Passer au contenu principal
Conseils Carrière

Subventions du CRSH : Conseils à l’intention des doctorants et des chercheurs postdoctoraux

Deux administrateurs répondent à nos questions sur les possibilités de financement et le déroulement du processus de demande de subvention.

par NATALIE SAMSON | 17 SEP 15

Les étudiants aux cycles supérieurs et les chercheurs postdoctoraux du Canada qui présentent une demande de subvention à un organisme subventionnaire de recherche fédéral comme le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) ont parfois l’impression de donner un coup d’épée dans l’eau. Affaires universitaires (AU) a donc rencontré le directeur du Portefeuille de la formation en recherche du CRSH, Jean-François Fortin, et la gestionnaire intérimaire, Roxanne Dompierre, pour connaître les possibilités de financement, obtenir des conseils sur la façon de présenter une demande et découvrir les rouages du processus d’évaluation des dossiers.

AU : Quels sont les programmes de financement les plus populaires dans le cadre du programme Talent à l’intention des étudiants aux cycles supérieurs et des chercheurs postdoctoraux? Combien de demandes avez-vous reçues lors des plus récents concours?

Fortin : Le Programme de bourses d’études supérieures du Canada [officiellement les bourses de maîtrise du Programme de bourses d’études supérieures du Canada Joseph-Armand Bombardier] est celui qui reçoit le plus grand nombre de demandes. Nous avons reçu plus de 5 000 dossiers et avons remis 1 300 bourses. Les bourses de doctorat du même programme sont également très populaires. Elles ont, avec les bourses de doctorat du CRSH, fait l’objet de 2 500 demandes, et nous avons remis 1 005 bourses. Les bourses postdoctorales du CRSH ont reçu plus de 800 demandes; nous avons remis 175 bourses.

Mme Dompierre : Il faut préciser que les bourses de maîtrise du Programme de bourses d’études supérieures sont remises en collaboration avec des universités canadiennes admissibles, qui doivent respecter un quota. L’attribution des bourses se fait par l’entremise des universités. Le nombre de demandes (5 000) est très élevé, parce qu’un même étudiant peut présenter jusqu’à cinq demandes à des établissements différents [à toute université où il a présenté une demande d’admission].

AU : Le CRSH offre-t-il d’autres formes de subventions aux étudiants aux cycles supérieurs et aux chercheurs postdoctoraux?

Fortin : Le CRSH offre également du financement aux chercheurs de niveau doctoral et postdoctoral dans le cadre de programmes interorganismes comme les Bourses d’études supérieures du Canada Vanier et les Bourses postdoctorales Banting, ainsi qu’une aide financière indirecte sous forme de subventions de recherche, comme celles du programme Savoir. Les professeurs qui obtiennent une subvention du programme Savoir embauchent des étudiants aux cycles supérieurs dont le salaire représente une part importante du budget de subventions d’un professeur. En fait, environ 50 pour cent du montant des subventions est versé aux étudiants sous forme de salaire et d’allocations.

AU : Quelles sont les erreurs les plus fréquentes dans les demandes soumises aux programmes de subventions de niveau doctoral et postdoctoral? Quels conseils pouvez-vous donner aux étudiants pour qu’ils ne tombent pas dans le piège?

Fortin : Évitez d’utiliser un langage très technique. Nos comités [d’évaluation au mérite] sont multidisciplinaires, mais ne possèdent pas une expertise dans tous les domaines. Faites lire votre proposition par un professeur ou un camarade d’une autre discipline avant de la soumettre. La rédaction d’une demande de subvention diffère de celle d’un article destiné à une revue ou à une conférence. Les destinataires ne sont pas des experts. Évitez donc le jargon et assurez-vous d’utiliser une terminologie claire.

Une autre erreur courante consiste à attendre à la dernière minute pour recueillir les renseignements nécessaires à la rédaction de la demande. Pensez à vos références dès le début du processus pour éviter la course folle à la fin. Les professeurs reçoivent des demandes de plusieurs étudiants. Je conseille d’avoir en main les lettres de recommandation au moins deux semaines avant de soumettre la demande.

AU : Combien de temps doit-on consacrer à la rédaction de la proposition?

Fortin : Commencez à y penser au moins deux mois avant la date de tombée. La demande comprend une proposition de projet qu’il faut avoir le temps de peaufiner. Vous devriez cependant avoir réfléchi au projet dans son ensemble, à la méthodologie, à la théorie et à l’analyse documentaire bien avant.

AU : Avez-vous d’autres conseils à l’intention des candidats?

Fortin : Gardez toujours en tête les critères d’évaluation lorsque vous soumettez une demande de subvention. Ces critères sont énoncés dans les documents de la demande. Répondez-y directement lorsque vous rédigez votre proposition.

Dotez-vous d’une méthodologie claire. Celle-ci peut faire toute la différence. Elle doit absolument appuyer clairement les objectifs de la recherche et inspirer confiance dans le projet. Je le répète : concentrez-vous sur la méthodologie.

En ce qui a trait au CV joint à la demande, assurez-vous que l’information qu’il contient et l’expertise que vous y décrivez sont en lien avec le projet. Sollicitez au besoin l’aide d’un agent de programme du CRSH, d’un professeur, d’un superviseur ou du centre de carrière de votre université.

AU : Quels sont les éléments des processus de demande et d’évaluation qui sont généralement mal compris par les étudiants aux cycles supérieurs et les chercheurs postdoctoraux?

Fortin : Certains croient que leur succès dépend de leur discipline ou des domaines ciblés par le financement. Ce n’est pas le cas. Les concours sont ouverts à tous les domaines des sciences humaines. Les subventions et bourses de recherche sont attribuées dans le cadre d’un processus indépendant et complètement impartial d’évaluation au mérite conçu pour veiller à ce que seules les propositions d’excellente qualité soient retenues. Même si un candidat a déjà reçu des bourses au mérite auparavant, ça ne veut pas dire qu’il sera choisi haut la main. Il s’agit de concours nationaux. Mieux vaut être réaliste et bien préparé.

AU : Pouvez-vous expliquer comment procède le CRSH pour former des comités d’évaluation au mérite et de sélection?

Fortin : Les membres des comités sont choisis en fonction de leur expérience et de leur expertise. Le CRSH tente de recueillir une diversité de points de vue, mais la plupart des évaluateurs sont des universitaires du Canada ou de l’étranger, et certains peuvent provenir des secteurs public, privé ou à but non lucratif. Nous voulons assurer une représentation équilibrée en ce qui a trait à l’expertise, à l’expérience dans des universités de toutes tailles, aux régions du pays, au sexe et aux langues officielles. La mise sur pied des comités est une tâche colossale, et la participation est volontaire.

AU : En général, combien de membres compte un comité de sélection et combien de demandes évalue-t-il?

 Fortin : Les comités comptent en moyenne de cinq à huit membres. Dans le cas des subventions, comme celles du programme Savoir, leur nombre peut atteindre 10.

Chaque proposition est soumise à deux lecteurs. Chaque membre du comité étudie de 50 à 70 propositions et doit les classer dans un tableur. L’ensemble du comité examine ensuite le classement, et les lecteurs A et B discutent de chaque proposition. La note initiale peut évoluer au cours de la discussion.

AU : Comment vous assurez-vous de l’absence de conflit d’intérêts entre les candidats et les membres du comité de sélection?

Fortin : Le CRSH vérifie les risques de conflit d’intérêts en fonction de l’affiliation à une université et à un département. Nous nous assurons également que les membres des comités comprennent ce qu’est un conflit d’intérêts et leur fournissons des lignes directrices claires à ce sujet. S’ils perçoivent un conflit d’intérêts lorsqu’ils reçoivent une demande, ils sont tenus de le déclarer.

Mme Dompierre : En présence d’un conflit d’intérêts entre un membre du comité et un candidat, la demande est soumise à un autre lecteur.

Fortin : Si la demande fait l’objet de discussions lorsque le comité se réunit, le membre visé par le conflit d’intérêts quitte la salle ou la téléconférence pendant la discussion. 

AU : Qui supervise le comité de sélection?

Fortin : Chaque comité est présidé par un professeur qui veille à ce que le processus se déroule rondement. Un agent de programme du CRSH siège également au comité à titre de secrétaire. Il veille également à ce que les règles soient suivies et à bien informer le comité. Le CRSH supervise donc le côté administratif, mais n’a aucune influence sur les recommandations des comités.

La présence d’observateurs lors des réunions des comités pour veiller au bon déroulement et à la transparence du processus est également pratique courante depuis un certain nombre d’années. Il s’agit généralement de personnes ayant déjà siégé à des comités de sélection pour d’autres programmes ou organismes de financement. À la fin du processus de sélection, ils rédigent un rapport qu’ils soumettent au Comité sur les programmes et la qualité du CRSH. S’ils décèlent une anomalie pendant l’attribution des subventions, ils le signalent à l’agent de programme et au président du comité.

Le CRSH est également doté d’une procédure d’appel. Moins de 15 candidats par année y ont recours, et deux ou trois d’entre eux ont présenté une demande de bourse de doctorat.

AU : Quel genre de rétroaction les candidats reçoivent-ils après l’évaluation de leur demande?

 Fortin : Dans la plupart des cas, ils reçoivent la note moyenne accordée par les membres du comité de sélection. En raison du volume élevé de demandes, les membres du comité n’ont pas à rédiger d’évaluations écrites, et les commentaires sur les forces et les faiblesses de chaque demande ne sont pas conservés. La note moyenne qu’ils reçoivent est établie en fonction des autres demandes reçues.

AU : Avec qui les candidats peuvent-ils communiquer pour obtenir des renseignements sur leur demande?

Fortin : Le Portefeuille de la formation en recherche du CRSH compte dans son équipe des agents de programme en mesure d’informer les candidats et de répondre à leurs questions. Nous organisons une fois l’an des séances d’information régionales auxquelles les étudiants sont invités à assister, et nous avons déjà organisé des webinaires.

Mme Dompierre : Le Centre de ressources du site Web du CRSH regorge d’information. Les étudiants et les chercheurs postdoctoraux qui préparent une demande y trouveront de nombreuses réponses à leurs questions.

 

 

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *