Passer au contenu principal
Actualités

COVID-19 mises à jour archivées Octobre 2021

par AFFAIRES UNIVERSITAIRES | 31 OCT 21

Mercredi 27 octobre

Un retour en présentiel dans les universités québécoises réussi

Seules cinq éclosions sont survenues dans les universités québécoises depuis la rentrée automnale, rapporte Le Devoir.

Si certains étudiants et membres du personnel étaient anxieux à l’idée de retourner sur les campus, Pierre Cossette, président du Bureau de coopération interuniversitaire et recteur de l’Université de Sherbrooke, estime que le retour se passe bien dans l’ensemble du réseau universitaire québécois. « La vaccination a changé la donne », soutient-il. Selon les données fournies par le ministère de l’Enseignement supérieur, pas moins de 91,7 % des étudiants universitaires du Québec sont doublement vaccinés et les membres du personnel et du corps professoral atteint un taux similaire.

Soulignons que le masque demeure obligatoire à l’intérieur, sauf pour les enseignants lorsqu’ils sont à deux mètres de leurs étudiants et qu’un mètre de distance doit être observé en tout temps.

Les services psychologiques davantage sollicités

Les demandes d’aide psychologique sont toujours en hausse à l’Université de Sherbrooke, selon Radio-Canada qui rapporte que ce type de demandes a augmenté de 18 % comparativement à l’an dernier et de 9 % par rapport à la moyenne des trois dernières années. La principale raison pour laquelle les gens veulent consulter touche l’anxiété. Les troubles de l’humeur et de dépression sont les deux autres motifs de consultation les plus répandus. « Ce n’est pas parce que nous avons plus de demandes que tout le monde va mal. Ceux dont l’équilibre psychologique ou mental était un peu plus précaire ou fragile ont eu moins accès pendant une plus longue période de temps à des facteurs de protection et c’est ce qui fait qu’ils semblent aller moins bien en ce moment », précise Bruno Collard, directeur du Service de psychologie et d’orientation à l’Université de Sherbrooke.

Retour complet en personne pour l’Université Sainte-Anne

Radio-Canada rapporte que l’Université Sainte-Anne n’offrira que des cours en personne lors du trimestre d’hiver 2022. Alors qu’il offrait une formule hybride depuis l’automne 2020, l’établissement a fait connaître ses intentions et demande à tous ses étudiants de se préparer à revenir sur les campus. « On sait que présentement, plus de 95 % de notre personnel est doublement vacciné. Les étudiants en résidence, c’est presque le même pourcentage, si [ce n’est] pas plus. On pense que le risque est minime maintenant. Et l’autres chose, il faut commencer à vivre avec [la] COVID », explique Allister Surette, recteur et vice-chancelier de l’Université Sainte-Anne.

Donner une deuxième vie aux masques

L’Université de Sherbrooke mène actuellement un projet pilote visant à transformer les équipements de protection individuelle (ÉPI) en énergie et à les utiliser dans la production de panneaux de construction agglomérés. Depuis le début du projet à l’automne dernier, environ 500 000 masques d’intervention ont été amassés. En plus du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, les deux autres partenaires dans ce projet, soit les entreprises MGA Environnement et CRB Innovations, ont développé un procédé pour convertir les résidus de plastiques mixtes en composites durables. Une première tonne de résidus provenant des ÉPI a été convertie en juillet dernier.

Mercredi 20 octobre

Retour du balancier des inscriptions à l’université

Après avoir connu un recul du nombre des inscriptions en 2020, les universités des provinces atlantiques ont enregistré une augmentation des inscriptions des étudiants aux 1er et 2e cycles en 2021-2022 selon une enquête préliminaire de l’Association des universités de l’Atlantique. C’est ce que rapporte Radio-Canada.

Pour l’année en cours, il est question d’une augmentation des inscriptions à temps plein de 3 % dans ces universités. La hausse est particulièrement marquée pour les inscriptions en première année. On y dénombre 14 733 étudiants cet automne alors qu’à l’automne 2020, ils étaient 12 584, c’est donc une augmentation de 17 % des effectifs. Pour ce qui est des étudiants étrangers, les inscriptions ont augmenté de 7 % comparativement à l’année précédente.

Du côté des universités québécoises, Le Devoir rapporte plutôt une hausse de 0,6 % par rapport à l’automne dernier. Ce sont surtout les inscriptions aux 2e et 3e cycles qui contribuent à l’augmentation puisqu’au 1er cycle, on constate plutôt une diminution des inscriptions de 1 %. Les universités du Québec à Montréal et en Outaouais ont quant à elles enregistré une baisse des effectifs d’environ 8 % au baccalauréat.

Investissement de 400 000 $ en sciences infirmières en Ontario

Le gouvernement de l’Ontario investit la somme de 400 00 dollars dans une formation universitaire pour les étudiants en sciences infirmières de langue française, rapporte ONFR+. Offerte par l’Université d’Ottawa, le Collège La Cité et l’Hôpital Montfort, cette formation est destinée à 350 étudiants. Combinant des volets en soins aux patients et des exercices de simulation, l’objectif est de permettra aux étudiants de développer certaines compétences virtuellement. « Cette nouvelle initiative s’appuie sur notre vision commune qui contribuera à augmenter le nombre de professionnels des soins infirmiers aptes à travailler en français et dans des établissements de santé bilingues partout en Ontario », a soutenu Jacques Frémont, recteur et vice-chancelier de l’Université d’Ottawa. Cet investissement s’inscrit dans le Plan de dotation en soins de longue durée.

L’Université Ryerson précise sa position en matière de vaccination

Les personnes n’ayant pas été complètement vaccinées ou n’ayant pas obtenu d’exemption approuvée par l’Université Ryerson n’auront plus accès au campus à partir du 25 octobre, tout comme elles ne pourront plus prendre part aux activités universitaires ayant lieu en personne ailleurs que sur le campus, rapporte Radio-Canada.

C’est via une page Web destinée à l’information sur les mesures liées à la COVID-19 que l’Université a fait connaître sa décision. Les étudiants ainsi que les membres du personnel et du corps professoral qui n’ont pas encore dévoilé leur statut vaccinal ont jusqu’au 1er novembre pour le faire. L’établissement précise d’ailleurs que le trimestre d’hiver ne se veut pas une session de transition comme l’était celle d’automne et que c’est entre autres ce qui justifie l’échéancier établi.

Collation de grades en personne à Saint-Jérôme

Les diplômés 2021 de l’Université du Québec en Outaouais du campus de Saint-Jérôme ont pu recevoir leur diplôme en personne lors de l’une des quatre cérémonies qui ont eu lieu les 13 et 14 octobre derniers. Pour y prendre part, les quelque 800 diplômés devaient à la fois porter le masque et présenter une preuve vaccinale. « Pour les ressources enseignantes et l’ensemble des membres de notre communauté universitaire, les cérémonies de cette semaine représentent un peu un baume après les 19 derniers mois de pandémie et les périodes de confinement. Je veux aussi saluer le courage et la résilience de nos étudiantes et étudiants. Ils ont persévéré et obtenu leur diplôme dans un contexte historique dont nous nous souviendrons longtemps! », a souligné Murielle Laberge, rectrice de l’Université.

Des fêtes d’étudiants qui continuent de déranger

Le magazine L’actualité rapporte que la police a dû intervenir samedi dernier pour mettre un terme à de grandes fêtes visant à célébrer le retour à l’université à la fois à Wolfville, en Nouvelle-Écosse, et à Kingston, en Ontario. Dans les deux cas, les policiers ont procédé à des arrestations et ont distribué des contraventions. À Kingston, les contraventions se chiffraient à 2 000 dollars et ont été remises à toutes les personnes présentes. Soulignons que l’Université Queen’s avait annulé son événement de la rentrée pour une deuxième année consécutive en raison de la pandémie de COVID-19.

L’exposition à la COVID-19 inquiète en Colombie-Britannique

Des étudiants et du personnel enseignant de plusieurs universités de la Colombie-Britannique réclament, via une pétition, plus de transparence en ce qui concerne les avis d’exposition à la COVID-19 sur les campus, apprend-on dans un texte de Radio-Canada. Cette pétition destinée au gouvernement de la province et aux autorités sanitaires a jusqu’ici été signée par 900 personnes.

 Aucune université de la Colombie-Britannique a pour le moment rendu la vaccination obligatoire pour les étudiants, professeurs ou membres du personnel. De plus, les avis d’exposition provenant de ces établissements ne sont pas affichés publiquement. L’instigateur de la pétition et technicien à l’Université de l’île de Vancouver, Chris Alemany, souligne que des dizaines de milliers de personnes fréquentent les universités et que c’est présentement impossible de savoir si la COVID-19 y est présente.

L’Université de Montréal assouplit ses mesures entourant les voyages à l’extérieur du Canada

Dans un message envoyé à sa communauté universitaire le 18 octobre dernier, l’Université de Montréal annonce qu’il est désormais possible de se déplacer à l’extérieur du Canada pour des projets d’études ainsi que pour des projets de recherche et de nature professionnelle si le pays d’accueil le permet. Les personnes désirant effectuer un tel voyage devront notamment remplir un formulaire en ligne.

Mercredi 13 octobre

Quand vaccination et concours vont de pair

Afin d’encourager la vaccination sur ses campus, l’Université de Moncton a lancé un concours, rapporte Radio-Canada. En plus de huit cartes VISA prépayées d’une valeur de 200 dollars, l’établissement met en jeu une bourse de 2 000 dollars ainsi qu’une autre de 1 000 dollars. Pour participer, il suffit de présenter une preuve de vaccination au comptoir du service aux étudiants. La présidente de la Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton, Mathilde Thériault, estime que c’est une bonne initiative. Elle indique d’ailleurs que 77 % des étudiants auraient déjà montré leur preuve de vaccination aux services aux étudiants. Rappelons qu’à partir du 15 octobre, le personnel et les étudiants des trois campus devront démontrer qu’ils ont été vaccinés ou se soumettre régulièrement à des tests rapides.

Les attentes des étudiants envers l’enseignement supérieur diffèrent en raison de la pandémie

Un sondage réalisé par KPMG Canada révèle que près de quatre étudiants sur cinq estiment que la pandémie de COVID-19 a fondamentalement changé leurs attentes à l’égard de l’enseignement supérieur.

« Après une année complète de cours à distance, les étudiants canadiens de niveau postsecondaire – qui ont grandi avec les médias sociaux, les plateformes de diffusion en continu et les applications d’autopartage et de livraison de repas – s’attendent à ce que leur collège ou leur université redouble d’efforts sur le plan numérique », affirme C. J. James, associée et leader nationale du groupe Éducation chez KPMG au Canada.

Les résultats de ce sondage indiquent entre autres qu’en raison de la contagiosité de nouveaux variants, 68 % des étudiants disaient ressentir de l’anxiété à l’idée du retour en classe avant le commencement de l’année scolaire 2021-2022, et ce, même si 71 % d’entre-eux avaient hâte de retourner en classe puisque la vie sur le campus a de l’importance à leurs yeux.

Ce sondage a été effectué auprès de 1 203 étudiants canadien, âgés de 18 à 34 ans, entre le 1er et le 10 septembre 2021.

Mercredi 6 octobre

Retour des cérémonies de collation de grades à Québec

Ayant déjà reçu leur diplôme officiel, les diplômés de 2020 et 2021 de l’Université Laval pourront recevoir en personne un parchemin symbolique lors de l’une des 12 cérémonies prévues à cet effet entre le 24 et le 29 novembre prochains, selon Radio-Canada. Ces premières cérémonies depuis le début de la pandémie auront lieu au Centre des congrès de Québec. Un maximum de 500 diplômés, accompagnés de deux invités, pourront assister à chaque cérémonie qui se tiendront dans des lieux pouvant généralement accueillir jusqu’à 7 500 personnes. Toute personne souhaitant être présente devra préalablement avoir été adéquatement vaccinée. Ces cérémonies soient également diffusées en ligne en simultané.

Des fêtes étudiantes qui exaspèrent

Samedi dernier, deux événements, l’un impliquant des étudiants de la région d’Ottawa et l’autre survenu près de l’Université McMaster, ont mis au défi les administrations universitaires ainsi que les services régionaux de police, rapporte Radio-Canada dans les deux cas.

Le quartier Côte-de-Sable à Ottawa a vu déferler une foule estimée à 2 000 personnes déferlée dans ses rues. Cette fête a eu lieu à la suite du traditionnel match universitaire de football Panda opposant l’équipe de l’Université d’Ottawa à celle de l’Université Carleton. Le Service de police d’Ottawa enquête depuis sur divers incidents. Le maire de la ville, Jim Watson, s’est dit dégoûté par le comportement des gens impliqués dans cette fête et a tenu a rappelé que des mesures sanitaires pour lutter contre la COVID-19 sont toujours en vigueur.

À Hamilton, la police régionale a procédé à sept arrestations pour des infractions à la Loi sur les permis d’alcool et pour violation de la paix. Celles-ci sont liées à une fête rassemblant près de 5 000 personnes.

Exposition potentielle à l’Université de Moncton

En date du 2 octobre dernier, Radio-Canada rapportait que trois édifices du campus de Moncton de l’Université de Moncton faisaient l’objet d’avis d’exposition à la COVID-19. Voici les détails publiés par le gouvernement du Nouveau-Brunswick concernant ces trois avis :

  • Pavillon Taillon – local MTA328, Université de Moncton, lundi 27 septembre entre 13 h 30 et 14 h 45;
  • Faculté des arts – local MAR217, Université de Moncton, lundi 27 septembre entre 8 h 30 et 11 h 15; et
  • Pavillon Rémi-Rossignol – local D102, Université de Moncton, mardi 28 septembre entre 18 h 30 et 21 h 15.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.