Passer au contenu principal
Actualités

Cinq nouvelles universités en Colombie-Britannique

par LÉO CHARBONNEAU | 09 JUIN 08

À la fin d’avril dernier, le milieu de l’éducation postsecondaire de la Colombie-Britannique a été secoué par les annonces successives faites par le premier ministre Gordon Campbell. En l’espace de une semaine, celui-ci a déclaré que son gouvernement allait accorder le statut d’université à cinq établissements postsecondaires. Une fois le projet de loi adopté et la conversion officiellement effectuée, la province passera de sept à 12 universités.

Trois des annonces touchent les derniers collèges universitaires de la province. Le Collège universitaire de la vallée du Fraser devient l’Université de la vallée du Fraser, le Collège universitaire Kwantlen devient l’Université polytechnique Kwantlen et le Collège universitaire Malaspina devient l’Université de l’île de Vancouver.

Les deux autres établissements qui verront leur statut modifié sont l’Institut Emily Carr d’art et de design, qui deviendra l’Université Emily Carr d’art et de design, et le Collège Capilano, qui deviendra l’Université Capilano.

Les nouvelles universités seront désignées comme « des universités ayant un mandat d’enseignement particulier » au service d’une région géographique spécifique, sauf en ce qui concerne l’Institut Emily Carr, qui comportera la même désignation, mais qui aura pour mandat de servir toute la province en raison de ses programmes uniques.

Selon le ministère de l’Enseignement supérieur de la Colombie-Britannique, les nouvelles universités seront axées sur l’excellence en enseignement et la recherche appliquée.

Skip Triplett, recteur du Collège universitaire Kwantlen, affirme que les changements annoncent la fin de l’appellation des collèges universitaires dans la province, mais pas celle du concept. Il fait remarquer que le projet de loi ne modifie en rien le vaste éventail de programmes offerts au sein des trois collèges universitaires, y compris la formation axée sur les compétences et sur les métiers.

Il souligne également que 85 pour cent des étudiants de Kwantlen sont déjà inscrits à des programmes menant à un grade ou à des programmes permettant d’accéder directement à un programme menant à un grade. Pourtant, beaucoup ont encore peine à distinguer ce collège universitaire d’un collège communautaire offrant des programmes de deux ans. D’autres, mentionne-t-il, croient à tort que les collèges universitaires de la Colombie-Britannique sont des établissements confessionnels ou rattachés à une université par voie de fédération. « Il n’y a pas à dire, la confusion règne. »

H.A. « Skip » Bassford, recteur du Collège universitaire de la vallée du Fraser, abonde dans le même sens. Il affirme que le changement de statut de son établissement signifie que les étudiants « recevront désormais des titres de compétences reconnus au niveau universitaire », que les campagnes de financement porteront davantage de fruits et que les activités de recrutement d’étudiants étrangers s’en trouveront améliorées.

Les collèges universitaires devront apporter quelques modifications pour refléter leur changement de statut, notamment en ce qui concerne les structures de gouvernance. Leurs conseils d’enseignement actuels deviendront de véritables sénats universitaires et des postes de chanceliers devront être créés. Quant aux changements majeurs, « il y en aura très peu », affirme M. Bassford.

Certains commentateurs des médias ont critiqué les changements de nom précisément pour cette raison, et ont même laissé entendre que cette décision pourrait « affaiblir » la désignation des universités en Colombie-Britannique.

M. Bassford réplique que ce point de vue ne tient pas compte de la métamorphose que son établissement a entreprise ces dernières années. « Nous travaillons d’arrache-pied depuis presque 10 ans afin d’offrir entre autres un éventail de programmes menant à un grade, de même que des bibliothèques convenables, et d’avoir à notre service des professeurs compétents dans tous les domaines couverts, indique-t-il. Le nouveau nom reflète la réalité et non un concept inexistant auquel nous devrons nous conformer à long terme. »

De plus, le Collège universitaire de la vallée du Fraser, le Collège universitaire Malaspina et l’Institut Emily Carr d’art et de design sont déjà membres de l’Association des universités et collèges du Canada (AUCC). L’adhésion à l’AUCC, conjuguée à une charte provinciale, est souvent considérée comme équivalant à l’agrément au Canada. M. Triplett, de Kwantlen, précise qu’il a soumis une demande d’adhésion à l’AUCC et qu’il est en attente d’une décision.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.