Passer au contenu principal
Actualités

Nouvelle ressource en ligne pour les étudiants inuits

Le site Internet Tukitaarvik, mis en ligne récemment, offre de l’information et des possibilités de réseautage aux jeunes Inuits désireux de faire des études postsecondaires.

par JEAN-FRANÇOIS VENNE | 26 SEP 12

Un Inuit d’Iqaluit qui souhaite entreprendre des études postsecondaires se trouve à près de 2 000 kilomètres de l’université la plus proche. Il est fort probable qu’aucun membre de sa famille n’a jamais mis les pieds dans une université. Il sait qu’il se retrouvera dans une un milieu étranger, où personne ne parlera l’inuktituk, et une fois rendu sur place, le choc de la vie urbaine sera rude. Vous avez dit défis ?

En inuktituk, Tukitaarvik signifie « un endroit pour comprendre et être pointé dans la bonne direction ». C’est lors de groupes de discussion avec des diplômés universitaires inuits que le projet a pris forme, raconte Thierry Rodon, professeur adjoint de science politique à l’Université Laval. Dans le cadre d’un projet de recherche, le titulaire de la Chaire de développement durable du Nord avait rencontré une centaine de diplômés universitaires, sur les quelque 2 500 que comptent les communautés Inuits du Canada et le souhait de disposer d’un site Internet était souvent exprimé.

« Ces diplômés avaient trouvé très difficile de quitter leur communauté sans savoir où ils allaient, explique le chercheur. Le milieu universitaire leur était complètement étranger. Il y a clairement un besoin d’information concrète pour démystifier cette institution, et s’y préparer. » Sur le site, on retrouve par exemple un guide pour préparer aux études, de même qu’une vidéo montrant à quoi ressemble le quotidien d’un étudiant universitaire.

Il arrive trop souvent qu’un jeune Inuit se retrouve isolé dans son université, sans autre représentant de sa communauté. « Un des facteurs de succès, c’est d’avoir des cohortes d’étudiants au même endroit, ce qui crée un groupe de soutien », note M. Rodon. Par un système d’inscription, les étudiants pourront désormais savoir où étudient les autres Inuits et choisir leur université en conséquence. Ils pourront aussi communiquer avec d’autres jeunes qui veulent étudier à l’université, et y aller ensemble.

« Un tel projet ne comble pas le besoin de programmes universitaires dans le Nord, précise M. Rodon, mais il peut contribuer à améliorer le regroupement d’étudiants universitaires inuits et favoriser leur réussite. »

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published.