Passer au contenu principal
LU POUR VOUS

Comment publier plus? Conseils pour écrire davantage et aisément

Paul J. Silvia livre quelques stratégies pour écrire plus et le faire avec facilité.

par YVES LABERGE | 03 JUILLET 19

« Publier ou périr », entendait-on dire autrefois, surtout durant les années 1980, lorsque les incitatifs à la recherche sont apparus et que les encouragements à publier se sont multipliés dans le monde académique. Une génération plus tard, on constate que bien des universitaires écrivent plus qu’ils ne lisent, et — autre effet pervers — que les articles dans les revues arbitrées sont de moins en moins lus entièrement. L’une des conséquences est que bien des livres universitaires sont davantage lus avant leur publication qu’après leur sortie en librairie : comités de lecture, directeurs de collections, évaluateurs des organismes subventionnaires, puis enfin éditeurs et réviseurs. En conséquence, tout le monde écrit des articles et plus personne n’a le temps (ou le goût) de lire les travaux des universitaires, à quelques exceptions près.

Professeur de psychologie à l’Université de Caroline du Nord, Paul J. Silvia nous prodigue ses conseils et ses stratégies personnelles pour écrire davantage, pour écrire beaucoup et le faire avec facilité. La première édition de son How to Write a Lot s’était vendue à plus de 100 000 exemplaires, ce qui est très appréciable pour un livre académique publié par une association (et non par une presse universitaire). Ici, pas de substances illicites, pas de traitements hypnotiques ni de stéroïdes pour améliorer la performance, mais plutôt des conseils éclairés et vérifiés pour rédiger allègrement.

Pour avancer, il faut écrire régulièrement, sans toujours attendre que vienne l’inspiration. L’écriture exige un effort quotidien et de la motivation; mais paradoxalement, même durant les périodes où l’inspiration semble nous manquer, il faut savoir se plier à l’exigence d’écrire et s’astreindre à le faire régulièrement, pratiquement tous les jours. Écrire demande une discipline et, idéalement, on sera gagnant si on écrit toujours à une heure régulière d’une journée à l’autre, à un endroit précis dédié à l’écriture, au bureau ou chez soi. Contre toute attente, l’équipement informatique et la décoration du lieu d’écriture n’ont aucune importance pour M. Silvia.

Parmi de nombreuses stratégies proposées, l’auteur suggère d’essayer l’écriture en petits groupes de collègues dans le cadre d’ateliers dont il propose une formule dynamique, avec certaines conditions préalables, afin de maximiser les possibilités de rétroaction positive au moment de partager avec les autres ses résultats d’écriture. Ce n’est pas de l’écriture automatique comme au temps des surréalistes, mais plutôt des exercices de communication écrite organisés comme des sessions de travail.

Les pages les plus intéressantes de l’ouvrage portent sur l’écriture de livres savants : comment laisser mûrir son projet, les éléments à inclure, par où commencer et aussi quand s’arrêter d’écrire. Il faut savoir terminer son manuscrit avant d’avoir épuisé son sujet et savoir mettre un point final. Et ultimement, comment trouver l’éditeur adéquat, dans ce monde surspécialisé du livre universitaire?

Un autre chapitre donne des conseils pour la rédaction d’articles destinés à des revues académiques avec comité de lecture. Plus loin, tout un chapitre porte sur le jargon des demandes de subvention, véritable passage obligé et souvent le calvaire de plusieurs professeurs-chercheurs. Pour décrire cet enfer, M. Silvia admet que cet imbuvable jargon institutionnel porte fruit lorsqu’il est employé, et que « tous les clichés sont vrais », hélas!

Ce livre bref du professeur Silvia sera surtout utile aux jeunes professeurs d’université et aux thésards; on espère que cette lecture en soi procurera sinon l’inspiration, du moins le goût d’écrire, y compris tout ce qui touche les demandes de subvention!

Paul J. Silvia, How to Write a Lot: A Practical Guide to Productive Academic Writing, Washington, DC, American Psychological Association, 2018, 145 pages.

 

À PROPOS YVES LABERGE
Yves Laberge
Yves Laberge détient un doctorat en sociologie et a fait paraître plus de 1000 critiques de livres dans une trentaine de revues universitaires. Il est membre du comité de lecture de sept revues internationales.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

«