Passer au contenu principal
CONSEILS CARRIÈRE

Savoir choisir un directeur de recherche

Les facteurs de satisfaction et de réussite aux cycles supérieurs dépendent d’une réflexion qui s’entame dès le début des études.

par VÉRONIQUE MORIN | 18 janvier 2017

Le cheminement aux cycles supérieurs est parsemé de choix, dont certains sont cruciaux, nommément : celui du directeur de recherche.

Dans le cadre de la semaine des cycles supérieurs qui se tenait à l’UQAM, la psychologue France Landry, rattachée aux services étudiants, a présenté les éléments essentiels pour bien faire ce choix. Selon elle, il s’articule d’abord autour d’une réflexion personnelle qui vise à prendre conscience des raisons qui poussent à entreprendre des études supérieures et à déterminer les objectifs recherchés.

France Landry.

Évidemment, l’un des facteurs principaux dans le choix d’un directeur repose sur le sujet de recherche. C’est une question à laquelle il faut répondre – à tout le moins – de façon préliminaire, dès le départ pour cibler un directeur dans le champ d’expertise désiré. Même si pour plusieurs, le sujet de recherche demeure flou, il devra se raffiner en cours de route à l’aide du directeur, d’où l’importance de bien le choisir.

« Le choix du directeur dépend de votre sujet de recherche, mais aussi de vos objectifs, de vos forces et de vos motivations, explique Mme Landry. Ce qui fait la différence aux cycles supérieurs, c’est la capacité à s’organiser parce que le cadre est beaucoup plus souple. »

Premièrement, épluchez le répertoire des professeurs. Consultez leurs publications et renseignez-vous sur leurs réalisations. Participez au congrès et offrez votre appui en tant que bénévole. C’est une bonne façon de connaître les professeurs, de se faire connaître et de rencontrer des étudiants qui sont supervisés par les directeurs convoités. Essayez de déterminer leur niveau d’organisation et de disponibilité, s’ils offrent un bon soutien. Commencez par en cibler quelques-uns, mais restez ouverts.

« Certaines personnes savent précisément ce qu’elles veulent faire, mais la plupart ne sont pas encore certaines. C’est pourquoi il est important de demeurer ouvert et de considérer plusieurs directeurs; d’aller les rencontrer. »

Prenez des notes pendant les rencontres avec les directeurs potentiels. Demandez combien d’étudiants ils supervisent et combien ont obtenu leur diplôme. « Si un professeur a 10 étudiants, mais qu’un seul a obtenu son diplôme, on peut se demander pourquoi. » Lui demander s’il a l’intention d’aller en sabbatique et de voir s’il est actif et s’il a des projets de recherche en cours.

« C’est intimidant de parler à des professeurs, mais il ne faut pas avoir peur de prendre sa place et de proposer un cadre au directeur, » confie Mme Landry, qui conseille fortement de prendre en charge le suivi administratif et de s’assurer d’un suivi au niveau de l’éthique. Certains projets de recherche requièrent une approbation qui doit être obtenue dès le départ.

Faites un suivi également auprès de ceux que vous n’avez pas choisis pour garder de bonnes relations avec tout le monde.

Une fois que vous aurez trouvé votre directeur, gardez toutes vos communications et les échanges courriel avec lui. Donnez suite aux rencontres. Validez ce qui a été discuté. Et donnez un délai. Le suivi fait partie de vos responsabilités et facilite la vie de tous. Soyez proactif pour proposer des échéanciers. Déterminez avec quel outil vous allez échanger : Dropbox, googledrive, ou autre.

En définitive, il faut choisir son directeur selon ses connaissances et sa pertinence dans le domaine de recherche choisi, ainsi que selon ses capacités à les communiquer.

Prenez le temps de connaître vos besoins en matière de supervision, ainsi que vos forces, vos valeurs, et vos défis. Par exemple, Mme Landry relate « Moi, mon défi, en venant du Nouveau-Brunswick, j’avais beaucoup d’anglicismes. Je suis allée chercher de l’aide pour améliorer mon français. » Elle suggère fortement d’envisager toutes les questions et tous les défis pouvant se poser, en amont – avant de commencer ses études supérieures.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »
aborg