Passer au contenu principal
Lu pour vous

La « bible » de la méthodologie

Au fil du temps, The SAGE Handbook of Qualitive Research est devenu un classique en matière de recherche qualitative.

par YVES LABERGE | 12 SEP 19

D’abord un livre de référence, maintenant devenu un « classique ». Par son format et son poids (l’équivalent d’une « brique »), mais surtout en raison de l’ampleur de son contenu, on peut considérer The SAGE Handbook of Qualitative Research comme la « bible » de la méthodologie de la recherche qualitative pouvant convenir à toute recherche avancée, notamment dans les sciences humaines et sociales, mais aussi en sciences de la santé, en éducation et dans bien d’autres domaines. On comprend vite que l’opposition ancienne entre la recherche qualitative et la recherche quantitative — ou statistique — n’est plus de mise.

Dans leur introduction très riche en définitions, Norman Denzin et Yvonna Lincoln définissent de multiples manières la recherche qualitative comme étant d’abord « une activité qui situe l’observateur dans le monde ». Pour eux, celle-ci « consiste en un ensemble de pratiques matérielles et interprétatives qui rendent le monde visible ». Ils estiment que la recherche qualitative « transforme le monde en une série de représentations incluant des notes de terrain, des entretiens, des conversations, photographies, enregistrements et des mémos adressés à soi-même ».

Au total, les 43 chapitres portent sur une infinité de dimensions de la recherche qualitative : les différentes formes d’enquête, les théories les plus influentes, les grands paradigmes, les théories ancrées, les études de cas, les focus groups, les analyses visuelles, les méthodes croisées et bien d’autres. D’une section à l’autre, les argumentations, les discussions et les comparaisons restent fondamentales, autant sur les grandes lignes que dans des détails importants bien mis en évidence; par exemple, comment distinguer un « enjeu » d’une « posture ». Transversalement, plusieurs textes aborderont des questions épistémologiques, l’étape cruciale de l’écriture de la recherche et la validation des résultats de la recherche.

Comme dans tout handbook, chaque exposé aborde et approfondit un point précis. Au deuxième chapitre (intitulé « Reform of the Social Sciences, and of Universities Through Action Research »), Davydd J. Greenwood et Morten Levin exposent les bases de la recherche-action, mais ils formulent également une critique d’une certaine tendance des universités bien en vue à se considérer hautainement comme étant des organisations « génératrices du savoir et gestionnaires des savoirs ». Poursuivant leur critique de l’apparente infaillibilité des directions universitaires, MM. Greenwood et Levin affirment du même souffle que face aux problèmes de plus en plus complexes que nos sociétés devront appréhender et régler, il sera nécessaire pour les universités « de bouger aisément au travers des frontières entre les formes d’expertise ». D’entrée de jeu, on valorise ici le chercheur ouvert à l’interdisciplinarité, qui saura être un « bricoleur » capable « d’emprunter à différentes disciplines ».

Une édition antérieure a initialement paru sous un titre similaire — sans le nom de l’éditeur dans le titre — en 1993 puis en 2000; mais la version de 2005 est de loin la meilleure, car elle compte plusieurs centaines de pages supplémentaires. Par la suite, des extraits de ce gros livre ont été réédités sous des titres différents par le même éditeur sous le nom des deux mêmes coresponsables; mais le lecteur perd inévitablement la dimension englobante de l’édition augmentée de 2005, restée inégalée. Comme on peut s’y attendre, les recherches exposées ici sont profondément ancrées dans la tradition états-unienne et le lecteur éventuel devra par ailleurs posséder une excellente maîtrise de la langue anglaise.

Assurément, ce SAGE Handbook of Qualitative Research pourra servir de base à un séminaire de doctorat dans plusieurs champs d’études. Son plus proche équivalent pour le Canada serait le livre dirigé par Benoît Gauthier (avec Isabelle Bourgeois pour les dernières rééditions), Recherche sociale : de la problématique à la collecte des données (6e édition, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2016).

Norman K. Denzin et Yvonna S. Lincoln (dir.), The SAGE Handbook of Qualitative Research, Thousand Oaks et Londres, SAGE, 2005, 1210 pages.

 

À PROPOS YVES LABERGE
Yves Laberge
Yves Laberge détient un doctorat en sociologie et a fait paraître plus de 1000 critiques de livres dans une trentaine de revues universitaires. Il est membre du comité de lecture de sept revues internationales.
COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *