Passer au contenu principal
CONSEILS CARRIÈRE

Le petit guide de la demande de subvention

Avant d’imprimer les formulaires de demande, prenez le temps de lire ces conseils.

par BARRY RIES | 28 SEP 17
  1. Ciblez les sources de financement. Vous pouvez faire appel aux trois organismes subventionnaires du Canada (le Conseil de recherches en sciences humaines, les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie) ou aux nombreuses petites organisations moins connues. Le commissaire à la protection de la vie privée du Canada offre des subventions. Les ministères fédéraux financent beaucoup de recherches, tout comme leurs homologues provinciaux. Vous pouvez aussi profiter d’initiatives mises sur pied avec d’autres pays (comme l’Inde, le Brésil, la France et l’Allemagne). À qui les autres personnes de votre domaine présentent-elles une demande?
  2. Assurez-vous d’être admissible. En cas de doute, consultez un responsable des subventions du bureau de recherche (en anglais seulement) de votre établissement. Il pourra faire les vérifications nécessaires auprès du bailleur de fonds et discuter de votre situation avec un agent de programme.
  3. Votre idée est-elle bonne? Aucun responsable des subventions ne peut faire en sorte qu’une mauvaise idée devienne bonne. Votre sujet doit, au minimum, sembler vous enthousiasmer. Une proposition de recherche visant à « pallier des lacunes documentaires » ou, pire encore, à « corriger une lacune », évoque un certain désespoir. On peut facilement s’imaginer un professeur en attente de sa permanence affolé à l’idée de ne pas avoir d’idée de recherche. Que fera-t-il? Il trouvera une lacune à combler!
  4. Personne n’est mieux placé que vous pour rédiger votre demande de subvention. Bien sûr, vous pouvez demander de l’aide et profiter d’une bonne révision et d’une évaluation critique. Personne ne peut toutefois expliquer votre idée à votre place.
  5. Assurez-vous que votre demande de subvention répond aux trois principales questions de tous les grands organismes subventionnaires. La recherche vaut-elle la peine d’être menée (quelle est sa raison d’être et qui s’y intéressera)? Le candidat et son équipe ont-ils la capacité de la mener à bien? Les fonds seront-ils bien utilisés? Je n’oublierai jamais le commentaire de l’examinateur qui m’a dit que mon projet de recherche aurait été original et important s’il avait été présenté 20 ans plus tôt.
  6. La présentation est importante. La concurrence est féroce. Le fait d’être brillant ne garantit pas l’obtention d’un financement. Oui, votre proposition est solide. Mais se démarque-t-elle vraiment? Chaque demande doit raconter une histoire. Captez l’attention du lecteur avec le résumé de votre recherche. Faites en sorte qu’il devienne votre allié avant même d’en aborder les détails. C’est ce qu’un bon responsable des subventions vous aidera à faire. Il ne se contentera pas de lire votre demande et de corriger vos erreurs grammaticales.
  7. Vous faut-il un codemandeur ou des collaborateurs? De nombreux organismes subventionnaires apprécient les projets qui réunissent plus d’un chercheur et d’un établissement. Vos partenaires au sein de la collectivité (hôpitaux, groupes communautaires, corps policiers, conseils scolaires, etc.) vous seront donc précieux. Le bureau de recherche de votre établissement pourra vous aider à les cibler.
  8. En matière d’échéances, il n’y a pas de différence entre les membres du corps professoral et les étudiants. Certains rédigeront rapidement leur demande ou demanderont de l’aide, et d’autres s’y prendront à la dernière minute. Certains se sentiront dépassés et baisseront tout simplement les bras. La solution est simple : inscrivez vos échéances à votre calendrier et acquittez-vous progressivement de vos tâches. Effectuez l’analyse documentaire. Rédigez un compte rendu. Songez à votre méthodologie. Déterminez le salaire des étudiants et la nature de leurs tâches. Faudra-t-il voyager? À quel endroit et pour combien de temps?
  9. Pensez aux besoins des employés du bureau de recherche. Ce sont souvent eux qui soumettent vos demandes. Quels sont les formulaires à signer, et qui doit les signer? Quelle est la date d’échéance du bureau de recherche? Qui est votre personne-ressource? Que peut-elle faire pour vous aider?
  10. Restez positif. Vous pourriez devoir faire trois ou quatre tentatives avant d’obtenir une subvention. Parlez à vos collègues. Parlez aux gens qui ont obtenu du financement. Soyez ouvert à tous les conseils et commentaires. Si, après plusieurs essais, vous n’arrivez pas à gagner la faveur des organismes subventionnaires (en plus, peut-être, d’avoir du mal à être publié), envisagez l’impossible. Peut-être que votre domaine de recherche ne les intéresse tout simplement pas et qu’il est temps de tourner la page. Ce genre de chose arrive.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »