Passer au contenu principal
CONSEILS CARRIÈRE

La gestion documentaire simplifiée

Les solutions rapides aux bibliographies

par DEVIN CRAWLEY | 15 JAN 07

Dresser une bibliographie qui soit parfaite jusque dans les moindres détails est à peu près aussi reposant que désamorcer une bombe! Heureusement, une nouvelle génération de logiciels de gestion documentaire permet de le faire sans y laisser la peau.

Le marché des logiciels de gestion documentaire est dominé par l’entreprise Thomson ResearchSoft, créatrice des logiciels EndNote, Reference Manager, ProCite et WriteNote, ainsi que, dans une moindre mesure, par RefWorks, une application en ligne facilement accessible sur les campus grâce à des licences. RefWorks est considéré comme le meilleur outil pour la plupart des étudiants et des professeurs. Si vous êtes chercheur professionnel et souhaitez vous procurer votre propre logiciel, essayez EndNote ou Reference Manager de Thomson. Les étudiants au premier cycle qui n’ont pas besoin d’une base de données aussi complète seront satisfaits d’EazyPaper et de NoodleBib, deux logiciels axés sur les travaux individuels et qui offrent aussi des notions fondamentales en matière de citation. Nota : Les prix indiqués ci-dessous sont en dollars américains.


Eazypaper


Eazypaper est moins élaboré que ses concurrents EndNote et RefWorks, mais sa simplicité est un atout pour les étudiants soucieux. Des menus simples, accessibles à même Microsoft Word, permettent de sélectionner les options de formatage dans les styles APA, Turabian et MLA. à partir d’une liste de références saisies manuellement ou téléchargées sur Internet, le logiciel formatera entre autres les notes et la bibliographie d’un article ainsi que sa page titre. La fonction d’importation de références EazyLibrary permet l’extraction de références en ligne, et une base de données élémentaire vous permet de sauvegarder les références pour vos dossiers.

Le pour : Son prix et sa simplicité. Un seul des manuels de style, sans le EazyLibrary, coûte environ 40 $, alors que l’ensemble complet EazyPaper Pro, qui contient les trois manuels de style et comprend EazyLibrary, coûte 150 $.

Le contre : Au banc d’essai, la fonction glisser-déplacer servant à copier les références n’était pas fiable pour les bases de données en ligne. Il peut être nécessaire de corriger au préalable les références copiées afin qu’elles puissent être saisies correctement. La base de données EazyPaper ne fournit qu’une liste alphabétique des références et n’est pas consultable.


EndNote


Produit vedette de l’entreprise Thomson ResearchSoft, EndNote peut contenir la recherche effectuée sur toute une vie et a été conçu pour vous libérer de la corvée que représente le formatage d’articles de présentation ou de bibliographies raisonnées. La base de données consultable du logiciel permet de créer des bibliothèques à références multiples en important directement des références de 500 catalogues et bases de données de bibliothèques. Les utilisateurs peuvent aussi créer des liens vers les copies PDF stockées et les adresses URL externes afin d’avoir accès aux textes originaux en tout temps. La fonction « Cite While You Write » d’EndNote, qui s’intègre à Microsoft Word, assure le formatage à la volée de notes et de bibliographies en fonction du style de milliers de journaux et des principaux manuels de style. Le produit est aussi offert en versions pour les Macs et les ordinateurs de poche (non testées).

Le pour : Très adaptable. EndNote possède suffisamment de fonctions pour encourager les tergiversations qui accompagnent la rédaction de thèse.

Le contre : Son prix. Sans accès à une licence institutionnelle, les utilisateurs doivent verser 240 $ pour le téléchargement d’EndNote X.


Noodlebib


Conçu pour initier les élèves du primaire et du secondaire à la recherche et à la citation, Noodlebib donne une vue d’ensemble du processus de compilation de citations dans les styles MLA et APA. Il s’adresse aussi aux étudiants au premier cycle intimidés par leur premier travail universitaire. Le logiciel ne dispose pas de fonction d’importation de références à partir de bases de données, mais des listes d’étapes à suivre donnent des indications sur ce qu’il faut taper et servent de correcteurs. Une fonction de cartes de note électronique très utile permet aux auteurs d’accompagner leurs sources d’annotations et d’organiser leur recherche selon un plan thématique.

Le pour : Ses fonctions destinées aux débutants et son bas prix. L’abonnement personnel à ce logiciel en ligne ne coûte que huit dollars par année.

Le contre : Deux styles seulement sont présentés et on ne peut passer de l’un à l’autre une fois les références inscrites.

Reference Manager (http://www.refman.com/ )
Reference Manager ressemble beaucoup à EndNote, avec la particularité qu’il offre en plus la possibilité de publier des références et d’effectuer des mises à jour sur le Web, un atout considérable pour la recherche concertée. Tout comme EndNote, Reference Manager peut stocker un nombre illimité de références et propose la même fonction « Cite While You Write » qui s’intègre à Microsoft Word. Sa fonction de recherche et de manuscrit en ligne se compare à celui d’EndNote, mais Reference Manager ne dispose pas des nombreux modèles Word qui servent à créer un manuscrit.

Le pour : Une fonction partage Web peut être activée afin d’accéder à des références téléchargées sur un réseau local ou sur Internet.

Le contre : Encore une fois son prix, qui est le même que celui d’EndNote : 240 $. Les chercheurs qui n’ont pas besoin de partager des références en ligne préféreront EndNote et ses nombreuses fonctions.


RefWorks


RefWorks offre la plupart des mêmes contrôles de bases de données, fonctions d’importation de références et options de style qu’EndNote, mais dans un format simplifié, conçu pour plaire aux étudiants et aux chercheurs de tous les niveaux. Il possède aussi la fonction formatage de citations qui s’intègre à Microsoft Word. Comme les références sont stockées sur le serveur RefWorks, l’utilisateur n’est pas limité à un ordinateur ou à un logiciel en particulier, mais les données sont perdues si la licence d’utilisation prend fin. L’abonnement d’un an à RefWorks coûte 100 $, mais de nombreux campus canadiens l’offrent gratuitement aux étudiants et au personnel.

Le pour : RefWorks comprend la fonction RSS capable de lire les alertes de tables des matières qu’envoient de nombreuses revues savantes, ce qui permet d’importer immédiatement les références pour des articles récents. L’utilisateur doit toutefois se procurer la revue pour lire l’article intégral. EndNote n’offre aucune fonction équivalente.

Le contre : La fonction complémentaire de RefWorks dans Microsoft Word n’a pas l’élégance de celle d’EndNote, mais son formatage de citations à la volée est semblable.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »
--ph--