Passer au contenu principal
Conseils carrière

Gérer les microagressions dans les environnements d’apprentissage en ligne

Il est essentiel de reconnaître l’ampleur des microagressions et de leurs conséquences pour instaurer un environnement d’apprentissage inclusif et antiraciste.

par KAREN MCCRINDLE & KRYSTLE PHIRANGEE | 18 MAI 21

Au cours de la dernière année, les enseignants ont utilisé divers environnements d’apprentissage en ligne. Ceux-ci ont de nombreux avantages, mais entraînent aussi des conséquences imprévues. La multiplication des microagressions a notamment créé des environnements d’apprentissage hostiles et a nui au processus d’enseignement et d’apprentissage de même qu’à la santé mentale des participants. Les microagressions peuvent prendre diverses formes. Elles peuvent se produire entre pairs, viser les chargés de cours ou les assistants à l’enseignement, ou encore être perpétrées par ceux-ci à l’encontre d’un étudiant. Il est essentiel de reconnaître l’ampleur des microagressions et leurs conséquences pour instaurer des environnements d’apprentissage inclusifs et antiracistes.

À l’Université de Toronto, un groupe de travail chargé de se pencher sur les microagressions au sein des environnements d’apprentissage en ligne a été créé. Les discussions menées dans le cadre de ce groupe ont révélé que les microagressions par courriel, par messagerie instantanée, dans les salles de discussions en petits groupes et sur les forums de discussion s’étaient multipliées. Nous avons compris que la situation exigeait une action immédiate. Ainsi, en s’appuyant sur l’abondante littérature et les ressources d’autres établissements, le groupe a rédigé une première ressource et organisé un webinaire. Notre intention était d’aider les formateurs et les assistants à l’enseignement à bien réagir aux microagressions, ainsi que de proposer des ressources additionnelles, puisque cette forme d’agression est un problème systémique. De plus, le bureau du doyen de l’enseignement et de l’apprentissage a entamé cette année une évaluation pour assurer que les programmes et le soutien pédagogique offerts témoignent de notre engagement envers l’inclusion, l’appartenance aux peuples autochtones et la lutte contre le racisme.

Que sont les microagressions?

Les microagressions sont des actes discriminatoires, intentionnels ou non, souvent provoquées par les préjugés et les systèmes de pouvoir, et susceptibles de blesser quelqu’un. Les microagressions comprennent notamment :

  • les actes, les remarques ou un langage corporel hostiles, dénigrants ou méprisants à l’encontre de membres de groupes socialement marginalisés;
  • les propos niant ou méprisant les points de vue, les sentiments ou la réalité de certaines personnes; et
  • les propos visant à rabaisser subtilement une catégorie sociale ou une identité.

Créer un environnement inclusif et antiraciste en classe

Les formateurs et les assistants à l’enseignement sont encouragés à rappeler explicitement dans leur plan de cours l’engagement de leur établissement au profit de l’équité, de la diversité, de l’inclusion, du respect, du civisme et de la lutte contre le racisme. Ils peuvent par exemple préciser les attentes en matière de comportement et souligner que l’instauration d’une communauté inclusive est l’affaire de tous. Si vous êtes formateur ou assistant à l’enseignement, vous pouvez entre autres déployer les stratégies suivantes :

  • rappeler en début de trimestre les valeurs de l’établissement, en formulant des attentes claires en matière de civisme et de respect et en précisant qu’aucune forme de racisme ou de harcèlement ne sera tolérée;
  • préciser quelles sont vos valeurs en tant que formateur ou assistant à l’enseignement et en quoi votre démarche pédagogique en fait état;
  • adopter un comportement inclusif et respectueux dans vos échanges avec les étudiants;
  • inviter les étudiants à contribuer à la mise en œuvre de règles de base et d’un cadre collectif favorisant la discussion dans un esprit respectueux, civique, inclusif et antiraciste, de plus, interpeller et amener avec chaleur et bienveillance les étudiants qui contreviennent à cet esprit à se joindre à la conversation, sans les blâmer;
  • souligner aux étudiants que l’Université prend le code de conduite très au sérieux et imposera des sanctions à ceux qui y dérogent;
  • prévoir les réticences possibles et envisager d’enseigner aux étudiants comment créer une communauté d’apprentissage antidiscriminatoire et antiraciste où chacun se rend mutuellement des comptes;
  • avoir conscience de votre pouvoir sur les étudiants en tant que formateur ou qu’assistant technique;
  • reconnaître les différences entre et au sein des groupes et formuler des exemples de microaffirmations, en particulier pour les étudiants susceptibles de se sentir sous-représentés ou ignorés;
  • admettre que les gens peuvent dire en ligne des choses que jamais ils n’oseraient dire en présence de leur interlocuteur; envisager la fermeture de la salle de discussion et la désactivation de la messagerie instantanée en cas de comportements irrespectueux de la part des étudiants; et
  • admettre les privilèges dont vous disposez et aider les étudiants à comprendre en quoi consistent l’équité et les préjugés inconscients.

Il est important de souligner que les professeurs ne sont pas les seuls à devoir adopter de telles stratégies proactives en matière d’enseignement et d’apprentissage. Nous encourageons les établissements à réfléchir à la manière d’offrir aux formateurs et aux assistants techniques une formation et du soutien axés sur l’équité, l’inclusion et la lutte contre le racisme.

Réagir aux microagressions en classe

La mise en place de cadres proactifs n’enraie pas totalement les microagressions. Si vous êtes témoin d’une microagression, il est important d’intervenir et de la signaler. Ne rien faire peut donner l’impression que le comportement en question est acceptable.

Si vous êtes témoin d’une microagression à l’encontre d’un étudiant :

  • déterminez en quoi consiste exactement le comportement préoccupant;
  • interrompez l’interaction en demandant une explication et discutez des conséquences possibles du comportement en question sur autrui; et
  • expliquez les conséquences négatives du comportement en question pour amener les étudiants à ne pas le reproduire; encadrez leur réaction, et envisagez de déterminer un mot ou une phrase à prononcer pour faire appel sans risque au soutien de leurs pairs.

Si un étudiant vous signale une microagression :

  • faites preuve d’écoute et de compréhension;
  • prenez conscience de l’effort consenti pour vous signaler cette microagression;
  • songez à intervenir en son nom, ou discutez avec lui de la manière convenable d’intervenir et de réagir; et
  • rappelez-vous qu’il est parfois bon de doter un étudiant des outils nécessaires pour réagir, en fonction du contexte et de ce que les circonstances exigent, mais que celui-ci n’a parfois besoin que de soutien.

Si vous êtes victime d’une microagression dans le cadre d’un environnement d’apprentissage en ligne, par courriel ou lors de commentaires formulés dans le cadre d’évaluations de cours :

  • demandez l’appui de votre mentor, superviseur ou directeur;
  • demandez conseil au centre d’enseignement et d’apprentissage ainsi qu’au bureau de l’équité, de la diversité et de l’inclusion de votre établissement;
  • prenez en note tous les incidents et vos tentatives de remédier aux microagressions; et
  • optez pour une démarche factuelle et objective, et utilisez si possible des citations (vous pouvez par exemple conserver les courriels offensants ou réaliser des captures d’écran des propos déplacés envoyés dans la boîte de messagerie instantanée).

Si un étudiant critique vos pratiques inclusives en matière d’enseignement ou y est réfractaire, rappelez pourquoi elles sont importantes et n’hésitez pas à demander du soutien au besoin.

Dans tous les cas :

  • ne vous précipitez pas, réfléchissez avant d’agir;
  • réagissez avec professionnalisme aux remarques déplacées et tentez d’éviter d’instaurer une relation conflictuelle sans issue;
  • tentez de comprendre pourquoi l’étudiant concerné s’est montré irrespectueux;
  • soyez à l’affût des occasions d’apprentissage;
  • rappelez-vous qu’une conversation avec un professeur peut avoir une influence durable sur un étudiant, cherchez à discuter de la situation; et
  • créez un climat propice aux explications et aux excuses.

Il est possible de remédier à certains comportements d’étudiants en discutant de ceux-ci sur-le-champ ou par la suite, mais il arrive aussi que la gravité d’une situation justifie des sanctions disciplinaires. Dans tous les cas, il est important de s’attaquer au comportement problématique pour instaurer un environnement d’apprentissage inclusif.

Karen McCrindle est professeure agrégée, doyenne associée de l’enseignement et de l’apprentissage à l’Université de Toronto à Scarborough et directrice du Centre d’enseignement et d’apprentissage de l’établissement. Krystle Phirangee est titulaire d’un doctorat et conceptrice d’outils d’évaluation et d’apprentissage en ligne au Centre d’enseignement et d’apprentissage de l’Université de Toronto à Scarborough.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *