Passer au contenu principal
Matière à réflexion

Socialisation à distance : comment créer des liens significatifs

Prendre contact avec des pairs ou demander conseil à des personnes qui ont étudié dans le même domaine que soi peut être gage d’espoir en ce moment.

par KELLY BURCHELL-REYES | 15 DÉC 20

Dans la tempête que nous traversons tous ensemble, chacun doit affronter ses propres enjeux face à l’incertitude. Peut-être commencez-vous des études aux cycles supérieurs dans un nouvel établissement, ou continuez-vous à un rythme ralenti un projet déjà entamé; ou peut-être contribuez-vous aux efforts de lutte contre la pandémie, masqué jour après jour dans votre labo, ou faites-vous des études à partir de l’étranger, dans un autre fuseau horaire; ou peut-être encore êtes-vous en train de vous questionner sur la voie que vous suivrez dans la vie. Quelle que soit votre situation, sachez que vous n’êtes jamais absolument seul, qu’il existe des façons d’entrer en contact, de s’engager et de faire du réseautage malgré l’éloignement social imposé, et ce grâce aux merveilles de la technologie moderne. Voici entre autres des moyens de maintenir les liens malgré la distance.

Participer activement aux cours

Bien qu’il soit tentant d’assister aux cours sur Zoom en pyjama, caméra éteinte, pour tirer le maximum de l’expérience d’apprentissage, il est enrichissant d’interagir avec ses camarades de classe et de participer activement aux cours. Poser des questions de vive voix ou par la fonction de messagerie instantanée peut stimuler votre intérêt. La difficulté est accrue pour les personnes qui se trouvent à l’étranger, et je salue mes camarades de classe qui sont à l’autre bout du monde et qui doivent suivre un cours à 4 h du matin. Pour ma part, former des groupes d’études pour se réunir et discuter des travaux est la stratégie qui m’a été la plus profitable ce trimestre.

Communiquer avec de nouveaux étudiants

Si vous êtes déjà bien intégré dans votre programme d’études, essayez de communiquer avec les nouveaux étudiants pour faire en sorte qu’ils se sentent bien accueillis. Et si vous êtes nouveau, allez vers les plus anciens du programme ou du groupe de recherche pour vous présenter et tisser des liens avec eux. Même si vous ne pouvez les rencontrer en personne, ces étudiants aux cycles supérieurs pourraient être de bon conseil et vous aider à vous organiser.

Explorer les possibilités de mentorat

Les universités peuvent aider à créer des relations entre mentors et mentorés, entre autres par l’entremise des associations étudiantes, des programmes internationaux et des programmes coopératifs. Le mentorat peut aussi se faire en ligne; les groupes universitaires sur Facebook proposent parfois une fonction « mentorat » qui met en relation des personnes de partout dans le monde qui sont à la recherche d’un peu de sagesse, ou qui en ont à offrir. Des organisations comme l’American Association of Geographers offre des services de mentorat spécifiques au domaine de la géographie. L’institut Canadians Working for Inclusivity in Chemical Science, qui a des sections dans des universités de partout au Canada, favorise l’intégration à une communauté composée de femmes et de personnes issues de groupes minoritaires dans les domaines des sciences, technologie, génie et mathématiques (STGM). En période d’incertitude, il est tout particulièrement réconfortant de recevoir, chaque semaine ou chaque mois, les conseils de quelqu’un dans sa propre discipline, ou de lui en donner.

Étudier et écrire individuellement, mais ensemble!

À l’Université McGill, où j’étudie, les membres des clubs d’écriture se réunissent sur Zoom pour se motiver les uns les autres en utilisant la méthode Pomodoro (25 minutes de travail suivies de cinq minutes de repos). L’Université de Toronto propose un service semblable par l’entremise de ses groupes de rédaction pour les étudiants aux cycles supérieurs, et l’Université Dalhousie offre des ateliers de développement professionnel aux étudiants aux cycles supérieurs, y compris une semaine axée sur la rédaction. Les étudiants de l’Université de la Colombie-Britannique peuvent quant à eux participer à des séances de réflexion axées sur la rédaction qui comprennent même parfois des collations! Vous aussi pouvez former vos propres groupes d’écriture ou d’études avec les camarades de votre promotion, vous réunir en mode virtuel avec un café et vous mettre à la tâche.

Lire les bulletins d’information

Les bulletins sont vraiment bien pour connaître les possibilités sur le plan social dans votre université et dans la collectivité. L’association des étudiants aux cycles supérieurs de mon département tient régulièrement des soirées de jeu-questionnaire et organise des concours chaque mois. L’Université Concordia propose des ateliers afin de favoriser un sain équilibre de vie pour les étudiants aux cycles supérieurs, notamment à travers des séances de clavardage où il est possible d’aller chercher sa dose hebdomadaire d’interactions sociales. Et ce ne sont que quelques exemples des nombreuses possibilités qui permettent d’entrer en contact avec des personnes qui partagent vos intérêts intellectuels.

Participer à un projet de correspondance ou envoyer des messages anonymes

N’hésitez pas à tendre la main à des amis en toute sécurité, en ligne ou par courrier traditionnel. Les médias sociaux offrent une multitude de façons de communiquer et un choix tout aussi grand de personnes avec qui entrer en contact. La situation que nous vivons nous ramène à des époques lointaines, alors qu’il était impossible de voir ses proches en personne pendant de longues périodes, et fait du courrier traditionnel un mode de communication plus pertinent que jamais. Si vous trouvez agréable d’ouvrir un paquet d’Amazon, imaginez le plaisir que vous auriez à ouvrir la lettre personnalisée que quelqu’un a écrite juste pour vous! Mon correspondant et moi aimons joindre à nos lettres de petits objets symboliques comme des autocollants, des bracelets, des fleurs séchées ou des sachets de thé. Le site Web More Love Letters met des correspondants en contact avec des personnes qui ont besoin d’un petit surplus d’amour. Certaines organisations et maisons de retraite dans votre région peuvent aussi vous jumeler à des personnes âgées. L’organisme montréalais la Porte jaune en est un bon exemple; vous pouvez entre autres devenir bénévole pour faire des appels amicaux réguliers. Souvent, le fait de faire une bonne action suffit à insuffler du dynamisme à sa propre journée!

Cette année, chacun a été confiné dans son propre univers labyrinthique, mais n’oublions pas qu’il y a de la lumière au bout du tunnel. Soyez bons envers vous-même, surtout maintenant, et sachez que vous n’êtes jamais absolument seul.

Et vous, comment communiquez-vous à distance? Donnez-nous vos conseils pour socialiser en toute sécurité.

À PROPOS KELLY BURCHELL-REYES
Kelly Burchell-Reyes
Kelly Burchell-Reyes est candidate au doctorat en chimie des composés organofluorés à l’Université Laval.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.