Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

Le budget de 2017 mise sur l’innovation et la formation

Aucune hausse du financement de la recherche fondamentale prévue; le milieu universitaire attend prochainement le rapport de l’examen du soutien à la science fondamentale.

par ANQI SHEN | 29 MAR 17

Le 22 mars, le gouvernement fédéral a déposé son deuxième budget. Il y annonce des mesures pour relever les défis économiques ainsi que des investissements dans la formation de la main-d’œuvre et l’acquisition de compétences. Le budget prévoit entre autres l’élargissement du programme canadien de prêts et bourses et 90 millions de dollars sur deux ans pour les étudiants autochtones. Toutefois, les trois principaux organismes subventionnaires de recherche (le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, le Conseil de recherches en sciences humaines et les Instituts de recherche en santé du Canada) n’obtiennent aucuns fonds supplémentaires, ce qui déçoit grandement le milieu de la recherche.

Des recommandations à l’égard de l’infrastructure et du financement de la recherche fondamentale devraient toutefois se trouver dans le rapport de l’examen du soutien à la science fondamentale du comité présidé par David Naylor, qui paraîtra au cours des prochaines semaines. Lancé à l’été 2016, cet examen a donné lieu à des consultations, et la publication du rapport final qui devait avoir lieu l’an dernier a été reportée.

« On est un peu déçu par rapport au financement général, a affirmé Robert Proulx, membre du conseil d’administration d’Universités Canada et recteur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). On attend avec impatience les recommandations du comité sur la recherche fondamentale parce que c’est vraiment à ce moment qu’on va savoir quels sont les effets réels que ça va produire. Au niveau des principes, le gouvernement maintient l’importance de l’innovation et la lie à la formation. »

En matière d’innovation, le budget fédéral prévoit jusqu’à 950 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer des « supergrappes » d’innovation menées par l’entreprise, qui représenteront des domaines sur lesquels misera le gouvernement pour accélérer la croissance économique et qui réuniront grandes entreprises, jeunes entreprises, établissements postsecondaires et instituts de recherche.

« Il faut quand même maintenir la recherche de pointe dans des domaines comme l’inclusion, le bien-être des gens et le développement économique, des domaines qu’on ne voit pas vraiment dans les grappes en ce moment, a déclaré M. Proulx. Je trouve cela intéressant qu’on puisse cibler des domaines pour les investissements, mais il faudrait voir à couvrir l’ensemble des domaines pertinents pour le développement de la société. »

Le budget prévoit des investissements « à l’appui de l’innovation et de la croissance économique » : recherche sur les cellules souches, exploration de l’espace, information quantique, innovation sociale et collaborations internationales en matière de recherche. Le gouvernement affectera 125 millions de dollars à une stratégie pancanadienne sur l’intelligence artificielle qui soutiendra la recherche en IA et sera administrée par l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA). Pour réaliser sa mission, l’ICRA recevra aussi 35 millions de dollars sur cinq ans.

Mitacs, une organisation à but non lucratif qui établit des partenariats entre les entreprises et le milieu universitaire, obtiendra 221 millions de dollars sur cinq ans pour créer 10 000 placements travail-études principalement destinés aux étudiants aux cycles supérieurs. Elle pourra ainsi presque doubler ses activités dans ce secteur et mettre en contact des étudiants qui souhaitent acquérir de l’expérience hors du milieu universitaire auprès d’entreprises ayant des besoins en recherche et développement, indique Alejandro Adem, chef de la direction et directeur scientifique.

« Nos étudiants aux cycles supérieurs viennent de nombreux pays. En profitant de telles expériences, ils resserrent aussi leurs liens avec le Canada, a affirmé M. Adem, qui est aussi professeur en mathématiques à l’Université de la Colombie-Britannique. Beaucoup de nos étudiants proviennent maintenant des sciences humaines. Ouvrir nos programmes est donc une priorité. Il faut aller au-delà des sciences, des technologies, du génie et des mathématiques. »

Le budget annonce également 25 nouvelles chaires de recherche Canada 150, qui attireront des universitaires étrangers et seront financées par les ressources inutilisées du Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada. De plus, il prévoit 225 millions de dollars sur quatre ans à compter de 2018-2019, et 75 millions de dollars annuellement par la suite, pour créer une organisation qui appuiera l’acquisition et la mesure des compétences au Canada, en partenariat avec les provinces, le secteur privé, les établissements d’enseignement et des groupes à but non lucratif.

Le gouvernement entend aussi « évaluer la façon dont le Conseil national de recherches du Canada peut au mieux appuyer le Plan pour l’innovation et les compétences » en 2017. Cette année, il renouvellera le financement de 59,6 millions de dollars du Conseil pour soutenir les initiatives visant l’innovation en entreprise. Un montant annuel de 2 millions de dollars est également accordé au nouveau poste de conseiller scientifique en chef.

Voici les principales annonces budgétaires touchant les universités :

  • Jusqu’à 950 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer des « supergrappes » d’innovation menées par l’entreprise, qui représenteront des domaines sur lesquels misera le gouvernement pour accélérer la croissance économique et réuniront grandes entreprises, jeunes entreprises, établissements postsecondaires et instituts de recherche;
  • 454,4 millions de dollars sur quatre ans, à compter de 2018-2019, et 46,3 millions de dollars annuellement par la suite, pour étendre l’admissibilité aux prêts et bourses d’études canadiens aux apprenants adultes, aux étudiants ayant des enfants à charge et aux étudiants à temps partiel;
  • 221 millions de dollars sur cinq ans accordés à l’organisme Mitacs, qui offrira ainsi 10 000 placements d’apprentissage intégré au travail à des étudiants aux cycles supérieurs;
  • 125 millions de dollars pour instaurer une stratégie pancanadienne sur l’intelligence artificielle qui soutiendra la recherche dans ce secteur et sera administrée par l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA) – pour réaliser sa mission, l’ICRA recevra aussi 35 millions de dollars sur cinq ans;
  • 117,6 millions de dollars sur huit ans (fonds réaffectés du Programme des chaires d’excellence de recherche du Canada) pour créer environ 25 chaires de recherche Canada 150 et attirer des universitaires étrangers de premier plan;
  • 90 millions de dollars sur deux ans pour répondre aux besoins financiers des étudiants autochtones de niveau postsecondaire.

– Avec la collaboration de Pascale Castonguay

Exposé budgetaire:

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »