Passer au contenu principal
Actualités

Chrono : une application qui met le temps à l’épreuve

Après Thèsez-vous, thèsons-nous seul.e.s, mais ensemble derrière nos écrans respectifs.

par DAISY LE CORRE | 24 MAR 22

Lancée en juin 2015 au Québec, la première retraite Thèsez-vous? avait pour ambition d’apporter à la rédaction universitaire une teinte plus collective et des outils pour rédiger sereinement. Sept ans plus tard, l’organisme à but non lucratif lance sa propre application : Chrono. Un nom bien choisi qui fait écho au premier ennemi de celles et ceux qui se retrouvent régulièrement face à la page blanche : le temps et en particulier, celui qu’on perd à s’égarer (sur les réseaux sociaux ou dans le frigo).

« Chrono, c’est le premier produit d’un programme de recherche qu’on mène. L’idée remonte à 2017, à l’époque déjà, on voulait créer un soutien aux retraites Thèsez-vous. On avait remarqué qu’une fois rentrés chez eux, les étudiants perdaient les bonnes habitudes de rédaction acquises lors des retraites. Comme si, avec le temps, tout s’effritait », raconte Élise Labonté-Lemoyne, chercheuse principale de l’équipe de recherche et chercheuse à HEC Montréal.

En plus de trouver des façons qui perdurent dans le temps, il y avait aussi ce désir de trouver une technologie disponible à la maison. Avant l’avènement de Chrono, c’est sur Facebook (via « Facebook Watch Party », qui n’existe plus depuis avril 2021) que certains étudiants s’organisaient pour mieux gérer leur temps et s’entraider. « C’était pour des gens qui avaient besoin d’un cadre mais pas nécessairement d’être en interaction visuelle et auditive, il y avait du clavardage aussi. On arrivait à créer un petit sentiment d’appartenance quand même, mais on trouvait ça dommage d’utiliser un des outils principaux de procrastination pour apprendre à… ne pas procrastiner ! »

Et puis en avril 2020, au début de la pandémie, l’approbation de la subvention des Fonds de recherche du Québec a permis de donner vie à Chrono. « Pile au moment où le soutien à distance était réellement un enjeu d’actualité », se souvient Mme Labonté-Lemoyne avant de préciser que l’objectif premier de l’application est de soutenir les étudiants en tout temps depuis leur domicile et dans leurs habitudes. « Dans l’idéal, Chrono est un mélange de plusieurs expressions de besoins qui ne génèrent pas d’autres problèmes. »

C’est l’heure d’aller « faire des tomates »…

Emma Campbell, utilisatrice fréquente de l’application, animatrice à Thèsez-vous et candidate au doctorat en neuropsychologie, le reconnaît : Chrono lui permet de gagner du temps. « L’appli me permet de structurer mes sessions de travail, c’est flexible et pas intrusif. Pour moi, c’est une super belle solution quand je ne veux pas me sentir seule en travaillant, mais que je veux quand même rester dans ma bulle, et faire mes activités de recherche », confie l’étudiante bien entrainée au fameux rythme 50 – 10 (50 minutes de travail, 10 minutes de pause).

« Ce que j’aime aussi avec Chrono c’est que c’est connecté à mon compte Thèsez-vous, alors je vois que ma quantité de tomates augmente quand j’avance bien! », souligne-t-elle en riant. Parce que dans l’univers Chrono, on remplace la carotte (celle qu’on obtient après un effort) par une tomate. En 2016, Thèsez-vous a adapté́ la technique Pomodoro aux particularités de la rédaction universitaire en contexte de groupe : une pause de 10 minutes est attribuée pour chaque tranche de 50 minutes de rédaction. Ainsi, l’ensemble du groupe travaille au même rythme. Depuis, la technique s’est grandement popularisée dans le milieu universitaire et il n’est pas rare d’entendre des étudiant.e.s se donner rendez-vous pour « faire des tomates ».

Concrètement, Chrono s’apparente à un espace de cotravail en ligne et intègre des outils pour répondre à des besoins et des défis précis. Dès qu’on arrive sur Chrono, on trouve une carte qui permet d’apercevoir où se trouvent approximativement toutes les personnes connectées. Cette façon de visualiser le groupe favorise le sentiment d’appartenance, malgré la distance. « En tout temps, on a environ 30 à 50 personnes par jour sur Chrono; et il y a un contingent surprenant de personnes qui vivent en France : on ne l’avait pas anticipé mais le bouche-à-oreille fonctionne bien apparemment! », se réjouit Raphaëlle Côté-Parent, cochercheuse communautaire et chargée des partenariats et du développement à Thèsez-vous.

Zoom sur la première édition des TEZ Talk de Thèsez-vous

« L’idée est de reprendre la formule des Ted Talks de manière humoristique et caricaturée sous des thématiques liées au monde universitaire. On souhaite aborder différents enjeux que les étudiant.e.s aux cycles supérieurs et les diplômé.e.s ont vécu ou continuent de vivre. Il y aura également un volet qui sera centré sur la vulgarisation de la connaissance scientifique, encore une fois dans le même ton que les Ted Talks. Après le succès de la première édition du 26 janvier dernier, intitulée : « Je ne suis plus capable de rédiger. Et vous? », ce n’est qu’une question de temps avant que le prochain TEZ Talk voit le jour. Le lieu et les dates restent à déterminer, alors il faudra rester à l’affût! », explique Mme Côté-Parent, cochercheuse communautaire et chargée des partenariats et du développement à Thèsez-vous, au sujet de la nouvelle initiative de l’organisme.

En haut de l’écran, on trouve le même indicateur de temps pour l’ensemble des étudiant.e.s connecté.e.s. La minuterie alterne les 50 minutes de travail et les 10 minutes de pause, à l’image de la façon dont Thèsez-vous a adapté la technique Pomodoro. Chaque début et fin de « tomate » est aussi marquée par une indication sonore. Lorsque le moment est venu de se mettre à la tâche, il faut cliquer sur « Entrez en mode rédaction ». Cette fonctionnalité permet de bien délimiter le début et la fin de la séance de travail afin de protéger et réserver ce temps à la rédaction.

« Moi, je vis avec un TDAH alors quand j’ai une idée, j’ai tellement peur d’oublier qu’il faut que je le fasse tout de suite! Alors, je me retrouve à faire 1 000 autres tâches que celle que je devais faire initialement… Donc, j’avoue que la petite option proposée par Chrono pour prendre des notes me structure beaucoup! », lance Mme Campbell avant d’ajouter que l’application lui demande évidemment un engagement personnel et de l’autostructure.

Pour les travailleurs autonomes aussi

Si l’application a d’abord été pensée et conçue pour les étudiants aux cycles supérieurs, l’équipe a rapidement constaté que d’autres populations avaient des besoins similaires. « De nombreux travailleurs autonomes ont des besoins très proches de ceux des étudiants aux cycles supérieurs. Tous les gens qui doivent se réguler eux-mêmes mais qui sont bombardés par un million de petites tâches, par exemple, on en connaît beaucoup! Ils font face aux mêmes sources de distraction et vivent le même paradoxe : pouvoir choisir son horaire de travail, mais aussi le fardeau d’avoir toujours l’impression de travailler », rapporte Laura-Iseut Lafrance St-Martin, membre de l’équipe de recherche, chargée de cours en communication à l’Université du Québec à Montréal et doctorante en études sémiotiques.

Pour mesurer « concrètement » les bienfaits de Chrono, l’équipe a réalisé une courte étude exploratoire de trois heures auprès de 23 personnes pour comparer l’état optimal de concentration (ou le « flow ») d’étudiants qui travaillent avec et sans Chrono. « Les résultats sont super intéressants! On a constaté que la présence des autres augmente la sensation de  ̎flow ̎ et que le fait de travailler avec Chrono a tendance à faire augmenter les émotions positives », mentionne Mme Lafrance St-Martin.

D’ici l’été, une autre corde devrait s’ajouter à l’arc de Chrono : un outil de visualisation du travail accompli, aussi appelé « champ de tomates » en interne. « Ça va permettre de visualiser ce que chacun a réalisé durant un certain laps de temps, mais aussi ce qu’on a accompli collectivement, afin d’augmenter le sentiment de communauté. Ce serait une fonction communautaire, mais sans compétition, explique Mme Labonté-Lemoyne. Tout le monde vit la même chose derrière son écran, c’est important de ne pas se sentir seul, et de vivre ça ensemble. On sait aussi que la visualisation est un outil extrêmement puissant sur le mental. »

Pour ceux que Chrono laisse encore songeur, sachez que cet article a été réalisé grâce à plusieurs tomates…

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.