Passer au contenu principal
Actualités

COVID-19 : mises à jour archivées – août 2021

par TARA SIEBARTH | 31 AOÛT 21

Jeudi 26 août

Le point sur la vaccination au Canada

À l’approche de la rentrée universitaire dans les différentes provinces canadiennes, les exigences liées à la vaccination se précisent dans les universités.

Dans les provinces de l’Atlantique, la vaccination obligatoire dans certaines universités est bien perçue par les associations étudiantes, relève Radio-Canada. À l’heure actuelle, la vaccination des étudiants et des membres du personnel sera exigée dans quatre universités au Nouveau-Brunswick ainsi qu’à l’Université Memorial à Terre-Neuve-et-Labrador, à l’Université Mount Saint Vincent en Nouvelle-Écosse et à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. Le port du masque et la distanciation physique devraient toutefois toujours être de mise à la rentrée.

La vaccination sera également obligatoire à l’Université de l’Ontario français, soulève Radio-Canada. Les personnes souhaitant se rendre sur le campus de l’établissement devront présenter une preuve de vaccination ou le résultat négatif d’un test de dépistage réalisé il y a au plus 72 heures. « Nous sommes d’avis que le respect des recommandations émanant de la santé publique nous permet d’offrir à l’ensemble de la population étudiante, au personnel et à nos partenaires l’environnement stimulant et sécuritaire dont elles et ils sont en droit de s’attendre au quotidien », a déclaré le recteur de l’Université, Pierre Ouellette.

À l’Université de Montréal, la double vaccination sera exigée pour les membres des équipes sportives, les étudiants en résidence et les étudiants et membres du personnel œuvrant dans les cliniques universitaires de santé humaine de l’établissement. Le port du masque sera également obligatoire sur le campus, sauf quelques exceptions.

Centre de dépistage rapide au Campus Saint-Jean

Au grand plaisir des étudiants du Campus Saint-Jean, l’Université de l’Alberta a annoncé qu’elle y installerait un centre de dépistage rapide, rapporte Radio-Canada. Une annonce préalable faisant mention de la mise en place de telles infrastructures excluait le Campus des lieux visés.

« Ce n’était pas du tout acceptable d’avoir oublié ou ignoré le Campus Saint-Jean et ses étudiants », déplore Chiara Concini, vice-présidente externe de l’Association des universitaires de la Faculté Saint-Jean. « Il faut assurer la sécurité de tous les étudiants. Donc, on est très contents que le Campus soit maintenant inclus. »

Rentrée sous le signe des retrouvailles en Abitibi-Témiscamingue

L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) accueillait ses étudiants en présentiel lors de la rentrée lundi. Selon Radio-Canada, autant les élèves que les professeurs étaient heureux de l’événement, bien différent de l’an dernier.

« On est vraiment très heureux de revoir nos étudiants. Oui, il y en a certains qu’on a pu voir l’année dernière, mais c’était les exceptions. Là, on peut vraiment tous les accueillir. Les étudiants avec qui j’ai parlé aujourd’hui et hier sont très, très heureux de revenir en présentiel et de revoir leurs collègues et professeurs », s’est réjouie la vice-rectrice à l’enseignement, à la recherche et à la création de l’établissement, Manon Champagne.

Comme le taux de vaccination de l’UQAT est supérieur à 75 %, les étudiants n’ont pas à porter le masque en tout temps que dans les aires communes. « Ce que ça implique pour nos étudiants, c’est que quand le deux mètres ne peut être respecté, ils doivent porter leur masque en tout temps. Quand il y a de plus petits groupes et que le deux mètres peut être respecté, ils peuvent se permettre de le retirer », a souligné Mme Champagne.

Lundi 23 août

Vaccination exigée dans des universités du Manitoba

Radio-Canada rapporte que l’Université du Manitoba, l’Université de Winnipeg, la Canadian Mennonite University, le Collège Red River et le Collège universitaire du Nord exigeront de leurs étudiants et de leur personnel qu’ils soient vaccinés à la prochaine rentrée.

Pour leur part, si elles « encouragent fortement la vaccination », l’Université de Saint-Boniface, l’Université de Brandon et le Collège universitaire Providence n’ont pas encore pris de décision quant à la vaccination obligatoire.

Dans les universités concernées par la vaccination obligatoire, peu d’exceptions seront permises, alors que l’Université de Winnipeg ne permettra qu’aux personnes dotées d’une « raison médicale vérifiée » d’entrer sur son campus et que l’Université du Manitoba « accommodera les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées pour des raisons médicales et […] travaillera avec [les] individus qui demandent une exemption pour d’autres raisons ».

Plus de détails sur la prochaine rentrée de l’Université de Moncton

L’Université de Moncton a annoncé qu’à partir du 15 octobre prochain, la double vaccination serait obligatoire sur ses trois campus. Les personnes ne répondant pas à cette exigence auront à se soumettre à des tests rapides fréquents. L’établissement répond ainsi à la recommandation du gouvernement du Nouveau-Brunswick.

« Les personnes actuellement atteintes de la COVID-19 dans la province sont, en très grande majorité, des gens qui ne sont pas pleinement vaccinés. C’est la preuve que la vaccination fonctionne, a déclaré Denis Prud’homme, recteur de l’Université de Moncton. C’est donc pour protéger les membres de notre communauté universitaire, mais aussi les enfants, les aînés et les personnes immunosupprimées que nous côtoyons toutes et tous, que nous devons participer à l’effort collectif pour atteindre un taux de vaccination très élevé. »

Par ailleurs, l’Université a annoncé le 19 août être en période de transition jusqu’au 15 octobre, à moins d’avis contraire de la Santé publique de la province. Si la rentrée s’amorcera en présentiel à partir du 7 septembre, le masque demeurera obligatoire dans les salles de classe et les espaces communs jusqu’au moins cette date butoir. Certaines mesures, comme l’utilisation des locaux à seulement 50 % de leur capacité et une distanciation physique d’un mètre entre les individus dans les locaux devraient ensuite continuer d’être appliquées jusqu’à la fin de la session.

Jeudi 19 août

Masques obligatoires pour la rentrée au Québec

TVA Nouvelles rapporte que, pour faire face à la montée du variant Delta, le masque sera obligatoire dans les universités au cours de la rentrée d’automne.

« Étant donné que les étudiants arrivent de partout au Québec et même de l’étranger, la santé publique recommande maintenant que le masque soit obligatoire », a expliqué le premier ministre du Québec, François Legault. Il a ajouté que cette mesure pourrait ne durer que quelques semaines, tout dépendamment de l’évolution de la situation épidémiologique. « Mais le virus nous réserve toujours des surprises », a toutefois tenu à rappeler le premier ministre.

Les universités canadiennes mal préparées à la rentrée, selon une experte

Dans une lettre ouverte publiée dans Le Devoir, Joanne Liu, professeure à l’École de santé des populations et de santé mondiale de l’Université McGill, déplore que les universités canadiennes se fient presque uniquement aux couvertures vaccinales exigées par les provinces pour préparer la rentrée. Elle juge notamment que la cible de vaccination du Québec, se chiffrant à 75 % des jeunes âgés de 19 à 29 ans, devant permettre le retour en présentiel sur les campus est trop basse, compte tenu de la montée en puissance du variant Delta.

La Dre Liu estime qu’une vaccination complète de ce groupe d’âge serait plus avisé afin de réduire le risque de transmission sur les campus. Elle recommande également le port du masque dans les endroits fermés, comme les salles de classe ou les bibliothèques.

Probable perte de revenus pour les universités canadiennes pour 2020-2021

Selon une récente étude de Statistique Canada mettant de l’avant plusieurs scénarios, les universités canadiennes auraient subi une perte de revenus liée à la COVID-19 pour l’année 2020-2021. Le résultat envisagé le plus pessimiste projette une perte de revenus de 2,5 milliards de dollars, causée principalement par une diminution des inscriptions des étudiants étrangers et canadiens.

Les syndicats liés à l’enseignement supérieur veulent être consultés

À quelques semaines de la rentrée universitaire, les syndicats représentant le personnel des établissements d’enseignement supérieur québécois veulent davantage avoir leur mot à dire concernant le retour en classe, rapporte Radio-Canada.

« On entame une session avec des cohortes qui ont été fragilisées par 18 mois de télé-enseignement ou en alternance télé-enseignement et présentiel pour certains », souligne la présidente de la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ), Lucie Piché. Selon celle-ci, les travailleurs du milieu de l’enseignement supérieur sont « épuisés par la dernière année et demie ». Certaines décisions prises depuis le début de la pandémie sans que ceux-ci aient été consultés n’ont pas eu les effets escomptés, déplore-t-elle également.

Le président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Éric Gingras, tient de son côté à ce que les employés des universités soient consultés, si des aménagements supplémentaires en viennent à être nécessaires au cours de la prochaine rentrée. « C’est là souvent qu’il y a un problème : c’est quand ces aménagements-là ne sont pas traités en collaboration avec le personnel, et c’est ça qu’on veut éviter », insiste-t-il.

Le point sur la vaccination dans les universités ontariennes

Si plusieurs universités ontariennes avaient déjà annoncé qu’elles exigeraient de leurs étudiants et de leur personnel qu’ils soient vaccinés pour la prochaine rentrée (voir la mise à jour du lundi 16 août), le gouvernement ontarien a annoncé qu’il rendrait la mesure obligatoire, selon TVA Nouvelles.

Radio-Canada rapporte d’ailleurs que le Bureau de santé publique de Toronto a lancé une campagne nommée #VaxTOCampus visant à encourager la vaccination dans les universités « afin de contribuer à la sécurité et à la santé de la communauté ».

Lundi 16 août

Le retour au présentiel tarde pour des étudiants de l’Université Laval

Des étudiants de l’Université Laval devront une fois de plus suivre une session majoritairement à distance à l’automne, rapporte TVA Nouvelles. Certains étudiants devront même suivre une session entièrement en ligne.

La présidente de la Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL), Cyndelle Gagnon, estime que 35 % des cours de l’établissement seront offerts à distance cette session, comparativement à une proportion de 25 % avant la pandémie. Si elle demeure déçue de ce pourcentage, Mme Gagnon juge que l’Université a agi de la bonne façon, en ne modifiant pas son approche depuis le dévoilement des modalités de la rentrée d’automne à la mi-juin. « Ça n’aurait pas été agréable pour des étudiants [qui avaient prévu étudier à distance] de se faire dire qu’ils doivent revenir à Québec et se trouver un logement à quelques semaines de la rentrée. Ça aurait créé un stress », reconnaît-elle

Du côté de l’Université Laval, on qualifie la rentrée à venir de « session de transition vers la normale », tandis qu’on veut « rendre possible le retour d’une large part des activités d’enseignement sur le campus ».

Le point sur l’exigence de vaccination dans les universités

De plus en plus d’universités canadiennes exigeront la vaccination de leurs étudiants, enseignants et membres du personnel à la rentrée, indique Radio-Canada.

En Ontario, l’Université de Windsor, l’Université Queen’s à Kingston, l’Université de Guelph et l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario à Oshawa sont les derniers établissements à avoir adopté la vaccination obligatoire pour la rentrée d’automne. L’Université de Toronto, l’Université Western à London et l’Université d’Ottawa avaient déjà annoncé leurs intentions la semaine dernière (voir la mise à jour du jeudi 12 août).

« Nous savons, grâce à la science médicale, qu’assurer des taux de vaccination élevés est le moyen le plus efficace d’atténuer une quatrième vague et de protéger au mieux notre retour complet prévu sur le campus », a déclaré le principal et vice-chancelier de l’Université Queen’s, Patrick Deane.

Même si le Conseil des universités et collèges de l’Ontario réclame une politique provinciale concernant la vaccination des étudiants, du personnel et du corps professoral de niveau postsecondaire, du côté du premier ministre Doug Ford, on écarte pour l’instant l’idée d’un système de certificats de vaccination.

En Saskatchewan, l’Université de Regina et l’Université de la Saskatchewan ont annoncé qu’il serait obligatoire de fournir une preuve de vaccination pour circuler sur leurs campus à l’automne, selon Radio-Canada.

À l’Université de Regina, à partir du 1er octobre, les deux doses de vaccin devront avoir été reçues. « L’Université de Regina est convaincue qu’en rendant les vaccins obligatoires, nous pouvons réduire la transmission de la COVID-19 sur nos campus et dans nos communautés », a déclaré le recteur et vice-chancelier de l’établissement, Jeff Keshen.

L’Université de Saskatchewan, quant à elle, exigera que les membres de sa communauté souhaitant participer à des activités en présentiel aient reçu deux doses de vaccin à partir du 18 octobre.

Jeudi 12 août

Les universités annoncent leurs couleurs pour la rentrée

La rentrée universitaire approchant à grands pas, plusieurs établissements commencent à émettre leurs directives concernant la vaccination.

L’Université d’Ottawa rendra la vaccination obligatoire pour tous ses étudiants, enseignants, membres du personnel et pour le public désirant se rendre sur son campus. Cette directive sera applicable à partir du 7 septembre pour la première dose et du 15 octobre pour la deuxième dose.

« La vaccination obligatoire aidera à assurer la sécurité de notre communauté et à contrer la propagation du virus et de ses variants, a déclaré l’Université via un communiqué. Nous demandons donc à chaque membre de la population étudiante, du corps professoral et du personnel de contribuer à sa propre protection, de même qu’à celle de ses proches, de ses camarades de classe et de l’ensemble de notre communauté. »

Les personnes non vaccinées devront se soumettre à des tests de dépistage fréquents, au port du masque ainsi qu’à « des mesures qui pourraient être annoncées plus tard ».

Des exceptions seront toutefois permises pour des raisons médicales ou pour « tout autre motif valable en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario ».

La vaccination sera également obligatoire sur le campus de l’Université de Toronto, indique TVA Nouvelles. Les étudiants, enseignants et membres du personnel devront ainsi déclarer leur statut vaccinal sur une application développée par l’Université, UCheck. Les personnes non vaccinées devront se soumettre à des tests de dépistage deux fois par semaine.

À l’Université Laurentienne, si la vaccination est encouragée, la rendre obligatoire n’est pas envisagé, selon Radio-Canada. Le port du masque sera toutefois exigé en classe et lorsqu’il sera impossible d’observer une distance de deux mètres. Un dépistage systématique des étudiants, enseignants et membres du personnel est également écarté, alors qu’il sera demandé à ceux-ci d’observer « vérifier eux-mêmes la présence de symptômes ».

L’Université de Sherbrooke et l’Université Bishop’s, quant à elles, n’imposeront pas la vaccination obligatoire à leurs communautés respectives, exception faite des étudiants souhaitant habiter dans les résidences de cette dernière, rapporte La Tribune. De son côté, l’Université de Sherbrooke prévoit à nouveau proposer des cours à l’extérieur.

D’après La Presse, le port du masque demeurera obligatoire en tout temps à l’Université de Montréal, que ce soit en classe, à la bibliothèque ou à la cafétéria. « On veut assurer la sécurité et la santé du plus grand nombre. On a une conseillère en santé publique et le port du masque en tout temps, c’était dans ses recommandations », a déclaré la porte-parole de l’Université, Geneviève O’Meara.

L’Université McGill a annoncé qu’elle exigerait également le port du masque en tout temps.

Lors d’un point de presse tenu le 6 août dernier, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, avait soutenu que le port du masque ne serait pas exigé dans les salles de classe, les bibliothèques et les aires de restauration des universités. La ministre avait toutefois écarté l’idée de rendre la vaccination obligatoire dans les universités québécoises.

Pour ce qui est des Maritimes, les universités ne prévoient pas obliger la vaccination sur leurs campus, rapporte Radio-Canada.

Mesures plus strictes demandées en Colombie-Britannique

Le Faculty Union de l’Université Simon Fraser réclame au gouvernement britanno-colombien des mesures sanitaires plus strictes, indique Radio-Canada. « Le danger du variant Delta n’a pas été pris en compte par l’administration dans son plan décidé il y a quelques semaines. La situation a changé et ce plan n’est plus approprié », soutient un professeur agrégé de sciences politiques de l’établissement, Laurent Dobuzinskis.

La médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, a toutefois annoncé qu’aucune restriction supplémentaire ne devrait être annoncée.

Le Faculty Union de l’Université Simon Fraser réclame notamment le port du masque et la création de centres de vaccination sur le campus.

Lundi 9 août

Difficultés pour les étudiants étrangers à l’approche de la rentrée

Certains étudiants étrangers voient leur arrivée au Québec retardée ou en péril en raison de délais dans le traitement de leurs permis d’étude, rapporte Le Devoir. Les retards seraient notamment occasionnés par le temps de traitement des données biométriques des étudiants par les autorités canadiennes.

Pour avoir une réponse aux alentours du 9 août, Immigration Réfugiés et Citoyenneté Canada avait suggéré aux étudiants de soumettre leur dossier complet avant le 15 mai. « Dans le contexte de la pandémie et des nombreuses difficultés qu’elle engendre, nous voulions fournir une date cible aux personnes qui se préparent à commencer leurs études à l’automne », a expliqué une porte-parole du ministère. Celui-ci en serait présentement à traiter les demandes reçues entre le 1er et le 8 mai.

À l’Université de Sherbrooke, sur les 1300 étudiants étrangers prévus, entre 700 et 1100 pourraient entrer au Canada. En ce qui concerne l’Université de Montréal et l’Université McGill, les établissements pourraient procéder à des aménagements pour accommoder les étudiants.

Selon Radio-Canada, certains étudiants étrangers ont également de la difficulté à faire reconnaître leur vaccination. En effet, certains vaccins, comme le vaccin russe Spoutnik V, ne sont pas reconnus par Santé Canada et l’Organisation mondiale de la santé.

Si certaines universités ont assoupli leurs délais, cela demeure néanmoins un obstacle pour les étudiants cherchant à habiter en résidence.

D’après la consultante en immigration Roya Golesorkhi, des étudiants ayant déjà reçu une série de vaccin n’étant pas approuvée au Canada sont inquiets à l’idée de mélanger différents vaccins. « C’est une préoccupation valable. Ils se considèrent comme complètement vaccinés et ils ne veulent pas se faire vacciner à nouveau ici », souligne-t-elle.

Une rentrée conventionnelle au Québec

Selon Le Devoir, la prochaine rentrée universitaire devrait se dérouler sans masque et sans distanciation au Québec. Si les étudiants n’auront pas à porter le masque en classe dans certains établissements, ils devront cependant le faire lors de leurs déplacements.

Une distanciation de deux mètres devra également être observée dans les salles d’entraînement, entre les tables dans les aires de restauration et au cours de certaines activités.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, a souligné que toutes les universités avaient atteint un taux de vaccination de 75 pour cent. Le port du masque en classe pourrait toutefois être adopté à nouveau si la situation épidémiologique en venait à se détériorer dans certaines régions.

Le passeport en vaccinal sera toutefois en vigueur en ce qui concerne les activités parascolaires.

Inquiétudes pour la rentrée à Trois-Rivières

La rentrée sans distanciation inquiète le syndicat des professeurs et des professeures de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), rapporte Radio-Canada. Le président du syndicat, Gilles Bronchti, soutient que la situation épidémiologique peut rapidement se détériorer et que le risque d’éclosion reste élevé.

« On espère tous que ça ira mieux et qu’on pourra faire des cours, moi le premier. Faire des cours en présence, c’est ce qu’il y a de mieux, mais d’un autre côté, [ce n’est pas] eux qui subiront, je parle des politiciens qui font ces annonces, [ce n’est pas] eux qui subiront les conséquences s’il y a une éclosion de cas », souligne M. Bronchti.

« L’université, oui, c’est de l’apprentissage, c’est des classes, mais c’est aussi tout un milieu bouillonnant, un milieu où il y a des rencontres qui se font, des activités sociales, sportives et tout ça », avance de son côté le porte-parole de l’UQTR, Jean-François Hinse.

Réjouissance à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Le recteur de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Vincent Rousson, se réjouit de l’annonce d’une rentrée en présentiel, indique Radio-Canada.

« En fait, la surprise, c’est la distanciation, parce que nous, on avait déjà annoncé au printemps dernier que nous serions en présentiel, donc ça, c’était déjà quelque chose sur lequel on avait travaillé à l’université, explique M. Rousson. On travaillait sur différents scénarios, du 1 mètre, du 2 mètres, mais le scénario le plus optimiste, c’était sans distanciation, alors là on est très contents aujourd’hui de l’annonce du ministère. »

L’établissement encourage tout de même ses étudiants à aller se faire vacciner.

Vaccination obligatoire demandée au Manitoba

Selon Radio-Canada, la Fédération des associations des professeurs universitaires du Manitoba (FAPUM) réclame la vaccination obligatoire des étudiants et du personnel des universités de la province.

Le président de la Fédération, Scott Forbes, déplore que le gouvernement provincial ait imposé des restrictions à certains rassemblements, comme dans les salles de cinéma ou les restaurants, mais pas sur les campus universitaires.

« Cela n’a vraiment aucun sens d’exclure les universités et les collèges lorsqu’on exige la vaccination ailleurs, et d’un point de vue légal, c’est très clair qu’une telle mesure est permise, souligne-t-il. Avec la menace d’une quatrième vague et le variant Delta hautement transmissible dans la communauté, une politique de vaccination obligatoire est une mesure prudente. »

Les universités manitobaines prévoient une rentrée hybride, avec des cours à distance et en présentiel.

COMMENTAIRES
Laisser un commentaire
Affaires universitaires modère tous les commentaires reçus en fonction des lignes directrices. Les commentaires approuvés sont généralement affichés un jour ouvrable après leur réception. Certains commentaires particulièrement intéressants pourraient aussi être publiés dans la version papier du magazine ou ailleurs.

Your email address will not be published. Required fields are marked *