Passer au contenu principal
Actualités

Programme de médecine en Outaouais : une première rentrée sous le signe de la pandémie

La première cohorte d’étudiants du programme de médecine de l’Université McGill en Outaouais vient de terminer sa première session. Retour sur cette rentrée historique… en pleine pandémie.

par AMÉLIE COURNOYER | 14 JAN 21

Ça fait plus de 10 ans que l’Outaouais met tout en œuvre pour offrir un programme de formation médicale complet et en français, alors ce n’est pas une pandémie mondiale qui l’aurait arrêtée. C’est ainsi qu’en août 2020, l’équipe du Campus Outaouais de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université McGill à Gatineau était prête à accueillir la première cohorte de 40 étudiants comme prévu, soit 16 étudiants à l’année préparatoire et 24 étudiants de première année au programme d’études médicales de premier cycle.

Un campus satellite attendu

Aux prises avec une pénurie chronique de médecins de toutes les spécialités, l’Outaouais souhaite depuis les années 1980 miser sur la formation locale afin d’accueillir et de retenir les jeunes médecins, tout comme l’ont fait plusieurs régions du Québec. Une unité de médecine familiale a d’ailleurs été créée à Gatineau en 1988 dans cet objectif, finissant par accueillir au fil du temps jusqu’à 20 médecins résidents par année.

Mais l’histoire du Campus Outaouais n’a réellement débuté qu’en 2003, lorsque le gouvernement a donné le mandat à deux des quatre facultés de médecine, soit celles de l’Université de Sherbrooke et de l’Université de Montréal, d’implanter des campus satellites dans le but d’encourager la pratique médicale en région. Après ces expériences positives, l’Université McGill et l’Université Laval ont été sollicitées pour délocaliser leur programme respectif et McGill a choisi Gatineau.

Un programme d’externat intégré y a d’abord été mis sur pied en 2010 pour accueillir des étudiants en médecine à partir de leur troisième année. Cinq ans plus tard, McGill a déposé un plan clinique dans le but d’y instaurer un programme d’études médicales de premier cycle et d’augmenter le nombre de résidences disponibles dans le cadre du programme postdoctorale en médecine de famille, en partenariat avec le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais. L’ajout en 2019 du programme préparatoire en médecine, en collaboration avec l’Université du Québec en Outaouais (UQO), permet aujourd’hui à McGill d’offrir un programme complet d’études médicales au Campus Outaouais.

Une inauguration en deux temps

Le confinement annoncé au Québec au printemps 2020 a ajouté quelques défis à ceux qui se présentent naturellement lors de la mise sur pied d’une nouvelle faculté. « Il a fallu finaliser les préparatifs en ligne, autant pour le recrutement, pour les entrevues d’embauche que pour l’intégration du personnel. Cela a nécessité une logistique qui a alourdi l’importante tâche de travail que nous avions déjà », explique Gilles Brousseau, doyen associé et directeur du Campus Outaouais.

Puis, l’arrêt des chantiers de construction à la fin mars de même que le retour des travailleurs un mois plus tard avec les mesures de distanciation ont repoussé jusqu’en 2021 l’ouverture des portes de la Faculté de médecine et du Groupe de médecine familiale universitaire (GMF-U) sur le site de l’Hôpital de Gatineau. « C’est dommage, parce que ça fait plus de 10 ans que l’ouverture du Campus est attendue dans la région. Mais les premières semaines du trimestre, nous avons tout de même pu offrir des cours en présentiel aux étudiants grâce à des locaux prêtés par l’UQO », indique Dr Brousseau.

Mahmoud Moustafa fait partie des étudiants qui ont commencé leurs études médicales de premier cycle en Outaouais. « La rentrée était très bien, assure-t-il. On savait que la pandémie avait retardé les travaux de construction, mais elle n’a pas eu d’effets sur la qualité des cours ni sur nous, les étudiants. »

Une première session qui restera dans les annales

Comme dans les autres facultés de la province, les cours offerts à Gatineau sont passés en mode virtuel en cours de session. En plus de devoir s’approprier le matériel pédagogique – traduit en français spécialement pour le Campus Outaouais – et de préparer leurs cours, les professeurs ont dû se former à l’enseignement en ligne… en ligne. « Il y a eu un énorme travail de préparation, autant de la part des nouveaux enseignants que de ceux d’expérience », convient Guylène Thériault, directrice du Centre de pédagogie et du volet « Rôle du médecin » ainsi qu’experte de contenu en épidémiologie et médecine factuelle au Campus Outaouais.

Cela dit, les étudiants et le personnel de la nouvelle Faculté voient le positif de cette première session hors de l’ordinaire. « Nous avons dû ajuster rapidement nos façons d’enseigner afin d’arriver à transmettre la matière en ligne. Mais la pandémie a mis au jour la résilience et la capacité d’adaptation de tous et une communauté s’est créée malgré tout entre les professeurs et les apprenants », commente Dre Thériault.

Originaire de Montréal, M. Moustafa a justement choisi le Campus Outaouais pour ses petites cohortes qui favorisent les contacts étroits avec les professeurs et l’interaction avec les autres étudiants. « Même sans campus pour la première session et malgré l’enseignement en ligne, nous avons ressenti une proximité incroyable avec la Faculté. Je sens que je peux compter sur elle et ça, c’est très important », conclut-il.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *