Passer au contenu principal
En Marge

Un diplôme de plus d’un million de dollars

Un diplômé universitaire gagnera 1,3 million de dollars de plus, en moyenne, pendant sa carrière que quelqu’un qui n’a pas fait d’études postsecondaires

par LÉO CHARBONNEAU | 02 SEP 10

C’est la rentrée. Une autre année universitaire s’amorce et l’Association des universités et collèges du Canada (AUCC) souligne l’occasion en faisant l’éloge de la valeur d’un diplôme universitaire.

L’AUCC soutient depuis longtemps que les diplômés universitaires gagnent en moyenne au cours de leur vie un million de dollars de plus que les diplômés du secondaire. Des déclarations semblables ont été faites aux États-Unis, sauf que dans ce pays, les coûts croissants de l’éducation ont grugé la valeur nette du diplôme.

Alors quoi de neuf? Dans un nouveau dépliant et sur son site Web, l’AUCC soutient que l’écart des revenus des diplômés a été revu à la hausse : un diplômé universitaire peut maintenant s’attendre à gagner en moyenne, au cours de sa carrière, 1,3 million de dollars de plus qu’un diplômé du secondaire. L’Association affirme qu’« un diplôme universitaire n’a jamais eu une telle valeur ».

De plus, si vous croyez que l’écart entre les revenus des diplômés des universités et ceux des collèges ou des écoles de métiers a rétréci, détrompez-vous, il n’en est rien, ajoute l’AUCC. « En 1980, par exemple, le revenu d’un homme possédant un baccalauréat était supérieur de 37 pour cent à celui d’un diplômé du secondaire. En 2005, l’écart atteignait 50 pour cent. Les données du recensement montrent un écart de revenu beaucoup moins important chez les diplômés des collèges et des écoles de métiers par rapport à ceux du secondaire; soit environ de sept pour cent en 1980 et de 15 pour cent en 2005.

L’Association déclare en outre qu’un diplôme universitaire confère des compétences professionnelles « commercialisables et adaptables », davantage de possibilités d’avancement et moins de périodes de chômage.

Un rapport de l’Institut C.D. Howe publié la semaine dernière (en anglais seulement) analyse la question sous un angle différent, mais parvient à des conclusions semblables. Mentionnons qu’un rapport de 2009 de la désormais défunte Fondation canadienne des bourses d’études du millénaire tient aussi des propos similaires sur la valeur d’un diplôme universitaire, mais chiffre les revenus supplémentaires qu’il génère à près de 750 000 dollars sur 40 ans.

L’AUCC prévoit publier deux autres brochures au cours des prochains mois : l’une abordera la valeur d’un diplôme universitaire pour les jeunes autochtones, et l’autre, la valeur d’un diplôme canadien pour les étudiants étrangers. L’Association devrait aussi publier en début d’année, dans le cadre de la série Tendances dans le milieu universitaire, un nouveau rapport sur les effectifs étudiants.

À PROPOS LÉO CHARBONNEAU
Léo Charbonneau
Léo Charbonneau is the editor of University Affairs.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *