Passer au contenu principal

Ce que nous retiendrons de 2020

par UA/AU
24 DÉC 20

Ce que nous retiendrons de 2020

par UA/AU | 24 DÉC 20

Peu importe l’angle avec lequel on aborde l’année 2020, force est de constater qu’elle aura été exceptionnelle. Nous ne sommes pas près de l’oublier. Malgré tout, nous avons lu, rédigé, révisé et produit des centaines d’articles. Sans surprise, une bonne partie d’entre eux portent sur les effets de la pandémie dans le milieu universitaire. Nous en avons choisi six qui nous ont marqué pour différentes raisons et vous invitons à leur jeter un coup d’œil.

« Publish or Perish » : des chercheuses demandent la fin de la discrimination systémique

Depuis que je fais partie de l’équipe d’Affaires universitaires, un des aspects sur lesquels on s’est penché est la publication de textes d’opinion qui proviennent de la communauté universitaire francophone du Canada. Ce qui peut avoir l’air anodin aux yeux de certains est loin de l’être pour nous. Quand un média est la tribune de choix pour un groupe donné, il peut pleinement jouer son rôle et servir de cadre pour le débat, ce à quoi nous aspirons. On reçoit de plus en plus de soumissions sur ce plan, mais cette augmentation n’atténue en rien l’enthousiasme à l’idée de participer, à notre façon, aux importantes réflexions et discussions qui font avancer le milieu universitaire. C’est notamment pourquoi cette année j’ai arrêté mon choix sur le texte d’opinion « Publish or Perish » : des chercheuses demandent la fin de la discrimination systémique. En plus d’aborder une question sensible, ce texte est écrit de façon à exposer clairement l’enjeu soulevé. D’ailleurs, des milliers de personnes ont consulté les versions française et anglaise de ce texte, ce qui ne fait qu’ajouter à sa pertinence.

— Pascale Castonguay, rédactrice/réviseure francophone


L’écart entre les sexes en génie : aller au-delà des chiffres

Depuis toujours, le génie est un milieu à forte prédominance masculine. Mais comme l’expliquait, en janvier dernier, Diane Peters dans un article de fond, un changement se prépare. À Ingénieurs Canada, l’initiative 30 en 30 vise à faire en sorte que 30 pour cent des nouveaux ingénieurs soient des femmes d’ici 2030, et les facultés de génie prennent les moyens pour que cet objectif se réalise. Afin d’illustrer l’article, nous avions réuni deux femmes remarquables pour une séance de photos (c’était avant la pandémie, lorsque ce type de rencontre était encore permis) : Liz Hofer, alors étudiante de dernière année en génie mécatronique à l’Université McMaster et coprésidente de la Women in Engineering Society de cette même université, et Gina Cody, ingénieure à la retraite et diplômée de l’Université Concordia. Aujourd’hui, l’école d’ingénierie et d’informatique de l’établissement montréalais porte le nom de Mme Cody. La photo retenue, prise par Jennifer Roberts, rend un bel hommage au travail qu’elles ont réalisé pour rendre la profession d’ingénieure plus attrayante aux yeux des jeunes femmes.

— Léo Charbonneau, rédacteur en chef


Étudier et enseigner à distance : trois leçons apprises utiles au temps de la crise

En relisant cet article rédigé au début de la pandémie, je suis stupéfaite de constater à quel point l’information qui s’y trouve est encore pertinente. Le message à retenir est qu’il nous faut du temps : pour nous adapter, pour apprendre et pour respirer. Quelle ironie, car je suis persuadée que la plupart d’entre nous ont le sentiment de n’avoir pas cessé de courir depuis que nous avons commencé à travailler de la maison en mars. Nous avons manqué de temps : pour songer, questionner et réfléchir. Nous avons plutôt dû agir. Certains doivent concilier différents horaires sous un même toit, déployer plus d’efforts pour maintenir leur équilibre et rester en contact. Je crois que cet article est une excellente façon de rappeler à tous (professeurs, administrateurs et étudiants) de s’accorder plus de temps.

— Tara Siebarth, rédactrice Web


Personnalités à connaître

Je triche, je l’avoue. Pour 2020, j’ai choisi non pas un, mais trois articles, tous tirés de notre série Personnalités à connaître. Cette année, nous nous sommes entretenus avec les personnes suivantes :

  • La pionnière de l’art-thérapie Vera Heller, qui dirige les seuls programmes francophones en art-thérapie d’Amérique du Nord, offerts par l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.
  • « J’aimais les sciences, mais je ne me voyais pas travailler dans ce domaine! Bidouiller des affaires dans des labos, ce n’était pas mon truc », nous a confié Sophie Malavoy au début de l’année. Mme Malavoy a consacré sa carrière (et sa formation en sciences, technologie, génie et mathématiques) à la communication de la science, entre autres grâce à ses rôles au sein de l’Acfas ainsi que de Radio-Canada, et plus récemment comme directrice du Cœur des sciences à l’Université du Québec à Montréal, où elle favorise l’application d’une démarche interdisciplinaire et humaniste à la découverte scientifique.
  • La paléontologue Genevieve von Petzinger : elle est la doctorante qui a créé la plus vaste base de données au monde sur les premiers symboles abstraits.

Vous avez des personnes remarquables à proposer pour la série Personnalités à connaître en 2021? Envoyez vos suggestions à nsamson@univcan.ca.

— Natalie Samson, rédactrice en chef adjointe


L’attraction de la procrastination

Nous avons traversé une année sans précédent, et parcourir les anciens numéros d’Affaires universitaires à la recherche d’un article m’a donné matière à réflexion. J’ai arrêté mon choix sur l’article de fond « L’attraction de la procrastination » qui a paru dans le numéro de novembre-décembre 2020. Bien que ce reportage ne traite pas directement de la pandémie, il porte sur la procrastination, tendance que cette période d’isolement a fait ressortir chez bon nombre d’entre nous. L’article en dresse le portrait et en décrit les effets sur le milieu universitaire.

Il est toujours plaisant de travailler sur la mise en page d’un article qui contient tant de bons éléments : un contenu captivant, un titre accrocheur et des images attrayantes. Les illustrations de l’article de fond et de la couverture du numéro ont été confiées à Graham Roumieu, qui déploie son remarquable talent pour transmettre des idées en quelques traits d’encre et en peu de couleurs à l’aquarelle. Ses dessins sont pleins d’esprit et au cœur du thème. J’adore les illustrations qui offrent une perspective sur la vie et qui font sourire.

Personnellement, ce que j’ai tiré de la pandémie, c’est que le monde peut changer radicalement en un clin d’œil, et que vivre dans l’instant présent est plus important que jamais.

— Judith Lacerte, graphiste


7 conseils pour prendre soin de soi

Avant que s’amorce l’année 2020, Natalie Samson a demandé à des employés et à des professeurs de diverses universités canadiennes comment ils géraient le stress de la vie universitaire. L’article de fond, intitulé « 7 conseils pour prendre soin de soi », qui a paru dans le numéro de janvier-février 2020 d’Affaires universitaires visait à aider les lecteurs à choisir des résolutions pour la nouvelle année, à trouver un sain équilibre travail-vie personnelle et à prendre soin d’eux. Nous ignorions à l’époque l’importance que ces conseils allaient prendre au cours des mois suivants. Avec la pandémie de COVID-19, qui a mis notre vie sens dessus dessous, nous avons dû trouver des façons de composer avec le stress, l’anxiété et l’isolement. L’article comprend d’excellentes suggestions, comme : l’établissement de limites, l’autocompassion, la lecture, la réflexion personnelle et la création de réseaux de soutien (virtuels, bien entendu). Le conseil de Patty Hambler, directrice des activités de promotion et d’éducation en matière de santé à l’Université de la Colombie-Britannique, pour qui un lien avec la nature est essentiel, me touche tout particulièrement. Les promenades avec mon chien le long du canal Rideau et dans les parcs d’Ottawa m’ont été salutaires cette année. Une nouvelle lecture de cet article vous aidera peut-être à trouver un peu d’équilibre et de sérénité en 2021.

— Laura Beaulne-Stuebing, journaliste Web


À l’origine, ce texte a été publié dans notre infolettre hebdomadaire. Abonnez-vous pour rester informé.

Rédigé par
UA/AU
L'équipe d'Affaires universitaires.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.