Passer au contenu principal
ACTUALITÉS

Les noms des lauréats des prix Killam et des prix du CRSNG dévoilés

André Gaudreault de l’Université de Montréal est lauréat d’un prix Killam et Lewis Kay de l’Université de Toronto remporte la Médaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en génie du CRSNG.

par UA/AU | 15 MAI 18

Le 8 mai dernier, le Conseil des arts du Canada a annoncé les noms des lauréats des prix et bourses Killam, qui reconnaissent les travaux exceptionnels de chercheurs en sciences humaines, en sciences sociales, en sciences naturelles, en sciences de la santé et en génie. La semaine précédente, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) avait procédé à sa remise annuelle de prix prestigieux lors d’une cérémonie tenue à Rideau Hall, à Ottawa.

Prix Killam

Chaque année, accompagnés d’une somme de 100 000 $, les prix Killam sont remis à cinq lauréats sélectionnés par le Conseil des arts du Canada, soit un récipiendaire par discipline.

André Gaudreault.

André Gaudreault de l’Université de Montréal (sciences humaines) est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études cinématographiques et médiatiques, et a mis sur pied le premier programme de doctorat en études cinématographique à l’Université de Montréal. Ses travaux de recherche portent sur le rôle des changements technologiques dans l’évolution des formes cinématographiques. Selon le Conseil, M. Gaudreault a reçu le prix en reconnaissance de « ses recherches […] avant-gardistes, [qui] non seulement […] mettent à jour divers aspects du virage numérique, mais […] jettent aussi les bases d’une méthode qui sera indispensable à notre compréhension du cinéma de demain ».

Vladimir Hachinski de l’Université Western (sciences de la santé) est professeur de neurologie et professeur distingué à l’École de médecine et de dentisterie Schulich de l’Université. Clinicien et chercheur, M. Hachinski est cofondateur du premier service hospitalier spécialisé en AVC et a mis au point de nouvelles façons de diagnostiquer, de traiter et de prévenir l’AVC et la démence et qui ont donné naissance au traitement standard d’aujourd’hui. Il sera bientôt intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne.

Walter Herzog.

Walter Herzog de l’Université de Calgary (génie) est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biomécaniques cellulaire et moléculaire. Ses travaux de recherche sur la contraction des muscles et la croissance et l’adaptation des tissus ont permis de mieux comprendre les maladies des os, des articulations et des muscles. M. Herzog est titulaire de la Chaire commémorative Killam en recherche interdisciplinaire de l’Université de Calgary et a obtenu en 2019 une bourse de recherche Killam s’échelonnant sur deux ans.

James Pinfold de l’Université de l’Alberta (sciences naturelles) est un éminent professeur et un physicien des particules de renommée mondiale. En 1997, il est devenu le plus jeune chercheur à diriger une expérience mondiale sur un collisionneur, et a été membre fondateur de l’expérience qui a mené à la découverte du boson de Higgs en 2012. Il étudie actuellement la physique exploratoire et dirige une équipe de recherche qui tente de découvrir la particule à l’origine du magnétisme.

James Pinfold.
Janet Werker.

Janet Werker de l’Université de la Colombie-Britannique (sciences sociales) est psychologue du développement, titulaire d’une Chaire de recherche du Canada et cofondatrice de l’initiative des sciences du langage de l’Université de la Colombie-Britannique. Ses travaux de recherche sur l’acquisition du langage ont révélé d’importants liens entre la petite enfance, la langue parlée et la maîtrise de la langue. En 2015, elle est devenue la première professeure de l’Université à remporter la médaille d’or des prix Impacts du Conseil de recherches en sciences humaines, le prix le plus prestigieux décerné par l’organisme.

Bourses de recherche Killam

Ces bourses de recherche, d’une valeur de 70 000 $ par année pour deux ans, permettent aux boursiers de se dégager de certaines tâches d’enseignement et d’administration pour se concentrer sur leurs travaux de recherche. Voici les boursiers de cette année :

Christine Bold de l’Université de Guelph est professeure d’anglais et étudie la culture populaire de l’impression de la fin du XIXeet du début du XXe siècle.

René Doyon.

René Doyon de l’Université de Montréal est professeur au département de physique et se spécialise dans la conception d’instruments d’astronomie destinés aux observatoires sur Terre et dans l’espace.

 

 

Yong Baek Kim.

 

Yong Baek Kim de l’Université de Toronto est professeur de physique et directeur du centre de mécanique quantique de l’Université.

 

 

 

 

Chao-Jun Li.

Chao-Jun Li de l’Université McGill est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en chimie verte et organique, et professeur de chimie (boursier E. B. Eddy).

 

 

 

 

Hanadi Sleiman.

Hanadi Sleiman de l’Université McGill est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en nanoscience de l’ADN et étudie l’utilisation de la molécule d’ADN dans le traitement des cancers du sein agressifs.

 

 

Deanne Williams de l’Université York est professeure au département d’anglais et étudie la littérature médiévale et de la renaissance, et plus particulièrement Shakespeare et la représentation de la jeune fille.

Prix du CRSNG

Cette année, la Médaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en génie du Canada, le prix le plus prestigieux décerné par le CRSNG, a été remise à Lewis Kay, professeur aux départements de chimie, de biochimie et de génétique moléculaire à l’Université de Toronto. Ses travaux visent à améliorer la spectroscopie de résonnance magnétique nucléaire pour obtenir des images des protéines dans les cellules humaines, et nous ont donné d’importants indices qui nous aideront à répondre à des questions fondamentales en physique, en chimie et en biologie, ainsi qu’à comprendre les fondements du fonctionnement du corps humain. Le lauréat recevra notamment un million de dollars sur cinq ans pour la recherche axée sur la découverte. En 2017, M. Kay avait obtenu un prix international Canada-Gairdner.

Le Prix John-C.-Polanyi du CRSNG de 2018 a été remis à Michael Organ, professeur au département de chimie et sciences biomoléculaires à l’Université d’Ottawa et directeur du Centre de recherche et d’innovation en catalyse de l’Université. M. Organ a créé une série de catalyseurs qui permettent aux chercheurs et aux entreprises de concevoir de nouveaux médicaments, matériaux et produits agricoles. Il est reconnu comme un leader en chimie verte, car les catalyseurs qu’il a créés avec l’aide de son équipe accélèrent les réactions chimiques, produisant le composé désiré tout en engendrant moins de déchets.

Le Prix Brockhouse du Canada pour la recherche interdisciplinaire en sciences et en génie a été remis à une équipe de chercheurs de l’Université Laval : Yves De Koninck, Daniel Côté, Benoit Gosselin, Younès Messaddeq, Michel Piché et Réal Vallée. Établie au Centre de recherche CERVO et au Centre d’optique, photonique et laser de l’Université Laval, l’équipe travaille à la création d’outils de la prochaine génération en neurosciences permettant d’observer les neurones en pleine action. Leurs travaux permettront de mieux comprendre la douleur, la santé mentale et diverses maladies neurologiques.

Finalement, le CRSNG a annoncé les noms des récipiendaires des bourses commémoratives E.W.R. Steacie. Les lauréats suivants recevront une bourse de recherche d’une valeur de 250 000 $ sur deux ans : Julia Baum, département de biologie, Université de Victoria; Ahmed Hassan, École d’informatique, Université Queen’s; Todd Hoare, département de génie chimique, Université McMaster; Joel Kamnitzer, département de mathématiques; Université de Toronto; Regan Mandryk, département d’informatique, Université de la Saskatchewan; et Joelle Pineau, École d’informatique, Université McGill.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine, ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

« »