Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

Sport interuniversitaire canadien devient U Sports

Le changement de nom et de logo est la première étape d’une ambitieuse stratégie d’affaires et de marketing.

par MARK CARDWELL | 23 NOV 16

L’organisme dirigeant du sport universitaire au Canada a changé de nom et de logo. Le responsable de l’organisation et l’artisan principal de la nouvelle appellation U Sports estime que ce nom marque le début d’une nouvelle ère dans le milieu du sport universitaire canadien.

« Cette nouvelle image de marque est la première étape clé d’un vaste plan d’affaires et de marketing qui vise à attirer davantage l’attention des médias, à augmenter les revenus provenant des commanditaires nationaux et à susciter l’engouement des amateurs et des étudiants-athlètes pour les excellents programmes sportifs de nos établissements membres », explique Graham Brown, chef de la direction d’U Sports.

Dévoilés en grande pompe le 20 octobre à l’occasion de conférences de presse à Toronto et Montréal, les nouveaux nom et logo ont été conçus, selon M. Brown, pour mieux incarner et véhiculer l’essence de l’organisme de gouvernance du sport et ce qu’il représente. Depuis 2001, ce dernier était connu sous le nom de Canadian Interuniversity Sport (CIS) et Sport interuniversitaire canadien (SIC), et son prédécesseur était l’Union sportive interuniversitaire canadienne.

Dans une vidéo publiée sur le site Web de l’entreprise de conception du projet, Ben Hulse et Craig Durrell précisent qu’« il n’y a auparavant jamais eu de nom bilingue qui s’adressait à tous les Canadiens ». Les deux concepteurs, qui ont notamment créé le logo d’Équipe Canada pour les Jeux olympiques d’hiver de Vancouver 2010, soulignent qu’U Sports, qui évoque clairement sans jamais le nommer le « sport universitaire canadien », donnera à ses 54 universités, 12 000 étudiants-athlètes, 500 entraîneurs et 21 championnats nationaux annuels masculins et féminins une « image de marque bilingue et cohésive ».

Le chef de la direction d’U Sports, M. Brown, s’est joint à SIC après avoir été pendant 12 ans le grand patron de Rugby Canada, une organisation conservatrice qu’il a contribué à renouveler, à renommer et à transformer en une puissance du marketing dans le milieu du sport canadien. Il explique que le nouveau nom U Sports aidera à rétablir le prestige et l’engouement à l’égard des sports universitaires canadiens et attirera les médias nationaux et les gros commanditaires du secteur privé.

« Nous n’y arriverons pas du jour au lendemain, prévient M. Brown. Comme pour toutes les marques, il faudra du temps pour la faire reconnaître. Pour le moment, nous mettrons l’accent sur la merveilleuse histoire du sport universitaire au Canada et ses performances athlétiques de très haut niveau. »

resserrer les liens de travail entre les recteurs

Tranformer l’image de marque fait partie d’une nouvelle stratégie d’affaires visant à resserrer les liens de travail entre les recteurs, les directeurs des sports et les quatre anciennes associations régionales de SIC (Atlantique, Québec, Ontario et Canada-Ouest) pour assurer une meilleure coordination, une supervision et une organisation plus adéquate des équipes, des athlètes et des horaires.

Elle s’inscrit dans la vision de M. Brown d’organiser et de promouvoir des rencontres sportives de renom et de les télédiffuser en tant qu’évènements spéciaux de la semaine afin de porter sur la scène nationale les plus grandes compétitions régionales ou interurbaines du sport universitaire.

« C’est ainsi que nous soulèverons les passions et bâtirons des partenariats durables avec les commanditaires », ajoute M. Brown. Selon lui, il existe déjà un fort potentiel de commandites par plusieurs grandes entreprises canadiennes de cinq secteurs : services bancaires et assurances, télécommunications, automobile, services professionnels et technologie.

« La nouvelle marque nous aidera à mieux expliquer qui nous sommes à ceux qui nous entourent »

La nouvelle marque U Sports et la perspective d’un financement accru par les entreprises réjouissent Mike Mahon, recteur et vice-chancelier de l’Université de Lethbridge et président de l’ancien conseil d’administration de SIC. « Nous sommes très motivés à l’idée de renforcer la visibilité du sport universitaire au Canada, et c’est pourquoi nous avons fait appel à Graham », précise-t-il.

M. Mahon, qui a joué au football et fait de l’athlétisme pour son alma mater, l’Université du Manitoba, a qualifié de « revigorant » le processus de transformation dirigé par M. Brown et souligné le grand enthousiasme des établissements membres. « La nouvelle marque nous aidera à mieux expliquer qui nous sommes à ceux qui nous entourent : tant les entreprises, les collectivités où se trouvent nos campus et les étudiants actuels et anciens que ce joueur de soccer de 15 ans de Chicoutimi ou le basketteur de 16 ans de Regina qui rêvent de jouer pour une de nos équipes. »

Glen Grunwald, directeur des sports à l’Université McMaster, confirme que la nouvelle image de marque est un « grand pas en avant ». Cet ancien basketteur vedette de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) qui a été président des Raptors de Toronto et des Knicks de New York (NBA) soutient que le changement de nom et de logo d’une organisation « témoigne de ce qu’elle est et de son évolution ». Il ajoute que le but d’U Sports n’est pas d’imiter la NCAA, mais « nous pouvons et devons certainement nous en inspirer pour sensibiliser davantage nos collectivités et nos membres, car les retombées seront très positives pour nos écoles et nos athlètes ».

Pour sa part, Christian Gagnon, directeur des sports à l’Université Laval depuis quatre ans, et auparavant à l’Université de Sherbrooke pendant 10 ans, précise que le nouveau nom ne changera rien aux performances de ses 18 équipes du Rouge et Or. « Mais il reflète certainement un changement d’attitude et de vision, et ce n’est pas rien, poursuit-il. Si cette transformation peut aider à offrir une meilleure expérience à nos athlètes, je suis partant. »

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »