Passer au contenu principal
Actualités

Voici enfin Science Atlantique

L’organisation autrefois appelée CIPAS change de nom et d’apparence, mais demeure vouée à la création de liens entre professeurs, étudiants et scientifiques de la région.

par TIM LOUGHEED | 07 NOV 11

L’enthousiasme des membres du Conseil interuniversitaire des provinces atlantiques pour les sciences (CIPAS), fondé en 1962, dément son appellation bureaucratique. À l’approche de son 50e anniversaire, l’ancien CIPAS se refait une identité plus accrocheuse : Science Atlantique. Afin d’accroître sa visibilité, il se dote également d’un nouveau site Web (www.scienceatlantic.ca).

Le prédécesseur de Science Atlantique avait pour mission d’établir des liens officiels entre les scientifiques et les étudiants de divers campus, et œuvrait également avec des représentants des laboratoires gouvernementaux de la région. Les échanges entre ces groupes, dont témoigne la tenue régulière de congrès dans d’importantes disciplines scientifiques, visent à accroître la vigueur et le dynamisme du milieu de la recherche de la côte Est.

« Beaucoup de nos établissements sont de petite taille, explique Chris Moore, doyen de la faculté des sciences de l’Université Dalhousie et vice-président de Science Atlantique. Sans [Science Atlantique], ils seraient très isolés. L’organisation aide à les mettre en contact et à leur faire connaître des gens provenant d’universités semblables. »

M. Moore a traité pour la première fois avec l’organisation en 1988 lorsqu’il est devenu professeur et a commencé à faire participer des étudiants aux congrès du CIPAS. « C’était leur première occasion d’assister à un congrès scientifique et de présenter leurs travaux, se rappelle-t-il. Il s’agit d’une excellence initiation à cet aspect du métier de scientifique : la présentation des résultats à ses pairs. »

Science Atlantique comprend 10 sous-comités dans les domaines des soins aux animaux, de l’aquaculture et des pêches, de la biologie, de la chimie, de l’informatique, des sciences de la Terre, de l’environnement, des mathématiques et de la statistique, de la physique et de l’astronomie ainsi que de la psychologie. Des représentants de ses 18 établissements membres y siègent.

Selon Keith De’Bell, vice-recteur adjoint à la recherche à l’Université St. Francis Xavier, l’organisation renforce l’enseignement des sciences dans les établissements membres. « Les liens inextricables entre recherche et enseignement sont à mes yeux absolument essentiels, affirme-t-il. Par des congrès et d’autres activités, [Science Atlantique] souligne l’importance de la recherche pour les étudiants au premier cycle dans le cadre de leur expérience d’apprentissage. »

Kyle Hill, actuellement doctorant à l’Université McGill, était l’un des étudiants au premier cycle ayant participé à des congrès alors qu’il étudiait les mathématiques et la physique à l’Université Mount Allison. Il remarque le contraste qui existe entre l’ambiance décontractée de rencontres et l’expérience intimidante que sont de nombreux rassemblements scientifiques.

« Un congrès de [Science Atlantique] ressemble à une réunion de famille. Les étudiants y vont en compagnie de leurs professeurs, mais ils rencontrent des professeurs d’autres universités. On finit par connaître tout plein d’étudiants qu’on ne connaîtrait pas s’il n’y avait ce milieu collégial, quasi familial. »

M. Hill soutient que l’une des grandes priorités de Science Atlantique est la communication de la recherche, non seulement dans le cadre d’échanges avec des pairs scientifiques, mais également avec le public. Le prix décerné pour la communication fait partie des distinctions les plus prestigieuses lors de ces congrès.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.