Passer au contenu principal
Conseils carrière

Façonner son parcours professionnel

Quel que soit le poste convoité, votre curriculum vitæ doit résumer vos expériences professionnelles de façon claire et logique.

par CATHERINE MAYBREY | 16 SEP 21

Comme une bande-annonce de film, un bon curriculum vitæ présente les acteurs principaux et l’intrigue, souligne les hauts et les bas et, surtout, donne envie d’en savoir plus. Un bon curriculum vitæ permet d’organiser – ou de réorganiser – les divers éléments de vos antécédents professionnels de manière à décrire un parcours intéressant qui convaincra le lecteur de vous convoquer à une entrevue. Chez les étudiants aux cycles supérieurs et les chercheurs postdoctoraux, la nécessité de façonner un parcours professionnel intéressant provoque souvent un syndrome de l’imposteur. Rassurez-vous, l’expérience et les compétences que vous avez acquises sont précieuses. En les transcrivant dans votre curriculum vitæ, vous aurez une idée plus objective de votre employabilité et de vos possibilités de carrière.

Combattez vos préjugés

Invariablement, les étudiants aux cycles supérieurs et les chercheurs postdoctoraux minimisent leurs expériences professionnelles, surtout dans leur curriculum vitæ. Par exemple, le poste d’auxiliaire d’enseignement, l’une des expériences les plus courantes dans leur cas, fait souvent l’objet d’une description laconique comme « j’ai enseigné au premier cycle ». Cela manque un peu d’éclat! Si vos séances de réflexion et de remue-méninges ne vous mènent pas sur des pistes intéressantes, essayez l’outil O*Net. Cette base de données conçue aux États-Unis décompose les postes ou professions selon les tâches, compétences, connaissances, outils technologiques, activités professionnelles, etc. Elle contient beaucoup plus d’information qu’il n’en faut pour un curriculum vitæ, mais elle vous aidera à vaincre votre syndrome de la page blanche et à déterminer les compétences, activités et expériences que vous devez mettre en valeur, dans vos propres mots. Elle vous donnera des idées pour présenter vos expériences universitaires à un public élargi.

Gardez le lecteur en tête lors de la rédaction

Les universitaires ont souvent tendance à utiliser un jargon ou des acronymes propres à leur domaine. Il s’agit d’une mauvaise pratique de communication. Le lecteur du curriculum vitæ doit comprendre l’information présentée et la raison pour laquelle vous la présentez. Pour aider à rédiger les points qui se trouvent sous chaque expérience de travail, nous utilisons la méthode CAR (contexte, action, résultat). Ce cadre consiste d’abord à fournir au lecteur le contexte minimal nécessaire pour suivre les renseignements que vous lui donnez. S’ensuit une série de points détaillant vos tâches, et peut-être un ou deux points expliquant vos réalisations. Les publications, conférences, subventions et prix, par exemple, sont des réalisations. Vos participations à des travaux de recherche en cours ou à de vastes projets sans résultats concrets comptent également. Vous n’avez qu’à expliquer au lecteur les retombées de ces participations.

Quels que soient les exemples choisis, assurez-vous qu’ils reflètent ce que l’employeur recherche chez les candidats, et n’oubliez pas de reprendre les mêmes termes et formulations que l’offre d’emploi. Si vous avez du mal à déterminer les caractéristiques recherchées par l’employeur, copiez et collez l’offre d’emploi dans un générateur de nuage de mots-clés.

Organisez votre curriculum vitæ afin qu’il soit facile à lire

Idéalement, présentez l’information dans l’ordre chronologique inversé. Pour reprendre l’exemple de la bande-annonce, votre curriculum vitæ doit piquer la curiosité et non embrouiller ou ennuyer le lecteur. L’ordre chronologique inversé aide le lecteur à comprendre la logique de votre parcours et lui indique où et comment vous avez acquis vos compétences.

Utilisez les titres de section judicieusement. En général, un curriculum vitæ comprend les sections Expériences professionnelles et Scolarité ou Formation. Toutefois, elles ne sont que le point de départ de la rédaction de votre curriculum vitæ. Voici quelques suggestions de sections additionnelles :

  • Travaux de recherche : si vous posez votre candidature pour un poste de recherche, énumérez ici tous les projets (actuels et passés) à votre actif. N’oubliez pas de mettre l’accent sur les éléments pertinents pour le lecteur (sujet de recherche, méthodologie, etc.) et utilisez la méthode CAR pour cerner votre contenu.
  • Projets : si vous postulez à un emploi d’expert-conseil ou de gestionnaire de projet, utilisez cette section pour mettre en valeur les volets de gestion, de direction et de collaboration de votre parcours professionnel.
  • Enseignement ou pédagogie : si le poste convoité est lié à l’éducation ou à l’enseignement, décrivez ici vos expériences en classe, vos projets de conception pédagogique, etc.
  • Résumé ou principales qualifications : rédigez cette section en dernier et placez-la au début de votre curriculum vitæ, sous vos coordonnées. Cette section vous permet de relier des éléments de différentes sections, d’illustrer les changements au fil du temps et de décrire brièvement votre parcours professionnel. Elle est essentielle, surtout si vous cherchez à remplacer votre image d’universitaire par une autre qui ne constitue pas nécessairement la prochaine étape logique.

Votre curriculum vitæ ne doit pas dépasser deux pages. Si vous essayez de présenter différents parcours pour une recherche d’emploi multidirectionnelle, vous devrez rédiger différentes versions. Chacune d’entre elles racontera le même parcours sous un angle différent et devra donner au lecteur l’envie d’en savoir plus. Bonne chance et… bonne rédaction!

Catherine Maybrey est propriétaire du cabinet CM Coaching Services et coordonnatrice des affaires postdoctorales et de la formation en recherche à l’Université McMaster.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *