Passer au contenu principal
À mon avis

Les professeurs doivent prêcher par l’exemple

Il ne suffit pas d’enseigner les technologies pédagogiques, il faut les utiliser!

par ANTHONY GURR | 08 JUIN 09

Mon conseiller aux études supérieures, un universitaire d’une sagesse et d’un esprit extraordinaires, est actuellement en année sabbatique de la Simon Fraser University. Il y a quelques mois, il menait grand train dans la pittoresque petite ville alpine de Chamonix, en France, où il communiait quotidiennement avec des troupeaux de chèvres, apprenait à cuisiner la ratatouille et écrivait au sujet des avantages inhérents à servir vins et fromages lors de séminaires.

Du moins, c’est ce que j’imaginais lorsque j’ai appris qu’il prenait une année sabbatique. En fait, il dit occuper son temps à terminer plusieurs projets, dont une étude documentaire sur l’avenir de la formation des professionnels de la santé. Grâce à cette merveille qu’est Internet, je compile un wiki d’articles de recherche aux fins de cette étude, je lui fais régulièrement part de mes progrès par courriel et je discute directement avec lui chaque semaine grâce au progiciel de transmission de la voix Skype. Neuf fuseaux horaires séparent Vancouver de Chamonix. La distance physique n’empêche pas la collaboration directe en ligne.

En tant que concepteur professionnel de logiciels et étudiant à la maîtrise en technologie éducative, je qualifie souvent les ordinateurs de grille-pain excentriques. Ils ne me font pas peur : je ris au nez de Windows Vista! Toutefois, j’ai remarqué que, bien que les professeurs de la faculté d’éducation encouragent leurs étudiants à utiliser les ordinateurs et Internet, ils ne prêchent pas tous par l’exemple lorsqu’il s’agit d’intégrer les technologies de l’information à leur enseignement. Ils distribuent encore des copies papier des descriptions de cours et des lectures obligatoires aux étudiants, alors qu’ils pourraient afficher tous ces documents et ces ressources médias en ligne sur un blogue, un site Web ou un wiki. Imaginez la délicieuse ironie d’assister à un séminaire hebdomadaire de quatre heures dans une salle pleine d’ordinateurs tout neufs, tous reliés en réseau, où la technologie est rarement intégrée aux échanges. Cela vous est-il déjà arrivé?

De nos jours, les étudiants universitaires considèrent que la technologie de l’information fait partie intégrante de leur vie quotidienne. J’avoue ressentir des symptômes de sevrage si ma connexion Internet fait défaut pendant plus de 15 minutes. J’ai récemment découvert la joie de tenir un blogue grâce à WordPress; j’ai actuellement une présence en ligne qui constitue un complément à mes champs d’intérêt.

Il semble cependant y avoir, entre les étudiants en éducation calés en technologie et leurs professeurs, un décalage dont il faut se préoccuper sans plus tarder. Le corps professoral doit intégrer le Web à ses cours magistraux et montrer comment l’utiliser correctement aux fins de la recherche universitaire. Même si les étudiants savent naviguer sur le Web, cela ne signifie pas pour autant qu’ils savent évaluer l’information trouvée en ligne d’un œil critique. Les enseignants doivent se servir des ressources en ligne, dont les wikis, comme des outils de collaboration avec leurs étudiants afin que ces derniers explorent et qu’ils rendent compte de ce qu’ils apprennent tous ensemble. (Et avec les wikis, l’excuse du chien qui a dévoré un travail écrit ne tient plus!)

Les professeurs doivent apprendre à mieux utiliser les logiciels de présentation comme PowerPoint dans leurs cours et leurs séminaires. Celui-ci constitue un moyen très polyvalent de transmettre de l’information et du contenu média de façon originale. Toutefois, ce logiciel est critiqué – injustement selon moi – parce que beaucoup de gens ne savent pas s’en servir efficacement. J’ai vu bon nombre de présentations PowerPoint à l’université qui n’étaient pas bien conçues et qui n’offraient aucune référence utile pour aider le professeur à expliquer sa matière. J’ai également assisté à des séminaires qui ne comprenaient aucune présentation visuelle alors qu’elle était absolument nécessaire, par exemple, lors d’un cours sur les méthodes statistiques.

Les professeurs doivent aussi apprendre à utiliser les logiciels de voix sur IP comme ooVoo ou Skype afin d’offrir un autre moyen de communication pendant leurs heures de disponibilité et lorsqu’ils ne se trouvent pas au même endroit que leurs étudiants. De tels systèmes permettent également aux étudiants d’organiser des réunions en ligne lorsqu’ils ne peuvent le faire en personne. Grâce à la possibilité de discuter de ses progrès scolaires en temps réel sur Internet alors que le professeur se trouve à l’autre au bout du monde, les études supérieures deviennent presque une expérience magique, comparativement à ce qu’il était possible de faire il y a à peine cinq ans.

C’est pourquoi les professeurs doivent prêcher par l’exemple lorsqu’ils exhortent les étudiants aux cycles supérieurs à profiter des technologies de l’information actuelles. Je ne dis pas que les nouvelles technologies devraient remplacer la lecture d’ouvrages ou le travail en collaboration dans le cadre de réunions ou de séminaires, mais elles offrent des outils logiciels très utiles pour compléter ces activités. Le corps professoral doit intégrer le Web à son enseignement. Les professeurs doivent apprendre à collaborer au moyen d’un wiki. Ils doivent savoir élaborer des présentations visuelles informatives pertinentes pour les étudiants. Ils doivent utiliser les logiciels de voix sur IP pour favoriser l’accès à la communication. Ils doivent montrer comment consulter des bases de données en ligne et employer de bonnes techniques de recherche.

Enfin, ils doivent organiser un séminaire de réflexion à Chamonix!

Anthony Gurr est concepteur de jeux vidéo et étudie en technologie éducative à la Simon Fraser University. Son premier article universitaire, intitulé « Video Games and the Challenge of Engaging the ‘Net’ Generation » (Les jeux vidéo et le défi d’intéresser la génération Internet) paraîtra cet automne dans Educational Gameplay and Simulation Environments: Case Studies and Lessons Learned, publié par IGI Global.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *