Passer au contenu principal
CONSEILS CARRIÈRE

Les formateurs en matière de carrière au service des titulaires de doctorat

De l’université au marché du travail.

par JENNIFER POLK | 7 avril 2015

Les formateurs et les conseillers en matière de carrières gagnent en popularité ces jours-ci. Alors qu’ils étaient autrefois principalement embauchés par des professionnels en milieu ou en fin de carrière, certains se spécialisent aujourd’hui dans le travail auprès des étudiants et des universitaires. Lorsque j’ai amorcé ma transition sur le marché du travail après l’obtention de mon doctorat, j’ignorais tout des services qu’ils proposaient, pourtant, aujourd’hui, je suis de celles qui les offrent. Nous proposons le type de conseils que les superviseurs sont souvent incapables d’offrir, surtout lorsqu’il s’agit d’explorer des possibilités de carrière hors du milieu universitaire.

Les clients peuvent choisir parmi toute une gamme de services : encadrement individuel, programmes de groupe structurés, accompagnement, mentorat, services d’orientation, formation en matière de recherche d’emploi et rédaction de curriculum vitae. La plupart des formateurs travaillent en ligne et par téléphone, et rencontrent leurs clients par l’entremise de Skype ou d’autres logiciels de conférence en ligne. Plusieurs d’entre eux ont des clients à travers le monde.

Aux fins de la rédaction de cet article, j’ai communiqué avec quelques-uns de mes collègues pour m’informer des services qu’ils offrent. Si vous envisagez d’embaucher un professionnel pour vous aider à intégrer le marché du travail après l’obtention de votre doctorat, examinez vos options et déterminez les services dont vous avez besoin et que vous pouvez vous offrir.

Hillary Hutchinson, la conseillère avec qui j’ai travaillé, enseigne à ses clients à prendre leur parcours professionnel en main. « Certaines personnes ne veulent plus continuer dans le milieu universitaire après avoir obtenu leur diplôme, et celles qui veulent y rester sont découragées par la vive concurrence qui s’y livre, déplore Mme Hutchinson. Je les aide à saisir les nombreuses possibilités qui s’offrent aux titulaires de diplôme aux cycles supérieurs et leur insuffle la confiance nécessaire pour faire de leurs rêves une réalité. »

Certains formateurs ciblent davantage leur offre. Catherine Maybrey offre des services de révision et de rédaction de curriculum vitae, de lettres de présentation et de profils LinkedIn. Elle enseigne aux titulaires de doctorat à être proactifs et à reconnaître la valeur de leurs compétences transférables pour les employeurs hors du milieu universitaire. « Certains clients veulent simplement pouvoir rendre compte de leurs recherches d’emploi et de leurs activités à quelqu’un, soutient Mme Maybrey, alors que d’autres ont besoin d’un encadrement étroit et de procéder par étapes. »

Maren Wood dirige quant à elle un programme de type camp militaire à l’intention des nouveaux titulaires de doctorat qui souhaitent intégrer le marché du travail. « Nous [les universitaires] possédons beaucoup de compétences et de nombreux antécédents de travail, mais nous manquons généralement d’expérience pertinente, soutient Mme Wood, qui aide ses clients à connaître leurs compétences transférables. Si un employeur demande à un nouveau titulaire de doctorat ce qu’il fait et que ce dernier lui répond « J’étudie la littérature de la France médiévale », l’employeur risque de n’y voir aucune utilité. Il veut plutôt connaître les tâches accomplies par le candidat et ses compétences afin qu’il puisse évaluer si elles seront utiles à l’entreprise. »

Les nouveaux diplômés ont tendance à ne recourir aux services d’un formateur en matière de carrières que lorsqu’ils recherchent activement un emploi. Or, il n’est jamais trop tôt pour le faire. Fatimah Williams Castro, cofondatrice de Beyond the Tenure Track, recommande aux doctorants de venir la voir dès la première année d’études au doctorat afin qu’elle puisse les aider à cibler les possibilités d’acquérir de l’expérience professionnelle et des compétences qui s’offrent à eux alors qu’ils sont encore aux études. « Lorsque les étudiants aux cycles supérieurs tardent à explorer leurs possibilités, ils ratent souvent des occasions de participer à des stages ou à d’autres programmes destinés à améliorer leurs compétences professionnelles et en somme, leur cheminement de carrière. »

Marianne Peson, une nouvelle chercheuse postdoctorale, a travaillé avec un formateur en matière de carrières pour apprendre à composer avec les émotions qu’elle vivait pendant sa transition du milieu universitaire au marché du travail. « Nos rencontres m’ont permis de réfléchir à ce que je voulais faire de ma vie. Auparavant, je me sentais coupable de prendre ce temps pour réfléchir, et cela avait des répercussions négatives sur plusieurs aspects de ma vie, déplore Mme Peson. Ces rencontres m’ont apporté le soutien dont j’avais besoin pour prendre de meilleures décisions et me libérer des attentes que les autres avaient envers moi. »

Au lieu d’essayer de confiner Mme Peson à une carrière précise, son conseiller et elle ont déterminé ses compétences et ses valeurs et ont exploré ensemble les domaines d’emploi qui y correspondent. « J’en avais désespérément besoin. Je venais d’un monde où il n’existait qu’un modèle de réussite, et ce modèle m’étouffait », dit-elle, en parlant du fait qu’on s’attendait à ce qu’elle obtienne un poste de professeur menant à la permanence. Son conseiller l’a aidée à composer avec les aspects émotionnels de la transition vers une nouvelle carrière.

Les collègues auxquels j’ai parlé s’entendent pour dire que les étudiants, les nouveaux diplômés et les chercheurs postdoctoraux devraient profiter des services d’orientation de carrière qui leur sont offerts gratuitement par l’université. Ces éducateurs et conseillers peuvent leur fournir de l’information et des outils d’évaluation de carrière, ainsi que de la formation et des conseils en matière de recherche d’emploi. Si, comme moi, vous pensez pouvoir bénéficier de conseils éclairés et d’un soutien adapté à vos besoins, n’hésitez pas à faire appel à un formateur privé en matière de carrière.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »
aborg