Passer au contenu principal
Actualités

15 recteurs voyagent à New Delhi

Découvrir pourquoi l’Inde suscite l’intérêt dans les universités canadiennes.

par TARA SIEBARTH | 08 NOV 10

Selon une enquête réalisée par l’AUCC en 2006 (PDF), l’Inde constituent en outre une de les priorités des établissements canadiens au chapitre de la coopération pour le développement international, de la collaboration avec les pays en développement en matière de recherche, de la mobilité bidirectionnelle des professeurs, ainsi que de l’exportation de produits et de services d’éducation.

C’est pourquoi, à compter du 8 novembre prochain, 15 recteurs canadiens se rendront à New Delhi pour une visite de sept jours. La délégation sera dirigée par l’Association des universités et collèges du Canada. « La visite a pour premier objectif de trouver de nouveaux modes de collaboration entre les universités du Canada et celles de l’Inde », affirme le président-directeur général de l’AUCC Paul Davidson.

Nous comptons pour ce faire renforcer les activités de collaboration en matière de recherche, faciliter les échanges entre professeurs et offrir de nouvelles bourses d’études.

Pourquoi l’Inde?

Depuis les années 1990, l’économie indienne est florissante et la classe moyenne connaît un essor considérable, si bien qu’un nombre accru de parents peuvent offrir une éducation universitaire à leurs enfants.

Cependant, comme 18 000 établissements d’établissements d’éducation postsecondaire (dont 400 universités) doivent accueillir 11 millions d’étudiants indiens, l’Inde ne compte pas suffisamment d’écoles pour répondre à la forte demande – et ce, même si 1 400 nouveaux établissements devraient voir le jour au cours des prochaines années.

La délégation se rend à New Delhi pour promouvoir des partenariats entre les établissements d’éducation postsecondaire du Canada et ceux de l’Inde.

Ses membres rencontreront des représentants du gouvernement dont Kapil Sibal, ministre du Développement des ressources humaines, des représentants de plusieurs universités indiennes ainsi que des membres de la Fédération des chambres de commerce et d’industrie de l’Inde et de la Confédération des industries indiennes.

Faire connaître l’« image de marque » du Canada

Bien que les universités canadiennes soient conscientes du potentiel que présentent les partenariats avec l’Inde, il est possible que les Indiens ne songent même pas à établir des liens avec le Canada, tout simplement faute de bien connaître notre pays.

Comme l’écrivait récemment Kevin Lynch dans la revue Options politiques : « la bonne nouvelle, c’est que nous nous ne souffrons pas d’une mauvaise image [en Inde]; la moins bonne, c’est que nous n’avons pas d’image ».

Pourtant, le Canada et l’Inde ont de nombreux points communs : tous deux font partie du Commonwealth, ce sont des démocraties parlementaires et ils ont l’anglais comme langue officielle. En outre, plus d’un million de personnes d’origine indienne vivent au Canada. « Le deuxième objectif de la visite consiste à présenter le Canada en Inde. Nous devons faire savoir que le Canada excelle au chapitre de l’enseignement supérieur et de la recherche, particulièrement dans les domaines qui intéressent l’Inde », explique Paul Davidson de l’AUCC.

Tout au long de mon séjour à New Delhi avec les 15 recteurs, j’essaierai de vous transmettre leurs impressions sur le déroulement des rencontres. J’espère aussi interviewer des étudiants canadiens qui font un stage ou qui étudient en Inde afin de vous faire part de leurs expériences.

Pour suivre les activités qui se dérouleront à New Delhi la semaine prochaine, veuillez consulter le blogue de l’AUCC sur l’Inde au
http://www.aucc.ca/india

Vous pouvez également suivre le mot-clé diésé
#auccindia
sur Twitter pour être au fait des dernières nouvelles et annonces.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.