien que celle-ci laisse croire que l’offre est conditionnelle à l’approbation du recteur, sachez que le signataire de la lettre agit généralement au nom du recteur. En cas de doute, appelez-le. Son nom et ses coordonnées se trouveront dans la lettre.

Salaires et avantages sociaux : Voilà un élément qui doit évidemment se trouver dans la lettre. Celle-ci doit préciser le salaire qui vous sera versé et s’il s’agit d’un poste menant à la permanence ou d’un poste d’enseignement uniquement. Bon nombre d’universités sont tenues de respecter rigoureusement une échelle salariale en raison de leurs conventions collectives; il n’y a donc pas beaucoup de place pour la négociation. Assurez-vous de consulter la convention collective de l’établissement; elle se trouve généralement sur son site Web.

La lettre donnera probablement un aperçu des avantages sociaux offerts, sans les décrire exhaustivement. On vous a peut-être déjà remis la trousse d’information à ce sujet lors de l’entrevue. Selon M. Summerby-Murray, la plupart des universités offrent de bonnes assurances médicales, bien qu’on observe des différences mineures d’un établissement à l’autre. Un régime de retraite fait également partie de la gamme d’avantages offerts.

Date limite : Voilà un autre élément incontournable. Il y aura dans la lettre une phrase de la sorte : « Nous attendons votre réponse d’ici le X ». Cette échéance n’est sans doute pas coulée dans le béton. Si l’offre porte sur un mandat à durée limitée, mais que vous êtes sur la liste restreinte pour un poste menant à la permanence dans un autre établissement, communiquez sans attendre avec l’expéditeur de la lettre pour l’informer de la situation. La plupart des administrateurs cherchent à bien servir les intérêts généraux du milieu universitaire, ce qui signifie que si vous êtes motivé par une offre de poste menant à la permanence, il y a peu de risque qu’on vous mette des bâtons dans les roues.

Fonds de démarrage : Beaucoup d’universités prévoient des fonds de soutien aux nouveaux chercheurs. Il peut s’agir de fonds de fonctionnement ou de fonds de dotation qui servent précisément à stimuler les nouveaux employés sur le plan de la recherche. La lettre peut mentionner les fonds disponibles et donner un aperçu des coûts nécessaires au démarrage de votre programme de recherche. Tout dépend de vos besoins.

Frais de déménagement : Si vous quittez Toronto pour Whitehorse, vous aurez certaines dépenses. Celles-ci doivent être abordées dans la lettre. Gardez en tête que le soutien que les universités peuvent offrir a certaines limites. Vous devez en discuter au préalable et devez demander des références d’agences immobilières pour l’hébergement. Informez-vous également au sujet des services de garde (bien entendu, ce sera plus facile si vous avez déjà abordé ces questions lors de l’entrevue). Certaines universités prévoient des dispositions visant l’embauche des conjoints; si vous avez négocié quelque chose en ce sens, l’offre doit y faire référence. Ces questions seront peut-être abordées dans une autre lettre, mais vous devez savoir comment évoluent les choses.

Si un de ces éléments est absent de la lettre que vous avez reçue, ou s’il manque de l’information, communiquez avec l’expéditeur. Il sera sans doute en mesure de répondre à toutes vos questions.

Robert Summerby-Murray est doyen de la faculté des arts et des sciences sociales de l’Université Dalhousie.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *