Passer au contenu principal
EN MARGE

Regards sur l’éducation postsecondaire au Canada

Nous sommes premiers pour le taux d’obtention d’un diplôme postsecondaire. Enfin, en quelque sorte.

par LÉO CHARBONNEAU | 12 SEP 14

Nous sommes en tête! Selon le rapport Regards sur l’éducation 2014 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Canada affiche le pourcentage le plus élevé d’adultes âgés de 25 à 64 ans possédant un diplôme de niveau postsecondaire parmi les pays membres de l’OCDE, soit 53 pour cent. Nous occupons ce rang depuis quelques années déjà, la moyenne de l’OCDE étant de 32 pour cent.

Certains se consolent en regardant ces chiffres, clamant haut et fort que notre système d’enseignement supérieur s’en tire plutôt bien. J’ai cependant lu sur le Web des commentaires moins élogieux : « Non mais, pourquoi faudrait-il que tout le monde aille à l’université! » Ces statistiques amènent malheureusement plus de questions que de réponses.

Comme l’OCDE le souligne d’emblée, le classement du Canada s’explique en grande partie par ses taux élevés de formation professionnelle de niveau collégial (ce que l’organisation qualifie d’enseignement tertiaire de type B). Le Canada se classe au premier rang des 34 pays membres de l’OCDE en ce qui a trait à la proportion d’adultes âgés de 25 à 64 ans possédant une formation de niveau collégial (24 pour cent), mais glisse au septième rang (à égalité avec la Corée et le Danemark) pour la proportion d’adultes possédant une formation universitaire (28 pour cent). Lorsqu’il est question des jeunes adultes (de 25 à 34 ans) titulaires d’un grade universitaire, le Canada doit se contenter du 17e rang. Finalement, ce n’est pas tout le monde qui va à l’université.

Dans son Rapport global sur la compétitivité 2014-2015, le Forum économique mondial classe le Canada au 18e rang mondial dans une catégorie générale d’éducation supérieure et de formation, mais au 45e rang en ce qui a trait aux taux d’inscription au niveau postsecondaire! Je crois que ce dernier chiffre est à prendre avec un grain de sel, car j’ai du mal à comprendre comment le Forum a pu arriver à ce résultat.

Le rapport de l’OCDE indique par ailleurs que le Canada arrive en tête en matière de dépenses annuelles par étudiant (23 000 USD contre une moyenne de 14 000 USD, ce qui place le pays deuxième sur 37), soulignant toutefois que les frais de scolarité y sont parmi les plus élevés.

Le rapport vient également appuyer le fait que les revenus d’emploi augmentent en fonction de la scolarité. En 2011, les adultes canadiens (de 25 à 64 ans) titulaires d’un grade universitaire gagnaient en moyenne 60 pour cent de plus que ceux titulaires d’un diplôme d’enseignement secondaire supérieur, tandis que les adultes titulaires d’un diplôme d’études collégiales gagnaient 13 pour cent de plus.

Autre statistique intéressante, 73 pour cent des étudiants titulaires d’un grade universitaire au Canada ont au moins un parent qui est aussi titulaire d’un grade universitaire, ce qui montre une fois de plus que le niveau de scolarité des parents est un indicateur important de la fréquentation postsecondaire.

Sur le plan des « compétences de base », les adultes canadiens se classent près de la moyenne de l’OCDE, tandis que les jeunes se classent au-dessus. Autres faits saillants :

  • Les adultes canadiens se situent dans la moyenne de l’OCDE en littératie alors qu’ils se classent en dessous de ça en numératie.
  • Les Canadiens de 15 ans dépassent largement la moyenne de l’OCDE en mathématiques, mais leurs notes moyennes dans cette matière ont baissé entre 2003 et 2012.
  • La relation entre rendement et statut socioéconomique n’est pas aussi marquée au Canada que dans la moyenne des pays membres de l’OCDE, ce qui révèle que le système d’éducation « produit des résultats relativement équitables pour les étudiants ».

En terminant, la proportion d’étudiants étrangers qui optent pour le Canada est passée de 4,5 pour cent à 4,9 pour cent entre 2000 et 2012. En chiffres réels, cela se traduit par une hausse de 127 000 étudiants. Selon l’OCDE, les collèges et les universités du Canada accueillent quelque 221 000 étudiants étrangers. (Il s’agit toutefois des chiffres de 2011, alors que la plupart des autres pays ont déclaré des données pour 2012. Le nombre d’étudiants étrangers au Canada sera plus élevé en 2012.)

Le Canada est la sixième destination la plus courue au monde par les étudiants étrangers, après les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et l’Australie. En 2012, plus de 4,5 millions d’étudiants étaient inscrits dans un programme d’enseignement postsecondaire à l’extérieur de leur pays.

À PROPOS LÉO CHARBONNEAU
Léo Charbonneau
En 2000, Léo Charbonneau est entré au service d’Affaires universitaires comme rédacteur principal et a été nommé rédacteur en chef adjoint trois ans plus tard. Il a travaillé 10 années au Medical Post à titre de chef de la rédaction et réviseur de chroniques à Montréal. C’est lui qui a proposé de rédiger le blogue officiel d’Affaires universitaires, En marge, en partie pour se rapprocher du lectorat.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »
--ph--