Passer au contenu principal
Conseils Carrière

La gestion de votre argent

Les subventions de recherche et l’établissement d’un budget : un terrain glissant.

par MICHAEL MCINTYRE | 16 AOÛT 10

La gestion efficace d’un budget est importante dans la vie d’un étudiant aux cycles supérieurs parce que celui-ci a souvent peu de revenus, peu de temps libre et un horizon de planification qui s’étend plus loin que celui de la majorité des gens. On définit l’horizon de planification comme la période de temps au cours de laquelle une personne met en œuvre son plan financier. Dans le cas d’un étudiant aux cycles supérieurs dont la subsistance découle de subventions périodiques, l’horizon de planification s’étend habituellement du moment présent à la date du prochain chèque de subvention.

Deux éléments viennent cependant compliquer les choses. Premièrement, l’intuition des humains n’est pas très relevée lorsqu’il s’agit de faire des estimations, et deuxièmement, de petites erreurs budgétaires à court terme peuvent se convertir en de grosses erreurs à long terme. La preuve que ces phénomènes se produisent dans la vraie vie? Regardez combien d’étudiants, parmi vos connaissances, manquent d’argent à un certain moment (généralement en avril) avant la fin de leur horizon de planification.

Il est pratique de connaître les causes profondes des échecs budgétaires, puisqu’une solution en quatre points s’en dégage.

1. Observer

Prenez note, pendant deux ou trois semaines, de la moindre dépense (que ce soit pour un café, la location d’un film ou la buanderie). Vous calculerez ainsi vos sorties de fonds. La plupart des gens font complètement fausse route lorsqu’ils estiment leurs sorties de fonds quotidiennes. Prendre vos dépenses en note vous permettra d’améliorer de beaucoup l’exactitude de vos estimations.

 

2. Estimer

Référez-vous ensuite à vos notes sur vos sorties de fonds hebdomadaires pour estimer vos dépenses d’ici l’arrivée de votre prochain chèque de subvention. De même, vous pouvez estimer les rentrées de fonds provenant de vos revenus au cours de la même période.

3. Calculer

Il est facile de découvrir si vous pouvez couvrir vos dépenses au cours de votre horizon de planification. Calculez comme suit :

Excédent (déficit) = (sommes disponibles + revenus prévus) – (sorties de fonds mensuelles x nombre de mois restants à l’horizon de planification)

Si le résultat est positif, tout va bien. Dans le cas contraire, il vous faut trouver de nouvelles sources de revenus ou réduire vos dépenses.

4. Réfléchir

Vous devez utiliser cette équation assez fréquemment. Le faire chaque mois n’est probablement pas suffisant; répéter l’équation chaque semaine ou aux deux semaines devrait faire l’affaire. C’est ainsi que vous constaterez si votre estimation d’origine ressemble à vos dépenses réelles. Après quelques mois, recommencez à prendre vos sorties de fonds en note pendant une ou deux semaines et vérifiez votre estimation. Si votre excédent a diminué ou, pire encore, si vous êtes près de vous retrouver avec un manque à gagner, relevez vos sorties de fonds plus souvent et calculez votre excédent ou votre déficit une nouvelle fois.

La gestion efficace d’un budget vous permet également d’en avoir pour votre argent. Vous pouvez faire beaucoup de choses pour améliorer vos finances.

Quelques suggestions

Vous pourriez commencer en investissant dans des dépôts à terme. Il s’agit de dépôts dont la date d’échéance est fixe et dont le taux d’intérêt est généralement plus élevé que ceux accordés par les banques pour les dépôts aux comptes. Certains d’entre eux sont encaissables, c’est-à-dire que vous pouvez en retirer de l’argent avant la date d’échéance au besoin. Votre conseiller financier peut vous expliquer les options qui vous conviennent le mieux et établir avec vous les dates d’échéance qui cadrent le mieux dans votre plan de dépenses.

Vous pourriez également trouver une banque qui offre un compte de chèques sans frais et la possibilité d’accéder à votre compte en ligne, comme les Services financiers le Choix du Président, chez Loblaws. Un compte à frais réduits d’une banque qui possède un guichet automatique près de votre travail (sur le campus, par exemple) ou de chez vous est également une bonne option.

Ne vous servez jamais du guichet automatique d’une banque qui n’est pas la vôtre. Vous pourriez payer jusqu’à trois dollars en frais de retrait.

Enfin, surveillez la circulaire de votre épicier. Faire provision de soupes et d’autres aliments achetés à 69 cents plutôt qu’au prix habituel vous permet d’économiser une somme intéressante au fil du temps.

Mais par-dessus tout, si vous réfléchissez un peu à la façon dont vous dépensez votre argent et au moment où vous le faites, vous penserez probablement par vous-même à une multitude de façons d’économiser.

Michael McIntyre, professeur adjoint à la Sprott School of Business de l’Université Carleton, est coauteur de
University Matters, un livre sur la réussite universitaire destiné aux étudiants au premier cycle.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *