Passer au contenu principal
Matière à réflexion

Apprendre en travaillant : l’expérience professionnelle aux cycles supérieurs

Les stages permettent aux étudiants d’élargir leur vision du monde et de perfectionner leurs compétences, un apprentissage qui peut transcender la matière vue en classe.

par ALICE ISAC, EMILIE MARTEL, EVE PANKOVITCH & NIEM HUYNH | 22 MAR 22

Étant autrefois l’apanage des programmes de premier cycle, « l’apprentissage par l’expérience » gagne en popularité aux cycles supérieurs. Des étudiants de tous les domaines ont soif d’apprendre autrement, mais aussi de monnayer leur talent. Les établissements font donc de la place à l’apprentissage par l’expérience dans des programmes déjà chargés. Cette forme d’apprentissage concilie la théorie et la pratique en donnant la possibilité aux étudiants d’appliquer les connaissances et les compétences qu’ils ont acquises en classe. Par exemple, ils auront peut-être vu les meilleures techniques de commercialisation dans un cours d’introduction à la matière, mais c’est lorsque le professeur invite le propriétaire d’une petite entreprise et que celui-ci demande de l’aide pour élaborer une stratégie de commercialisation pour son produit que les manuels prennent vie.

L’apprentissage par l’expérience revêt plusieurs noms. Vous entendrez peut-être les mots « coop », « stage », « programme en apprentissage », etc. Ces programmes diffèrent par leur structure et les crédits qu’ils permettent de cumuler, mais leur essence est identique : apprendre en travaillant. Pour des raisons de simplicité, nous les regrouperons sous le nom de « stage ».

Aux cycles supérieurs, les étudiants se spécialisent dans leur discipline. Or, les stages leur offrent une vue plus globale du monde et du perfectionnement professionnel, qui mobilise les connaissances vues en classe et les transcende. Un stage peut vous aider à atteindre vos objectifs et à tirer le maximum de vos apprentissages.

Jouez dans le bac à sable et regardez l’horizon

Les stages sont des engagements à court terme. Ils durent rarement plus de 16 semaines. Leur point fort, c’est qu’ils rendent possible de tâter le terrain sans prendre trop de risques. Considérez-les comme des bacs à sable : amusez-vous à construire et à imaginer de grandes choses, mais gardez en tête que rien n’est coulé dans le béton. Si vous n’avez pas le coup de foudre, vous pouvez aller voir ailleurs. Peut-être aussi que la réalité d’un emploi n’est pas à la hauteur de vos espérances, ou au contraire qu’il vous ouvre plus de portes que vous pensiez. Il faut tenter l’expérience pour le savoir! Les employeurs, eux, profitent de cette période pour évaluer votre potentiel au sein de l’équipe et pour examiner s’ils devraient vous faire une offre d’emploi et si oui, quelle forme devrait prendre ladite offre. Vos interactions en milieu de travail leur disent ce qu’un relevé de notes exemplaire ne dit pas.

Ressources de perfectionnement professionnel pour les étudiants des cycles supérieurs

 

Les stages vous offrent la possibilité de voir des personnes expérimentées travailler sur leurs projets : il s’agit d’un précieux éclairage sur votre domaine de spécialisation. Vous vous connecterez à tout un réseau de professionnels qui ont abouti au même endroit par autant de voies différentes : une recommandation, un stage qui s’est transformé en contrat de travail, des années de bénévolat dans le secteur, un intérêt personnel, une aspiration éthique, etc.

Les stages offrent aussi le grand avantage de vous aider à vous découvrir : votre modus operandi en milieu de travail, vos préférences, vos valeurs, etc. Profitez-en pour penser à ce que vous pourriez apporter à cet emploi et vice-versa. En cours de stage, apprenez-en sur vous-même en vous posant ces questions :

  • Qu’est-ce que je préfère dans ce travail? Dans cette culture? Dans cet environnement? Dans ce cheminement?
  • Comment mes valeurs et mes objectifs s’alignent-ils avec ceux du projet? De l’équipe? De l’organisation?
  • Ai-je assez d’information pour savoir si cet emploi me convient?
  • Quelles compétences et connaissances puis-je perfectionner ici?
  • Quelle valeur ajoutée unique est-ce que j’apporte?
  • Quels sont les débouchés?
  • Comment cette expérience influencera-t-elle mon parcours étudiant ou de recherche?

Voyez le stage comme un tremplin

Puisque les étudiants ne sont pas livrés à eux-mêmes, les stages sont synonymes de formation et d’accompagnement. Guidés par leurs superviseurs, ils ont le temps de faire leurs recherches pour trouver la manière la plus efficace d’effectuer une tâche. Ils apprennent ce qu’il faut faire, mais aussi les compétences pour le faire. Apprendre par l’observation, l’essai et l’erreur : les trois piliers sur lesquels repose le perfectionnement de la méthode de travail du stagiaire afin qu’il puisse poser les bases de son avenir professionnel.

On parle peu des mauvaises expériences de stage, et pourtant, elles sont essentielles à l’apprentissage. En effet, une mauvaise expérience est souvent… un mal pour un bien! Il n’est pas rare que les stagiaires croient avoir choisi la voie qu’ils veulent suivre alors qu’ils finissent par réaliser, une fois qu’ils ont les deux pieds dans la réalité du domaine, que ce n’est pas du tout ce qu’ils aimeraient faire. Ces incidents de parcours leur ouvrent les yeux et leur permettent de repenser leur trajectoire professionnelle. C’est pourquoi ces expériences comptent autant. Comme nous l’avons mentionné, le contrat est court : corriger le tir à ce stade n’est pas une lourde décision.

Il est facile de croire que les professionnels possèdent un talent inné, mais ce qu’on ne voit pas, c’est toutes les erreurs et tous les échecs qui ont jalonné leur cheminement. Ils ont été étudiants et débutants avant d’en arriver à ce degré d’expertise. On a tendance à ne pas parler de nos erreurs, qui sont pourtant des expériences pratiques desquelles on apprend et sort grandi.

Voici quelques-uns des avantages du stage, parfois évidents et quelque fois insoupçonnés :

  • vous accumulez des qualifications et des heures d’expérience qui vous mettent en valeur sur le marché du travail;
  • vous gagnez du savoir pratique au-delà des exigences de votre programme d’études;
  • vous nouez de nouvelles relations de travail avec vos collègues et vos superviseurs, qui pourront vous présenter à des membres de leur réseau ou vous recommander;
  • vous acquérez de nouvelles compétences techniques et maîtrisez des outils pertinents dans le domaine;
  • vous vous intégrez à la société et apprenez de votre équipe et de votre superviseur;
  • vous côtoyez des personnes qui peuvent vous donner des conseils et vous parler de leur expérience;
  • vous développez un réseau, parce que qui vous connaissez dans le milieu – et, encore davantage, qui dans le milieu vous connaît – est important pour vous ouvrir des portes; et
  • vous ancrez votre expérience professionnelle localement si vous n’êtes pas du Canada ou du Québec.

Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, toutes les expériences nous aident à nous connaître nous-mêmes, et à comprendre le monde et notre place dans celui-ci. Alors que vous vous préparez à intégrer le monde du travail, nous espérons qu’en vous faisant valoir ce genre d’expérience, nous allumerons une flamme et que vous trouverez un moyen de vous épanouir personnellement et professionnellement.

À PROPOS ALICE ISAC, EMILIE MARTEL, EVE PANKOVITCH & NIEM HUYNH
Alice Isac conçoit de nouveaux programmes d’apprentissage par l’expérience pour les étudiants de tous les programmes et niveaux de l’Université Concordia. Emilie Martel est coordonnatrice des programmes de stage et d’apprentissage par l’expérience à l’Université Concordia. Elle accompagne les étudiants en sciences économiques dans leur transition vers le monde du travail. Eve Pankovitch coordonne les offres de stage et d’apprentissage par l’expérience pour les étudiants en sciences politiques à l’Université Concordia. Niem Huynh jumelle des stagiaires et des employeurs, et accompagne les étudiants de la maîtrise en évaluation environnementale à l’Université Concordia.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.