Passer au contenu principal
Conseils carrière

Sollicitation à froid

Faire valoir ses compétences hors du milieu universitaire en quatre étapes.

par JOHN LORENC | 05 NOV 14

Beaucoup d’universitaires éprouvent de grandes frustrations lorsqu’ils entreprennent une recherche d’emploi à l’extérieur du milieu universitaire. Si la fonction publique et le secteur privé sont des territoires inconnus dans lesquels vous n’avez aucun repère, comment faire pour convaincre un employeur que vous êtes le candidat idéal? En vente, nous utilisons une technique en quatre étapes appelée « prospection ».

Quelques recherches

Pour vous démarquer, vous devez parvenir à démontrer votre valeur à votre « client » potentiel, en l’occurrence le responsable de l’embauche ou des ressources humaines. Celui-ci percevra votre valeur si vous lui offrez la solution à un problème. Vous devez donc effectuer des recherches pour découvrir en quoi consistent les activités de l’entreprise (ou du service gouvernemental) et ses objectifs généraux. En recueillant ces renseignements, vous comprendrez mieux comment le poste affiché s’inscrit dans ces objectifs.

Une démarche ciblée

Si vous arrivez à dégager du poste affiché les éléments qui ajoutent de la valeur à l’entreprise, vous pourrez mieux cibler vos échanges écrits et oraux avec le responsable de l’embauche afin de montrer que vous incarnez cette valeur. Grâce à ces renseignements, vous pourrez personnaliser votre lettre de présentation et votre CV en fonction du poste convoité. À chaque phrase que vous écrivez, posez-vous la question suivante : « En quoi cela sera-t-il utile à l’entreprise et au responsable de l’embauche, étant donné leur historique et leurs objectifs? »

Une affirmation : « Ne regardez pas mon diplôme, regardez-moi! »

Lorsque vous appelez un employeur potentiel, vous avez au plus trois minutes pour transmettre votre message, car les responsables de l’embauche sont, comme la plupart d’entre nous, extrêmement occupés. Il est donc préférable d’écrire au préalable ce que vous voulez dire. Répétez votre discours jusqu’à ce que vous le sachiez par cœur. Assurez-vous cependant d’adopter un ton naturel, comme lors d’une conversation, au lieu de réciter le texte comme un robot.

À partir du moment où votre interlocuteur décroche le téléphone, vous disposez de 15 secondes pour vous nommer, expliquer l’objet de votre appel et vous assurer que le moment est bien choisi. S’il vous répond qu’il n’y a pas de bon moment et que ce n’est pas nécessaire de rappeler, passez à l’offre d’emploi suivante. S’il dit qu’il est occupé pour l’instant, prenez rendez-vous pour rappeler plus tard. S’il vous invite, d’un ton plus ou moins enthousiaste, à enchaîner, il vous reste environ deux minutes et trente secondes pour démontrer votre valeur.

Gardez à l’esprit que votre employeur potentiel a déjà pris connaissance de votre CV; ne perdez donc pas de temps à énumérer vos qualifications. Évitez également d’insister sur vos études doctorales, la triste vérité étant que 90 pour cent des employeurs n’accordent aucune importance à vos études supérieures. Vous pouvez même dire explicitement : « En évaluant ma candidature, ne vous attardez pas à ma formation. Pendant mes études, j’ai acquis de précieuses compétences qui seraient très utiles à ce poste et au sein de votre entreprise. » Si, par exemple, vous avez utilisé des méthodes quantitatives, et que l’emploi exige des habiletés en statistique ou en comptabilité de base, n’oubliez pas de mentionner que vous savez utiliser Excel. Presque tous les étudiants aux cycles supérieurs ont cumulé de nombreuses heures et d’enseignement, d’exposés et de rédaction, souvent pour des auditoires spécialisés. Ces compétences poussées en présentation et en communication sont fortement prisées pour de nombreux postes.

Un engagement

Tentez d’en savoir davantage en raccrochant qu’avant d’appeler. Comme il s’agit d’un employeur potentiel, vous souhaitez qu’on vous accorde une entrevue. Si vous obtenez une réponse positive, essayez de fixer une date sur-le-champ.

Ne vous découragez pas si vous échouez les premières fois que vous mettrez cette technique en pratique. La prospection exige un degré de confiance et d’expertise qui ne s’acquiert qu’avec l’expérience. Commencez par vous exercer avec un ami au téléphone (il est impératif de le faire au téléphone plutôt qu’en personne, car vous ne pouvez lire le langage corporel). Demandez à votre ami de vous faire la vie dure, de refuser de discuter avec vous, de tenter de raccrocher et de se montrer évasif quand vous demandez une entrevue. En ayant appris à vous sortir de ces situations, vous serez mieux en mesure d’y faire face lorsque vous communiquerez avec des employeurs potentiels.

John Lorenc est titulaire d’un doctorat en histoire juridique et économique de l’Université de Toronto et occupe actuellement le poste de gestionnaire de comptes nationaux à Sentry Technology Canada.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *