Passer au contenu principal
Conseils Carrière

Télévoteurs : Comment les intégrer à son enseignement

Utilisée efficacement, une rétroaction immédiate des étudiants peut dynamiser la salle de classe

par BALBIR GILL | 08 JUIN 09

Si vous vous êtes déjà demandé ce à que vos étudiants pensent réellement pendant vos cours, en particulier lorsque le groupe compte 700 étudiants ou plus, vous pourriez envisager d’utiliser des systèmes de réponses, ou télévoteurs. Ce petit appareil ressemble à une télécommande dont les étudiants se servent pour répondre en temps réel à des questions à choix multiples posées par le professeur.

Les universités McGill, de la Colombie-Britannique, Western Ontario, de la Saskatchewan, du Nouveau-Brunswick et de l’Alberta ont toutes adopté cet appareil novateur. Il ne suffit toutefois pas de simplement poser des questions aux étudiants; le télévoteur doit être intégré aux cours de façon à demander un effort aux étudiants et à susciter leur participation pour que la magie opère.

« L’utilisation de télévoteurs a pour principal atout de transformer l’aspect qualitatif des cours », a affirmé Tim Stelzer, co-inventeur de i>clicker, une des marques de télévoteurs disponibles, au cours d’une démonstration de son produit à l’Université Concordia en avril dernier. « Plutôt que d’absorber l’information passivement, les étudiants participent activement à la production de savoir à partir de l’information qu’ils fournissent et de leurs expériences », ajoute M. Stelzer, professeur de physique à l’Université de l’Illinois.

Voici donc quelques trucs pour se servir des systèmes de réponses en classe et, idéalement, faire participer vos étudiants.

Se préparer

Il existe deux volets à un système de réponses : les outils du professeur et les télévoteurs des étudiants achetés à la librairie universitaire.

Comme les étudiants doivent acheter leur télévoteur et qu’ils peuvent l’utiliser dans plusieurs cours, veuillez vérifier quelle marque de télévoteur votre établissement a adoptée (i>clicker, Turning Point ou Interwrite, par exemple). Certaines universités rachètent les télévoteurs usagés et les revendent, comme elles le font avec les manuels usagés. Selon le contrat liant votre université et la compagnie de télévoteurs, les outils du professeur, qui comprennent un récepteur et un logiciel, peuvent être gratuits si un certain nombre d’étudiants d’un même cours achètent l’appareil. Peu d’universités ont un contrat exclusif avec une compagnie, mais toutes peuvent prendre des dispositions pour que les télévoteurs soient vendus aux étudiants à la librairie universitaire. Le prix du télévoteur varie de 35 $ à l’Université de la Colombie-Britannique à 50 $ à l’Université McGill ou à l’Université Western Ontario.

Heidi Muchall, professeur à l’Université Concordia, a fait l’essai du télévoteur de i>clicker pendant un trimestre dans son cours de chimie organique. « On peut se servir des télévoteurs avec un logiciel [de présentation] ou un tableau, alors on n’a pas à changer sa façon de donner un cours », explique-t-elle, faisant remarquer que, quel que soit le type de télévoteur choisi, il importe surtout de l’utiliser de façon à favoriser la discussion en classe.

Expliquer à ses étudiants pourquoi on se sert des télévoteurs

Vos étudiants ne connaissent peut-être pas encore les télévoteurs, alors veillez à ce qu’ils comprennent pourquoi vous utilisez ces appareils dans votre cours. Mieux ils comprendront, plus ils apprécieront les utiliser.

Vous pourriez avoir pour objectif de favoriser la discussion ou de savoir quand vos étudiants ont de la difficulté avec le contenu du cours. Les questions posées peuvent aussi aider les étudiants à se concentrer sur la matière complexe. « Prévoir des périodes pour que les étudiants parlent entre eux dynamise la salle », indique M. Stelzer.

Utiliser le télévoteur à chaque cours et poser de trois à cinq questions par heure

Utilisez le télévoteur régulièrement afin d’aider les étudiants à prendre l’habitude d’apporter leurs télévoteurs en classe. Posez des questions tout au long de votre cours plutôt que de rassembler les questions en bloc. « Les questions doivent porter sur les points principaux de votre cours. Choisissez la matière la plus importante parce que c’est ce dont ils se souviendront », conseille M. Stelzer.

Poser des questions stimulantes qui favorisent les discussions

Privilégiez les questions complexes, et non les questions simples axées sur des faits. Les étudiants devraient être en mesure de réfléchir et de discuter afin d’arriver à une réponse en fonction de ce que vous avez enseigné. Dans son cours de neurobiologie à l’Université Concordia, Robert Cassidy pose des questions afin d’inviter ses étudiants à discuter ensemble de la matière. Ils répondent tous avec leur télévoteur. « Ensuite, je leur demande de trouver quelqu’un ayant donné une réponse différente, de discuter avec lui, de s’entendre et de voter de nouveau », explique M. Cassidy.

Donner des points de participation pour l’utilisation du télévoteur

M. Stelzer affirme que donner des points aux étudiants qui utilisent leur télévoteur est une bonne motivation. Par exemple, on leur donne tous leurs points de participation s’ils répondent à 75 pour cent des questions par télévoteur; de cette façon, ils ne s’inquiètent pas s’ils manquent une question ou s’ils oublient d’apporter leur télévoteur à un cours.

Pour obtenir un complément d’information sur le télévoteur, vous pouvez consulter le guide de ressources de l’Université de la Colombie-Britannique au



http://www.cwsei.ubc.ca/resources/clickers.htm

(en anglais).

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *